AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeSam 17 Mar - 23:30



Ce 13 Janvier, Jen était assise dans le foyer des internes. Elle repensait à ce patient arrivé aujourd'hui même aux urgences. Un jeune homme de 15 ans qui s'était fait renversé sur un passage piéton. Le conducteur ne s'était même pas arrêté, et le jeune homme, Bryan, ne s'en était pas sortit. Jen trouvait cela injuste. Qu'avait-il fait pour mériter cela ? Rien du tout. Cela peut arriver à n'importe qui n'importe quand. Cela l'effrayait et Jen se sentait très mal en cette fin d'après midi. Sa famille lui manquait énormément depuis qu'elle s'était installée à Seattle et elle avait bien besoin d'un ami à qui parler. Jen n'était pas encore très proche de qui que ce soit dans l'hôpital. Elle pouvait toujours aller en parler à Miranda, mais l'écouterait - t - elle vraiment ? Jen n'avait qu'à attendre que sa tristesse passe, assise, par terre, derrière les casiers. D'autres internes se pressaient dans le foyer, à la recherche de sang et de l'accident le plus grave qui puisse exister. Jen ne les comprenait pas, elle avait l'impression de n'être pas du même monde qu'eux. Elle, toujours très émotive, était encore tombé dans le panneau. En effet, encore une fois, elle s'était attachée à ce patient, Bryan. Elle ne pouvait s'empêcher de penser à la famille de ce jeune homme de 15 ans seulement. Jen se recroquevillait encore un peu plus et bientôt les larmes coulaient sur son visage.

-Tu n'as pas le droit de te laisser aller Jen, que vont penser les autres ? Tu dois retourner au travail, tu ne dois pas laisser paraître tes émotions, allez, calme toi. Calme toi. -

Dans un regain de fierté, Jen se releva, remis sa blouse, sécha ses larmes et se dirigea vers la porte pour aller annoncer la nouvelle aux parents du jeune homme, en compagnie de Bailey bien évidemment. Avant de franchir le seuil de la porte, Jen prit une grande inspiration. Elle failli craquer de nouveau puis après quelques secondes les yeux fermés, elle posa sa main sur la poignée de la porte pour l'ouvrir.

C'est à ce moment la que son collègue interne, Mathew, ouvrit la porte et se retrouva nez à nez avec Jen.


Dernière édition par Jen Andersen le Dim 18 Mar - 11:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeDim 18 Mar - 7:14


    Mathew s’était levé tôt aujourd’hui. En effet il était même arrivé bien avant les visites. Il n’avait même pas vu sa colocataire, Joy, avant de partir. Il était bien trop pressé et pour une fois, il s’était levé avant elle. Il n’avait pas pris de petit déjeuner et avait sauté dans la douche avant de partir. Cela n’avait pas duré longtemps puisque à peine un quart d’heure plus tard, il était en route pour l’hôpital dans sa voiture. Il habitait dans un cottage dans la forêt. C’était un endroit tranquille. Il aimait beaucoup cet endroit. C’était reposant. Mathew arriva enfin à l’hôpital. Il se dirigea vers le bureau des infirmières. Il devait remplis ses dossiers en retard avant d’assister aux visites avec son résident et les autres internes. Le jeune homme se concentra donc sur ses dossiers pendant une longue. Ce n’était pas un travail très attractif. Le jeune homme préférait de loin, aller observer une observation ou encore soigner un patient intéressant à la mine. La matinée passait et Mathew faisait son travail comme à son habitude. Vers onze heures, il fut bipé à la mine. Le jeune se précipita. Après tout, il devait à tout pris répondre quand on le bipait. Il arriva aux urgences et l’infirmière responsable lui tendit un dossier et lui montra un patient. Mathew se précipita, le stéthoscope autour du coup. Il arriva près du patient et se présenta avant de faire un examen rapide. Le patient se nommait Julian Anderson. Celui-ci n’avait qu’une vingtaine d’année et était à peine plus jeune que Mathew. Celui-ci avait eu dans un lieu public, ce que l’on avait diagnostiqué pour une crise cardiaque. Bien sur, cela était vraiment étrange. Julian n’avait que vingt ans, et à cet âge, on ne devrait pas avoir de problème cardiaque. Il devait y avoir un problème sous-jacent. Il fallait faire une échographie du cœur. Le jeune homme laissa le patient attendre et appela l’infirmière afin qu’elle bipe le Docteur Harlowe, et le Docteur Altman. Il était entre midi et une heure.

    Le jeune homme se dit qu’il pouvait aller manger puisque les médecins n’allaient pas arriver tout de suite. Ils étaient en train d’opérer. Mathew se dirigea donc vers la cafétéria. Là-bas, il mangea avec une bande d’internes. Ils discutèrent ensemble des cas qu’ils avaient eus ce matin-là. Ils parlèrent de Jen Anderson. Apparemment celle-ci avait eu un patient qui ne s’en était pas sorti. Il était mort des suites de ses blessures après un accident de voiture.


    Dehors, il ne faisait pas chaud, on était en janvier. Alors les accidents de voitures étaient assez fréquents avec les plaques de verglas qui se formaient sur les sols. Les plaques de verglas étaient invisibles, c’était pour cela qu’elles étaient si dangereuses. Le jeune homme dont l’interne s’occupait, n’avait que quinze ans. C’était vraiment triste de mourir à cet âge. Mathew se souvenait que c’était à cet âge qu’il avait vraiment commencé à vivre. Alors mourir sans avoir dépassé cet âge était … Mathew sortit de la cafétéria. Il avait fini de manger et se dirigeai à présent vers le foyer des internes. Il ouvrit la porte et tomba nez à nez avec Jen Anderson. Le jeune homme ne la connaissait pas beaucoup. Il n’avait pas souvent eu l’occasion de lui parler. Aujourd’hui, l’interne semblait accablé. Elle avait les yeux rouges et semblait avoir pleuré il y a peu de temps. C’était surement à cause de son patient mort.

      Mathew Evans – J’ai appris pour ton patient. Je suis désolé !


    Annonça t-il dans un élan de compassion. Mathew ne s’était encore jamais mis dans un état lorsque l’un des patients dont il s’occupait mourrait. Mais il avait coutume de ne pas s’attacher aux patients. Il savait que cela ne donnerait jamais rien de bon. Alors il restait distant avec les patients. Peut-être était-il trop froid par moment. Il l’ignorait, mais une chose était sure, c’était que malgré cela, il était quand même compétent. Les mots que venaient de dire Mathew était sans doute inutile pour la jeune fille mais il n’avait su quoi dire d’autre. Le jeune homme pénétra dans la salle afin de ne pas empêcher les autres internes de sortir d’ici. La salle n’était pas très remplie. Les internes sortaient au fur et à mesure qu’ils avaient récupéré les affaires dont ils avaient besoins. Mathew se dirigea vers son casier qui était non loin de la porte. Jen n’était pas sorti de la salle. Peut-être avait-elle peur de perdre un autre patient aujourd’hui.

      Mathew Evans - La faculté ne nous apprend pas qu’on perdra plus de patients qu’on en sauvera …


    Dit-il à la jeune fille. Il n’aimait pas vraiment voir les gens dans cet état. Etre bouleversé, était quelque chose qu’il avait déjà ressentie. C’était peut-être aussi pour ça que le jeune homme n’aimait pas le voir chez une autre personne. Car il savait ce que l’on ressentait dans ces moments-là. Pas parce qu’il avait perdu un patient mais parce qu’il avait perdu sa mère alors qu’il n’avait même pas dix ans. Il l’avait mal vécu et c’était peut-être pour ça qu’il était devenu ce qu’il était à présent. Mathew sortit de son casier une barre de chocolat. Il avait besoin de ça pour continuer la journée. Cela lui donnait des forces et était assez efficace, un peu comme une gorgée de café. Mathew s’assit sur le banc non loin de Jen. Il se mit en tailleur et ouvrit sa barre chocolatée. Il en avait sorti deux et en tendit une à la jeune fille.

      Mathew Evans – Ca te fera du bien de manger un morceau !




Revenir en haut Aller en bas

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeDim 18 Mar - 11:51

Quand Mathew entra, Jen eût un mouvement de recul. La jeune blonde tenta de se retourner pour qu'il ne voit pas qu'elle avait craqué mais visiblement, cela n'avait pas suffit car gentiment, Mathew lui dit alors "J'ai appris pour ton patient. Je suis désolé !" Jen n'avait pas su quoi répondre. En réalité, elle était restée la, immobile, vidée de tout sentiment. Elle lui a sans doute esquissé un sourire sans s'en rendre compte, par politesse, mais ses mots n'avaient pas changé grand chose... C'est ce que tout le monde dit lorsqu'un patient meurt. "Désolé". Ca ne veut même plus rien dire. Bien sur, Jen appréciait que son collègue tente de la consoler, mais à ce moment précis, rien ne pouvait l'aider...

Jen restait devant la porte fermée et ne bougeait pas tandis que Mathew se dirigeait vers son casier. C'était comme si elle attendait qu'il engage une conversation pour l'empêcher de devoir y aller. Naturellement, elle ne voulait pas aller voir la famille de ce patient. Dans ces moments la, les parents n'ont besoin de rien, et surtout pas d'une interne pleurnicharde devant eux. Jen se sentait mal d'avoir été vue ainsi, elle ne connaissait pas très bien Mathew et avait peur qu'il se moque d'elle ou pire, qu'il la laisse tomber, seule dans la salle.
Mathew brisa le silence pesant qui régnait dans la salle. Il dit à Jen qu'à la faculté, on n'apprend pas que s'il y a des patients que l'on sauve, la plupart ne s'en sort pas. Jen le savait bien, mais elle avait peur de se l'avouer.

La jeune femme se retourna vers lui, lui sourit et réussit à se dénouer la gorge et à dire quelques mots.

- C'est vrai... -

Elle s'assit ensuite sur l'un des bancs du foyer. Elle avait le regard vide, jusqu'à ce que Mathew la sortit de ses pensées en lui tendant une barre chocolatée et en lui disant : "Ca te fera du bien de manger un morceau !"

Jen pris la barre chocolatée à contre coeur et lui répondit.

- Merci, mais tu sais je n'ai vraiment pas très faim. Je dois aller annoncer à la famille du jeune homme la terrible nouvelle. Je ne sais pas si j'en suis capable... -

Jen savait bien qu'elle en était incapable, elle se demandait même si Bailey n'allait pas lui dire de s'en aller. En effet, Bailey savait ce que les parents voulaient entendre à ce moment la, et ce qu'ils ne souhaitaient surement pas voir, c'est une interne les yeux rouges et les larmes coulant sur les joues. A quoi bon y aller alors ?! Jen préférerait de loin rester assise ici, avec la présence de Mathew à ses côtés. Même s'ils ne se connaissaient pas énormément, sa compassion lui faisait du bien. Elle se risqua à lui demander ce qu'elle redoutait le plus.

- Ca a du jaser sur moi ce midi, n'est-ce pas ? -

Jen ne savait même pas si elle souhaitait avoir la réponse. Qu'est-ce que cela changerait de le savoir après tout ? Elle ne se sentirait que plus mal...


Dernière édition par Jen Andersen le Dim 18 Mar - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeDim 18 Mar - 12:33

    On perdra plus de patients qu’on en sauvera. Cette phrase était effrayante. Les médecins étaient faits pour sauver des vies. Et être chirurgien et ne plus pouvoir rien faire devait être tellement dur. Le jeune homme ne savait pas ce qu’elle ressentait. Les personnes étant aussi sensible face aux patients, s’attachant à eux, n’était pas ce qu’il connaissait. Au contraire lui n’était pas sensible, il s’était construit une carapace assez forte que l’empêchait un peu de former un lien fort. Il n’aimait pas s’impliquer. En faisant ça, Mathew cherchait surement à se protéger. Il ne voulait pas souffrir. Et en voyant comment Jen était mal à présent, il se disait qu’il avait bien fait de se protéger contre cela. La jeune femme acquiesça la phrase que Mathew venait de sortir. Elle s’assit sur l’un des bancs du foyer. Elle avait le regard vide. Visiblement, cette mort l’affectait bien plus que normal. Bien sur, le fait qu’un enfant meurt avant d’avoir vraiment commencé sa vie était vraiment triste mais on est médecin. Et il n’y avait pas de liens familiaux entre eux. La jeune interne ne devrait pas s’impliquer autant. Elle devrait prendre du recul et considérer un patient comme tel. S’impliquer autant n’était pas une très bonne idée. Mathew sortit la jeune fille en lui tendant une barre chocolatée. Elle en aurait besoin. Cela faisait toujours du bien de manger. La jeune fille semblait ne pas avoir très faim.


      Jen Anderson - Merci, mais tu sais je n'ai vraiment pas très faim. Je dois aller annoncer à la famille du jeune homme la terrible nouvelle. Je ne sais pas si j'en suis capable...


    C’était surement ça qui la mettait dans cet état. Elle devait aller voir la famille du patient pour leur annoncer la triste nouvelle. Dans l’état où elle était en ce moment-même, Mathew se doutait bien qu’elle ne serait pas vraiment capable de leur annoncer. Il faut être fort pour annoncer une terrible nouvelle. Si elle désirait leur annoncer, elle devrait sécher ses larmes. Mais elle n’avait pas l’air vraiment prêt, du mois pas pour le moment. Mathew ne connaissait pas bien cette jeune fille mais il la trouvait attachante. Mathew était dans une bonne journée. Il était tranquille et de bonne humeur. Il avait envie d’être gentil. Bien sur, tous les jours n’étaient pas comme ça. Parfois, il pouvait être exécrable. Il se prenait pour le meilleur et n’hésitait pas à marcher sur les autres. Mais là, il n’avait pas envie. Pas avec elle, la pauvre jeune fille était déjà assez accablé et Mathew n’avait pas envie de la rendre d’avantage triste. Jen semblait perdu dans ses pensées. Finalement, elle en sortit en posant une question à l’interne.


      Jen Anderson – Ca a du jaser sur moi, ce midi, n’est-ce pas ?


    En effet, les internes avaient parlé d’elle et de son patient. Mais il ne fallait pas qu’elle s’inquiète du regard des gens. Après tout, cela n’avait aucune importance. Mathew e fichait de se faire juger par les autres. Si ce que disaient les gens devait l’atteindre, le pauvre serait souvent accablé. Il avait appris à ne plus faire attention à ce que l’on disait sur lui. On avait beau le critiquer, à présent, il s’en fichait. Cela n’avait vraiment plus aucune importance. Il se fichait de se faire bien voir ou non. Il vivait pour lui, et non pas pour les autres. Si sa vie lui convenait, c’était le plus important. Peu importe ce que disait les gens. Jen était plus sensible donc le regard des gens l’importait sans doute plus qu’à Mathew.


      Mathew Evans – Un peu mais qu’importe ! Tu t’en fiches après tout. Qu’ils parlent tant qu’ils veulent, leurs paroles ne doivent pas t’atteindre.


    Annonça le jeune homme à l’interne. Elle ne devait pas faire attention aux paroles des autres internes. Après tout, c’était une vraie compétition, et tour le monde pouvait être, à un moment ou à un autre, cruel. Critiquer les plus faibles, c’était facile. Tellement facile que le jeune homme l’avait déjà fait. C’était surement lâche mais parfois cela faisait du bien. C’était surement ça le plus terrible dans l’histoire.
    Mathew avait fini sa barre chocolatée. Il déposa le papier dans une des poubelles non loin d’eux. Le jeune homme n’était pas pressé. Il attendait qu’on le bipe, de toute façon, cela ne servait pas à grand-chose de s’y rendre avant. Son patient était surement en train de passer son scan à l’heure qu’il était.


      Mathew Evans – C’est un métier dur, il va falloir s’endurcir ! Sinon, des gens vont se plaire à t’écraser !


Revenir en haut Aller en bas

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeDim 18 Mar - 13:29

Alors que la jeune femme avait posé une question dont elle n'était même pas sûre de vouloir la réponse, elle se mis à réfléchir à toutes les possibilités imaginables. - Suis - je détestée de tous ? Vais - je me faire virer ? Pourquoi suis - je aussi émotive avec quelqu'un que je ne connaissais même pas ? - Jen avait l'esprit totalement embrouillé. Elle ne savait plus quoi penser, ses idées se mélangeaient à lui en faire tourner la tête. Elle sentit ses yeux se fermer quelques secondes avant d'entendre la voix de Mathew : "Un peu mais qu'importe ! Tu t'en fiches après tout. Qu'ils parlent tant qu'ils veulent, leurs paroles ne doivent pas t'atteindre.

Mathew avait donc confirmé ce que la jeune interne redoutait. Cependant, au lieu de l'accabler, il l'avait rassuré et cela, Jen l'appréciait énormément. Il avait raison après tout, elle ne devait pas s'occuper d'eux. La compétition fait rage et à un moment ou à un autre, chacun en prend pour son grade. Jen ne l'avait pas croisé souvent, mais elle avait eu écho du comportement de Mathew. Lui ne s'attachait pas aux patients. Elle, au contraire, en faisait chaque fois une affaire personnelle. Comment faisait - il pour être si détaché ? De ce point de vue la, Jen l'enviait énormément.

Manger quelques bouchées de cette barre chocolatée lui avait vraiment fait beaucoup de bien. En effet, le chocolat était son pêché mignon. Mathew ne devait pas le savoir, mais le chocolat est sans doute la meilleure solution pour consoler la jeune femme. Alors que le chocolat lui remettait les idées en place, Mathew répliqua : "C'est un métier dur, il va falloir t'endurcir ! Sinon, des gens vont se plaire à t'écraser !"

Il n'avait pas tord. Jen avait déjà essuyé plusieurs critiques de ses collègues, et cela l'avait anormalement touché. Pourquoi ne pouvait - elle pas être comme tout le monde ? Prendre tout cela à la légère. Une question lui brûlait les lèvres et elle se décida finalement à la poser au jeune homme. En effet, il ne semblait pas presser, il restait avec la jeune femme.

- Comment fais tu, toi ? Comment tu arrives à être si détaché avec les patients ? -

Elle hésita, avant de rajouter, avec un sourire :

- Il faudrait que tu m'apprennes ! -

En réalité, même si elle le disait sur le ton de la rigolade, elle espérait réellement qu'il lui donne des conseils. La jeune femme sentait qu'elle en avait vraiment besoin. Ca serait un réel plaisir pour elle de vaincre son émotivité. Elle pensait qu'ainsi, elle serait un meilleur médecin, mais le travail était long pour réussir à accomplir ce changement. Mais au fond, elle pensait qu'un trait de caractère ne se changeait vraiment jamais totalement.

Peu à peu la jeune femme reprenait des forces, elle se sentait prête à retourner au travail mais c'est à ce moment là qu'elle se souvînt qu'elle devait aller voir la famille de Bryan. Elle avait envie de demander à Mathew de l'accompagner, de l'aider, mais quelque chose la retînt... - Je n'en demanderai pas un peu trop ? - Jen avait peur que le jeune homme ne lui réponde méchamment, ne lui dise qu'elle était interne à présent et qu'elle pouvait le faire seule. Elle attendit donc, espérant sans doute que le jeune homme ne brise le silence à sa place.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeDim 18 Mar - 20:18


    Mathew essayait de réconforter au mieux la jeune fille. Il n’avait pas l’habitude donc devrait être quand même un peu maladroit. A vrai dire, il n’avait pas l’habitude de réconforter les gens. D’habitude, il n’était pas dans cette position. C’était souvent lui, qui martyrisait les gens. Mais pas avec cette jeune fille. Elle avait quelque chose de touchant, d’agréable. Elle avait l’air de faire vraiment trop attention à ce que pensaient les autres d’elle. C’était stupide, si elle se fiait à ça, elle ne vivrait jamais pour elle. Il fallait qu’elle s’endurcisse sinon beaucoup de gens se plairaient à lui marcher dessus. Et puis, vu les vautours qu’il y avait à l’hôpital … Il ne fallait pas qu’elle soit considéré comme quelqu’un de faible. La chirurgie, était faite pour les gens forts, pleins d’ambitions. Ceux trop faibles abandonneraient vite s’ils n’en avaient pas la carrure. Jen Andersen n’était surement pas faible, elle était simplement trop émotive. Elle avait juste besoin d’apprendre un peu. Bien sur, se créer une carapace, n’était pas facile. Mathew s’en était créée une pour ne pas qu’on le prenne pour un faible. Après la mort de sa mère, il était tellement mal. Mais il avait vite repris du poil de la bête et s’était construit une carapace autour de son cœur afin de ne plus jamais autant souffrir que quand il avait perdu sa mère. Il avait du mal à s’attacher aux gens maintenant. Surtout pour construire une vraie relation. Il enchaînait les conquêtes insignifiantes. Il couchait avec des filles dont il se fichait totalement. Non, visiblement, il ne savait pas vraiment comment s’attacher véritablement à une personne du sexe opposé. Pour l’instant, avoir des histoires sans lendemain semblait lui convenir. Tant qu’il n’aurait pas trouvé vraiment la personne qui en vaudrait la peine, il continuerait à vivre comme il le faisait. On le jugeait surement mais il s’en fichait complètement. Lui, ne jugeait jamais personne parce qu’il n’avait pas à le faire. Il pensait qu’il ne fallait jamais juger un livre à sa couverture. C’était surement l’une de ses plus grands qualités, ne jamais jugé autrui. Bien sur, après, il avait de nombreux défauts également.

      Jen Andersen – Comment fais-tu toi ? Comment tu arrives à être si détaché avec les patients ? Il faudrait que tu m’apprennes.


    Mathew restait à l’écart des patients. Il ne se rapprochait pas d’eux. Il ne s’impliquait pas. Il préférait les connaître le moins possible. Car plus on les connaissait, plus on risquait de s’attacher. Alors en ignorant presque tout d’eux, on ne pouvait pas vraiment s’attacher. Mathew traitait les patients comme tels. Peut-être même était-il dur avec eux. Il était la plupart du temps assez froid. Il se fichait d’eux. Le plus important était le cas en question. S’il méritait son attention, tant mieux. Mathew décidait par-dessus tout apprendre. Il ne s’attardait pas à connaitre le nom des patients, ou à créer des liens avec. Il préférait sa position. Peut-être aurait-il du être plus humain avec eux. La jeune fille disait cela sur le ton de la rigolade mais peut-être y avait-il une dose de sérieux dans sa demande. Après tout, être aussi émotif avec un patient n’avait rien de bon. Il valait mieux les traiter comme tel et ne pas se croire au service psychologique.
    La jeune fille semblait pensive. Mathew la regardait, toujours assis sur le banc, en tailleur. Il se demandait ce qu’elle avait entendu sur lui. Car si elle écoutait les rumeurs, elle n’aurait sans doute pas une bonne image du jeune homme. On devait surement le montrer comme ce garçon qui couchait avec toutes les filles sans s’en soucier plus d’une soirée.

      Mathew Evans – Il ne vaut mieux pas que je te donne mes conseils, tu risquerais de devenir moins humaine.


    Annonça le jeune homme. Oui, il était bien trop froid pour que Jen devienne comme lui. Ce serait une mauvaise chose pour elle de devenir même un tout petit peu comme lui. Il savait pertinemment qu’il devrait changer car être aussi hautain avec les humains n’était pas vraiment bien. Mais il fallait qu’il fasse de nombreux travaux sur lui. Et combattre sa propre personnalité était sans doute assez dur. C’était sa carapace qui l’avait rendu aussi dur, à vrai dire. S’il n’avait pas vécu ce qu’il avait vécu, peut-être qu’il n’aurait pas fini comme ça finalement. Il l’ignorait et ne pouvait de toute façon pas le savoir. Alors inutile de s’attarder sur les « Et si »

      Mathew Evans – Et puis, peut-être vaut-il mieux être émotive que presque inhumain !


    Annonça le jeune homme avec un petit sourire pour la réconforter. Il n’aimait pas vraiment voir des pleurs s’écoulaient sur ses jours, surtout pour un patient. La mort était triste, il fallait le dire mais il fallait s’en remettre. Et apprendre à faire face. Dans leur métier, ils étaient confrontés à la mort tous les jours et ils ne pouvaient donc pas se permettre d’être aussi atteint. Le jeune homme se releva. Il en avait marre d’être assis. Mathew était plus un nerveux. Il n’aimait pas vraiment rester passif. Il bougeait sans arrêt. Il était un peu hyperactif. Il n’aimait pas être inutile. Il faisait pas mal de sport. Parfois il venait même au travail en courant. Peut-être était-il masochiste après tout. Le travail ne l’épuisait peut-être pas assez.

      Mathew Evans – Il faudrait allé voir la famille du patient, tu ne crois pas ?




Revenir en haut Aller en bas

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeDim 18 Mar - 21:21

Jen n'avait pas entendu grand chose à propos de Mathew, excepté ce que lui avaient dit quelques internes et infirmières, à savoir qu'il est assez froid avec les patients et que côté personnel, c'était un garçon plutôt frivole. C'est ce que Jen avait entendu, mais à ce moment précis, étant avec lui dans le foyer, elle ne voyait rien de cela... Il lui semblait être quelqu'un de compatissant et d'attachant. A sa question plus ou moins sérieuse, Jen eût une réponse pour le moins étonnante : "Il ne vaut mieux pas que je te donne des conseils, tu risquerais de devenir moins humaine."

Ces mots avaient glacé Jen. Pourquoi avait - il si peu d'estime pour lui ? Elle avait mal pour lui d'une certaine façon. Il tenta de la réconforter en répliquant, "Et puis peut-être vaut-il mieux être émotive que presque inhumain !"

La jeune femme n'aimait pas que les gens se dénigrent eux - mêmes. Pourtant, elle le faisait souvent... "Mais pourquoi es tu si idiote, ma pauvre Jen ?!" était une phrase qu'elle se disait assez fréquemment. Il n'empêche qu'elle ne savait pas quoi lui dire. C'était comme si les rôles étaient inversés, c'était maintenant à elle de rassurer Mathew. Il ne semblait pas en avoir besoin, il ne disait surement pas cela pour se faire plaindre, mais la jeune femme se sentait obligée de l'aider à son tour. Après avoir réfléchi quelques secondes qui firent peser un lourd silence, Jen lui répondit :

- Tu es si terrible que ça ?! Tu n'as pas l'air inhumain, regarde, on se connaît à peine et tu prends tout de même de ton temps pour être avec moi dans ce moment difficile... -

En effet, la jeune femme appréciait réellement sa présence. En temps normal, elle en aurait parlé avec sa famille mais là il lui était impossible de filer à New - York, comme cela, du jour au lendemain, et le téléphone faisait apparaître certaines limites à la communication !

Jen ne connaissait pas très bien Mathew mais s'il se pensait si inhumain que ça, c'est qu'il devait cacher quelque chose. Qu'avait - il vécu ? Qu'avait -il fait de si terrible ? Peut - être ne le saurait - elle jamais mais du peu qu'elle avait entendu, il s'attachait autant aux patients qu'à ses conquêtes d'une nuit. Jen n'osait pas y croire, elle préférait plutôt attendre de le connaître un peu mieux pour se faire sa propre opinion. Avec elle il était adorable, et après tout, c'est la seule chose qui comptait à ce moment là.

Alors que depuis le début de leur conversation, Mathew était assis sur le banc, tout près de Jen, il se releva. Jen pensa qu'il en avait marre et qu'il voulait partir mais avant même qu'elle ne s'excuse, il lui dit : "Il faudrait aller voir la famille du patient, tu ne crois pas ?"

Jen se reposait la même question qu'un peu plus tôt mais cette fois elle n'hésita pas. Elle sortir son miroir de poche pour voir si elle n'avait pas les yeux rouges. Bien sur, cette vérification ne servit à rien car, bien évidemment que la jeune interne avait les yeux rouges, mais elle ne pût rien y changer.

Avant de se lever, elle regarda Mathew, qui se tenait debout près d'elle, et lui demanda, avec une esquisse de sourire,

- Ca t'embêterait de venir avec moi ? -
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeMar 20 Mar - 19:08

    Mathew était toujours en la charmante compagnie de Jen. Le jeune homme la trouvait sympathique quoi que un peu émotive mais c’était sans doute cela qui faisait son charme. Il avait déjà entendu parler d’elle avant aujourd’hui. Les internes disaient d’elle qu’elle était plutôt gentille mais bien trop sensible et qu’elle s’attachait énormément aux patients. Cela dépendait de quel point de vue on se plaçait, mais créer un lien avec un patient pouvait être une bonne chose. Cela montrait notre humanité et le fait qu’on fasse attention à une autre personne que nous même. Mathew n’osait même pas demander ce que la jeune fille avait entendu d’elle. Après il savait qu’on disait de lui que c’était quelqu’un de frivole, se croyant légèrement supérieur aux autres … Mathew n’en avait que faire. Après tout, si elle voulait être amie avec lui, elle devrait le prendre avec ses qualités et ses défauts. Et des défauts, le jeune homme en avait beaucoup, alors il faudrait s’accrocher. Quand Mathew lui dit qu’elle ne voudrait pas qu’elle devienne moins humaine, l’interne sembla se raidir, comme si elle ne comprenait pas pourquoi le jeune homme lui disait cela. Elle peut être l’ignorait mais Mathew, lui, en avait pleinement conscience. Mathew ne se dénigrait pas vraiment enfin surement un peu en répétant cette phrase mais sinon hormis ça il était plutôt assez sur de lui et avait l’habitude de s’encenser plutôt que de s’enfoncer. C’était plutôt un mécanisme de défense pour ne jamais faiblir et montrer ses faiblesses à qui que ce soit.


      Jen Andersen - Tu es si terrible que ça ?! Tu n'as pas l'air inhumain, regarde, on se connaît à peine et tu prends tout de même de ton temps pour être avec moi dans ce moment difficile...


    Non, en ce moment même, il pouvait être d’accord avec la jeune femme. Il était gentil et compatissant avec l’interne qui était triste à cause de la mort d’une personne. Peut-être qu’il n’était comme ça simplement parce qu’il connaissait la douleur que la mort engendrait. Mais Mathew avait tout de même du mal à admettre qu’il était quelqu’un de bien. Il se féliciter souvent, se mettant en valeur mais il n’avait jamais dit à personne qu’il trouvait qu’il était vraiment quelqu’un de bien. Il ne savait pas vraiment pourquoi il pensait ça. Peut-être était-ce à cause de toutes ses filles dont il pouvait très bien briser le cœur sans que cela ne lui fasses rien. Il se fichait de ces filles car il ne s’attachait même pas. Il avait également fait tellement de bêtise et fait de mal à tellement de personnes depuis qu’il était petit. Mais il cachait surement ce mal-être avec son excessive confiance en lui.


      Mathew Evans – Tu ne me connais sans doute pas assez …

    Annonça t-il avec le sourire aux lèvres. Une fois de plus il cachait ses émotions derrière un simple sourire. Le jeune homme restait debout tout en marchant dans le foyer des internes. Il n’y avait plus que lui et Jen dans le foyer. Mais cette situation ne le dérangeait pas le moins du monde. La jeune fille était très sympathique et sa compagnie était un vrai plaisir. De plus, elle était plutôt séduisante donc cela ne dérangeait en aucun Mathew de rester avec une jeune fille pareille. Le jeune homme lui souriait, il voulait changer de sujet. Après tout sa vie n’avait pas beaucoup d’importance et puis au début il voulait réconforter la jeune fille et en aucun cas se faire plaindre. Pour changer le sujet, le jeune homme lui annonça qu’il serait sans doute temps d’aller annoncer la terrible nouvelle à la famille. La jeune fille savait surement qu’il était grand temps d’y aller mais elle avait sans doute peur d’y aller.


      Jen Andersen - Ca t'embêterait de venir avec moi ?

    Demanda t-elle avec une esquisse de sourire. Le jeune homme sentit un sourire lui monter aux lèvres. Evidemment que ça ne le dérangeait pas. D’ailleurs cette idée lui était dans l’esprit quand il lui avait dit qu’il serait temps d’aller les voir. Il ne se sentait pas de laisser la jeune fille aller toute seule à l’encontre des parents. Elle aurait surement bien trop de mal pour le faire toute seule. D’ailleurs, si elle n’y arrivait vraiment pas, le jeune homme serait là pour l’aider. Elle aurait surement besoin de soutien de toute façon car annoncer à des gens la terrible nouvelle était leur enlever tout leur espoir par la même occasion.


      Mathew Evans – Evidemment que je vais venir avec toi.

    Annonça le jeune homme le sourire aux lèvres pour rassurer la jeune fille. Il tendit sa main à la jeune fille pour l’aider à se lever puis se dirigea vers la porte et l’ouvrit. Annoncer la mort n’avait vraiment rien de facile. Etre d’un côté comme de l’autre était vraiment une épreuve. Pour Mathew, il valait mieux se trouver du côté de la médecine.


      Mathew Evans – Pèse bien tes mots, ça pourrait les détruire …



Revenir en haut Aller en bas

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeMer 21 Mar - 20:36

Alors que la jeune femme craignait que Mathew ne se dénigre et ne se sous - estime, elle était réellement perplexe... En effet, lorsque l'on ne connaît pas quelqu'un, la première impression est souvent la bonne, et sa première impression de Mathew était excellente. Il était tout ce qu'elle avait toujours cherché sans jamais trouver. Le jeune interne était attentionné, rassurant, calme, charismatique, et il fallait le dire, plutôt mignon dans son genre. Certes, elle ne le connaissait pas, et c'est ce que lui fit d'ailleurs remarquer Mathew... "Tu ne me connais sans doute pas assez..." La jeune femme ne su pas vraiment quoi répondre... Elle mourrait d'envie de justement, le connaître plus, mais pouvait - elle lui dire ainsi ? Elle se contenta de lui répondre, sans grande conviction,

- sans doutes... -

Alors que le jeune homme s'était levé, Jen osa enfin lui demander si cela l'embêtait de l'accompagner. La réponse de Mathew enthousiasma Jen. Ce dernier, plein de compassion, lui répondit :"Evidemment que je vais venir avec toi." La jeune interne avait tellement peur de sa réponse qu'elle fût immédiatement soulagée et ne pût s'empêcher de lui sourire quand Mathew lui tendit la main pour l'aider à se lever. Après tout, peut - être était - il imprévisible...

Alors que Mathew lui ouvrit la porte et lui dicta quelques dernières recommandations, ils marchèrent tout deux vers le hall d'entrée, non loin du foyer des internes... Durant les premiers mètres, la démarche de Jen était pour le moins hésitante... Elle sentait son coeur battre tellement fort qu'il aurait pu exploser dans sa poitrine. Alors qu'elle croisa le regard de Mathew, cela lui redonna du courage et elle continua de marcher.

Arrivés dans le hall d'entrée, Jen observa les personnes présentes, pris une grande inspiration, se tourna vers Mathew, baissa les yeux et lui dit :

- Ce sont eux... Bryan avait les yeux d'un bleu que je ne pourrai oublier. Cette femme, là - bas, avec le T - shirt bariolé, a exactement les mêmes yeux que son fils. Et l'homme à ses côtés, il semble être la copie conforme de Bryan. -

La jeune femme semblait sûre d'elle. Ces choses là ne s'expliquent pas, elles se sentent... Jen ferma les yeux un instant, se tourna à nouveau vers Mathew, s'attacha les cheveux et se mit à marcher vers ce couple... Tout en marchant, Jen murmurait des phrases telles que "Je ne peux pas", "C'est impossible". Elle essayait de camoufler au maximum ses murmures en priant pour que Mathew ne l'entende pas...

En arrivant à leur niveau, la jeune femme ralentit, puis, s'arrêtant devant eux, leur dit, en essayant de paraître la moins triste possible,

- Bonjour, êtes - vous les parents de Bryan ? -
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeSam 24 Mar - 14:09

    Le jeune homme lui annonça qu’elle ne le connaissait pas assez. C’était vrai après tout. C’était sans doute la première fois que les deux jeunes gens se parlaient plus de quelques secondes. Mathew était content d’avoir pris le temps de lui parler. C’était quelqu’un de très gentille. Et c’est vrai que jusqu’à maintenant il n’avait pas vraiment fait attention à elle, mais il avait eu tord, elle méritait qu’on s’intéresse à elle. Personne ne l’avait bipé pour le moment, il pouvait donc rester d’avantage avec elle. Celle-ci lui répondit que sans doute elle ne le connaissait pas tellement. C’était peut-être mieux finalement qu’elle n’en sache que peu sur lui. Les gens qui en savaient un peu plus, ne l’aimait souvent que très peu. Mais Mathew avait fait le choix d’être comme ça. Alors peut-être qu’il couchait avec tout le monde. Mais cela était-il terrible. Non, ça montrait surtout qui il était. Incapable de se mettre dans une relation normale, ou même d’aimer quelqu’un d’autre que lui-même, il se réfugiait dans le libertinage. Mais il grandissait, il avait vingt-sept ans maintenant et tôt ou tard, il devrait bien grandir et arrêter de se comporter de la sorte. Il le savait mais il n’était pas sur de vraiment le vouloir. Une chose était sur, c’était qu’il ne troquerait pas cette vie pour une fille qu’il n’aimait pas vraiment. Il faudrait vraiment qu’il se passe une révolution dans son petit cœur. Serait-il possible ? Juste l’avenir nous le dirait.

    Jen savait que c’était le moment d’aller voir la famille du patient, de Bryan. Bizarrement, le jeune homme avait retenu son prénom. Ce n’était pas vraiment son habitude. Il ne se souvenait pas souvent du nom des patients, alors ceux des autres l’indifféraient. Mais là, il l’avait retenu, il ne savait même pas pourquoi. Mathew voulait bien l’accompagner. Il y avait pensé depuis le début après tout. Et puis, il ne pouvait pas la laisser y aller toute seule. Elle avait besoin de soutien, et peut être même de quelqu’un pour l’aider. Dans tout les cas, Mathew serait là, avec elle. Le jeune homme lui ouvrit la porte afin qu’elle puisse sortir tout en lui donnant quelques indications. Peut-être qu’elle savait déjà ça mais la jeune fille avait sans doute besoin d’entendre des mots. Tout les deux marchèrent dans le couloir vers le hall d’entrée. Tout semblait si calme et si bruyant à la fois. Mathew jeta un coup d’œil à Jen. Elle semblait allée mieux. Peut-être réussirait-elle finalement à y arriver sans que Mathew ait à interférer. Non finalement quand ils arrivèrent près du but, la démarche de la jeune femme se faisait hésitante. Le jeune homme croisa le regard de l’interne et lui fit un sourire afin de lui faire comprendre qu’il était là. Quand ils furent arrivés dans le hall d’entrée, elle prit une inspiration, tout en observant les personnes présentes dans la pièce. Enfin, elle se retourna vers Mathew et baissa les yeux.


      Jen Andersen - Ce sont eux... Bryan avait les yeux d'un bleu que je ne pourrai oublier. Cette femme, là - bas, avec le T-shirt bariolé, a exactement les mêmes yeux que son fils. Et l'homme à ses côtés, il semble être la copie conforme de Bryan.


    Elle semblait sure d’elle. Mathew ne pouvait pas savoir, ni même approuver. Après tout, il n’avait jamais vu Bryan. Alors il ne saurait dire à quoi ressemblaient ses parents. La femme, que Jen avait montrée, avait surement une quarantaine d’année. Elle semblait pleine d’espoir. Elle attendait visiblement qu’un médecin vienne la voir afin qu’on lui dise que son fils allait bien. Mathew venait de comprendre qu’il ne faudrait pas être lent à annoncer la terrible nouvelle, il fallait leur dire au plus vite sans montrer les sentiments mais sans paraître froid non plus. Mathew considéra le père un instant, il semblait étrangement calme, comme prêt à toute situation. Le jeune homme regardait à présent la jeune interne. Il ne savait pas que dire, il ignorait quels mots il devait utiliser pour la rassurer à ce moment-là. Elle ferma les yeux un instant avant de se tourner à nouveau vers lui. Elle s’attacha les cheveux et commença à marcher vers la famille. Mathew la suivit et resta à ses côtés. Il l’entendit murmurer quelque chose d’intelligible. Ils arrivèrent quelques secondes après, auprès de la famille qui se leva lorsque Jen commença à parler.


      Jen Andersen - Bonjour, êtes-vous les parents de Bryan ?


    La femme acquiesça tout en les questionnant du regard pour avoir des nouvelles de son fils. Elle tenait tellement fort la main de son mari que Mathew se demandait comment celui-ci n’arborait pas une grimace sur le visage. Le jeune homme jeta un coup d’œil à Jen. Il voulait savoir si elle serait capable de parler à cette famille car si non, Mathew prendrait les devants. Dans tout les cas, il ne fallait pas les faire attendre d’avantage. La mort était sans doute l’une des choses les plus difficiles à annoncer. C’était sans doute l’une des plus tristes aussi. Car, c’est ôter tout espoir à une famille qui espère sans cesse. C’est détruire et anéantir une famille. C’est tout simplement leur changer leurs vies à tout jamais. Finalement Jen trouva le courage de leur annoncer. Elle regardait par moment le jeune homme afin de trouver son soutien. Le jeune homme était là pour lui sourire, pour la regarder, pour l’aider à l’aide de petits gestes inutiles. Mathew observa la femme s’effondrer au fur et à mesure que Jen parlait. Mathew détourna le regard pour ne pas la voir exprimer toute sa tristesse. C’était comme s’il ne voulait pas regarder la tristesse en face, comme si quelque chose le dégoutait ou lui faisait peur dans cette détresse. Le jeune homme avala sa salive et quand Jen eut finit de l’annoncer à la famille, ils s’éloignèrent peu à peu.


      Mathew Evans – Tu t’en ai très bien sorti Jen !

    Annonça le jeune homme comme pour la féliciter d’avoir franchi un cap. Elle avait réussi d’allé au-delà de ses émotions pour faire son travail, ce qui était une excellente chose. Mathew continuait de marcher lentement, s’éloignant un peu plus à chaque seconde de cette famille décomposé. Il jeta un coup d’œil derrière lui, et vit la femme pleurait toute les larmes de son corps. Il fit une grimace avant de se retourner. Il espérait que Jen ne l’avait pas vu. Sinon, elle lui poserait surement des questions dont Mathew n’avait pas envie d’essayer de répondre. Le jeune homme jeta un coup d’œil à la jeune fille.


      Mathew Evans – Euh … Sinon, ça te dit de venir boire un verre avec moi, ce soir ?


Revenir en haut Aller en bas

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeSam 24 Mar - 21:20

La jeune femme s’était dirigée d’un pas hésitant vers le hall d’accueil. Au fur et à mesures qu’elle marchait, elle voyait des sourires rassurant de la part de Mathew. Même si cela était peu, cela l’aidait énormément ! Arrivée dans le hall, elle reconnût tout de suite les parents de Bryan et elle se dirigea vers eux. Mathew la suivait, sans pouvoir ni confirmer ni infirmer ce que la jeune femme disait. Arrivée devant le couple, Jen remarqua qu'ils étaient plein d'espoir. Cela la fît ralentir quelque peu avant d'arriver tout à fait à leur niveau.

La jeune interne leur demanda s'ils étaient les parents de Bryan, et sitôt sa question terminée, le couple répondu d'un "oui" plein d'espoir. Ils arboraient un sourire et ils attendaient de Jen qu'elle leur confirme ce sourire, qu'elle leur annonce une bonne nouvelle.

- Madame, monsieur... Votre fils Bryan s'est fait renversé par une voiture ce midi... Il est arrivé à l’hôpital avec de sérieuses blessures. Nous l'avons immédiatement emmené au bloc opératoire et nos meilleurs chirurgiens ont absolument tout tenter pour lui sauver la vie, mais ses blessures étaient trop importantes... -

A ce moment là, les parents de Bryan commencèrent à ne plus écouter, la femme faisait de son mieux pour ne pas pleurer mais bientôt elle ne pût retenir ses larmes. Pendant que Jen leur annonçait cette terrible nouvelle, elle sentit sa main frôler celle de Mathew. Le jeune homme tentait de la rassurer par de simples gestes qui donnaient énormément de courage à la jeune interne. Alors qu'elle sentait que Mathew la regardait, comme pour la chercher du regard et la soutenir, la jeune femme pu terminer de parler à la famille...

- Ses poumons ont d'abord lâchés, puis ses reins, et son coeur n'a pu continuer de battre. Bryan est décédé à 14h47, au bloc opératoire. Je suis... Nous sommes profondément désolés. Nos médecins ont tenté l'impossible mais lorsqu'il est arrivé aux urgences, il était déjà touché avec une extrême gravité. Je suis sincèrement désolée, monsieur et madame Shink. -

Lorsque Jen eût finit de parler au couple dévasté, elle n'osa pas regarder Mathew. Elle se retourna simplement pour pouvoir laisser le couple se retrouver ensemble pour partager leur douleur. Alors qu'ils s'éloignèrent peu à peu des parents de Bryan, Mathew se retourna vers eux, mais Jen n'en fit pas autant. La jeune femme entendait la femme pleurer, elle ne voulait pas en plus avoir à endurer la vue de cette tristesse. Cette famille allait être désemparée pendant de longs mois, voire de longues années, et rien ni personne ne pouvait rien y changer, malheureusement.

Jen était heureuse de la présence de Mathew. Ses regards et ses gestes l'avaient vraiment touchée et elle était persuadée que sans lui, elle n'aurait pas pu. Mathew lui dit une phrase, après qu'ils se soient assez éloignés de la famille, "Tu t’en ai très bien sorti Jen !" Cette phrase avait plus que tout rassuré Jen, qui savait désormais qu'elle était capable d'aller au delà de ses émotions. Cela signifiait également qu'elle pouvait exercer ce métier aussi bien qu'un autre car ce qui lui manquait, ce n'était pas les compétences intellectuelles, mais bien la capacité à faire face à la mort. Aujourd'hui, elle avait réussi à ravaler ses émotions pour annoncer la pire chose qui soit. 15 ans, c'était l'âge de sa soeur, Kristen, et Jen n'osait même pas imaginer comment elle réagirait si ça avait été sa soeur, au lieu de Bryan...

Mathew brisa ce silence en invitant Jen à boire un verre le soir même. Jen était heureuse de cette proposition. Après une journée si éprouvante, elle ne voulait pas rester toute seule ce soir, et puis, elle souhaitait également apprendre à mieux connaître le jeune interne. Elle resta en silence l'espace d'une demi seconde, s'arrêta de marcher, se tourna vers Mathew et lui dit, dans un soupir de soulagement,

- Tu ne peux pas savoir à quel point cela me ferait du bien ! -

Elle arborait un sourire sur son visage. La jeune femme souhaitait plus que tout oublier cette journée atroce et la proposition de Mathew y contribua. C'est comme si une nouvelle journée avait commencée à ce moment précis et d'un seul coup, la tristesse s'évapora de l'esprit de Jen et son visage se relâcha... La pression était retombée tellement brusquement qu'elle sentait des larmes se former dans les yeux, mais cette fois ci ces larmes n'appartenaient plus vraiment à la tristesse...

Il était déjà 17h30 et la jeune femme terminait sa garde une heure plus tard, elle demanda alors à Mathew,

- Je termine dans une heure. Tu veux que l'on se retrouve chez Joe ou tu souhaitais m'emmener dans un autre endroit ? -

La jeune femme ne savait pas vraiment quelle réponse elle préférait... Chez Joe, il y aurait tous les internes qui passent leur temps à la critiquer, mais l'endroit était plus familier et donc plus réconfortant, donc en définitive, cela lui était égal...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeMer 28 Mar - 11:36



      Jen Andersen - Madame, monsieur... Votre fils Bryan s'est fait renversé par une voiture ce midi... Il est arrivé à l’hôpital avec de sérieuses blessures. Nous l'avons immédiatement emmené au bloc opératoire et nos meilleurs chirurgiens ont absolument tout tenté pour lui sauver la vie, mais ses blessures étaient trop importantes...


    La jeune femme semblait maîtriser assez bien la situation. Elle ne ressemblait plus à la jeune fille en larmes dans le foyer des internes. Mathew lui faisait quelques sourires discrets. Il lui faisait quelques attention afin qu’elle sache qu’il était avec lui si elle en avait besoin. Evidemment, il ne partirait pas, il resterait avec elle, jusqu’à qu’elle eut fini d’annoncer la terrible nouvelle. Le fils de la famille, Bryan, était mort des suites de ses blessures après un accident de voitures. Mathew n’avait pas entendu la véritable histoire. Il connaissait ce patient par l’intermédiaire des internes qui en parlaient le midi à la cafétéria puis un peu par Jen qui lui en avait parlé brièvement quant ils étaient dans le foyer des internes. Etre chirurgien et ne pas pouvoir faire quelque chose pour sauver son patient étaient sans doute quelque chose d’horrible. La femme ne semblait plus vraiment écouter Jen. Ca se comprenait assez, étant donné qu’il n’y avait plus rien à écouter. L’interne venait d’anéantir tout ses espoirs. Son fils ne vivait plus et elle était en train de se décomposer, en train de se demander comment elle pouvait vivre sans que son fils fasse parti de ce monde. Elle retenait difficilement ses larmes, étant effondré par la nouvelle. Sa raison de vivre n’était désormais plus. La tristesse qui devait monter en elle, était tellement grande. Avoir autant de tristesse sous les yeux gênait un peu le jeune homme. Il ne savait pas vraiment pourquoi mais il n’aimait pas ce débordement d’émotions. Mathew regardait d’un œil la jeune fille tandis qu’elle continuait à parler à la famille.


      Jen Andersen - Ses poumons ont d'abord lâchés, puis ses reins, et son cœur n'a pu continuer de battre. Bryan est décédé à 14h47, au bloc opératoire. Je suis... Nous sommes profondément désolés. Nos médecins ont tenté l'impossible mais lorsqu'il est arrivé aux urgences, il était déjà touché avec une extrême gravité. Je suis sincèrement désolée, monsieur et madame Shink.


    Tous ses organes avaient donc lâchés au fur et à mesure. Ce n’était donc pas étonnant qu’ils n’avaient rien pu faire de plus. Quand plus rien ne fonctionnait, il n’y avait plus beaucoup d’espoir. Mathew demeurait silencieux. Qu’il parle n’aurait de toute façon pas aidé la famille du défunt. Et puis, Jen se débrouillait fantastiquement bien. Elle n’avait aucunement besoin de lui. Jen avait fini de leur parler. Ils pouvaient à présent s’en aller. Ainsi les deux jeunes gens se retournèrent et s’éloignèrent de la famille de Bryan. Mathew jeta un coup d’œil derrière lui. Jen semblait en avoir fini et contrairement à lui, ne regarda pas une dernière fois la pauvre femme. On entendait toujours la pauvre femme pleurer. Mathew tourna la tête. Il félicita l’interne car elle s’en était très bien sorti. La jeune femme avait réussi d’aller au-delà de ses émotions afin d’annoncer une terrible nouvelle. Il ne fallait pas qu’elle se laisse marcher sur les pieds puisqu’elle était capable, elle aussi, malgré sa sensibilité, d’en faire autant que les autres.
    Le silence était légèrement pesant, ainsi Mathew décida de briser ce silence en invitant la jeune femme à prendre un verre chez Joe, après sa garde. Cela faisait toujours du bien de boire un verre. Joe était son bar préféré. Il allait souvent là-bas, que ce soit pour se détendre ou pour passer un bon moment. Il avait rencontré de nombreuses jeunes femmes là-bas. C’était un endroit familial, si l’on pouvait dire. Il allait également de temps en temps boire un verre avec Alex. La jeune femme s’arrêta un instant et se tourna vers Mathew. Dans un soupir de soulagement, elle lui annonça que cela lui ferait le plus grand bien. Elle faisait un grand sourire. Visiblement, la proposition du jeune homme lui faisait assez plaisir. Le jeune homme lui rendit son sourire. Elle était belle quand elle souriait. Mais des larmes coulaient sur ses joues. Ce n’était pas des larmes semblables à celles de tout à l’heure. La pression était retombée et c’était donc pour ça que de l’eau s’échappait de ses yeux.


      Jen Andersen – Je termine dans une heure. Tu veux que l’on se retrouve chez Joe ou tu souhaitais m’emmener dans un autre endroit ?

    Mathew lui proposa de la retrouver chez Joe. Il se sentait plus à l’aise là-bas surement parce qu’il avait l’habitude d’y aller. Le jeune homme lui fit un sourire et pénétra dans le foyer des internes. Il prit des affaires dans son casier et se rendit dans les douches afin d’en prendre une. Mathew avait fini sa garde dans une heure, lui aussi. Mais son résident l’avait autorisé à partir plus tôt. Ainsi le jeune homme se préparait pour allé boire un verre avec Jen Andersen. Il passait donc une demi-heure sous la douche. Il aimait prendre de longues douches après le travail. Ca le détendait assez. Il attrapa sa serviette et sortit donc de la salle. Il commença à s’habiller, s’étant débarrassé un peu plus tôt de sa tenue de travail. Le jeune homme enfila un jean serré noir, puis une chemise blanche. Quand il voulait, il savait porter des vêtements qui lui donnaient un air plutôt sérieux. Le jeune homme n’était pas mécontent de l’image qu’il renvoyait avec cette tenue. Il mit ses chaussures et regarda sa montre. Sa garde était officiellement terminée. Il prit son porte-monnaie dans son casier et quitta le foyer des internes. Il quitta même l’hôpital pour se rendre au bar chez Joe. Il pénétra dedans et alla s’installer au bar, en attendant Jen. Le jeune homme commanda une vodka. Il aurait bien voulu commander quelque chose pour Jen mais il ne connaissait pas vraiment ses goûts. Pour le moment, il ne savait les goûts de la jeune femme, après tout. Mathew attendait donc la jeune fille. Il se tourna vers Joe.


      Mathew Evans – Pourquoi je suis nerveux ? Après tout, j’ai l’habitude, non ?


Revenir en haut Aller en bas

Jen Andersen

Jen Andersen

◭ bipés : 22
◭ avatar : Etudiante
◭ copyright : Plus heureuse que moi je sais pas si c'est faisable la !! :D


Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitimeJeu 29 Mar - 18:58

Mathew avait invité Jen à boire un verre, et comme cela était prévisible, il préféra la retrouver chez Joe, ce qu'accepta avec plaisir la jeune femme. L'interne terminait sa garde une heure plus tard, tandis que Mathew avait exceptionnellement finit à ce moment là de la journée. Ils s'étaient donc quittés, Mathew allant se préparer, et Jen retournant à son travail aux urgences.

Pendant l'heure qui suivie, il ne se passa pas grand chose, et c'était tant mieux ! La jeune femme avait eu assez d'émotions pour la journée ! A 17h28 pour être exacte (la jeune femme était assez stressée et regardait sa montre souvent), elle finit les sutures d'une fillette qui s'était coupée avec un couteau en voulant aider sa mère à cuisiner...

Jen s'engouffra ensuite dans le foyer des internes pour ainsi fuir les urgences et être sûre de ne pas avoir d'autre patients à traiter pour la journée. Elle pris une douche rapide, elle ne voulait pas trop faire attendre Mathew. En sortant de sa douche, elle se détacha les cheveux pour essayer de ressembler à quelque chose, elle enfila ensuite un slim noir comme à son habitude, ainsi qu'un haut assez simple, aux manches trois quarts, puis se couvrit d'une grosse veste tellement il faisait froid dehors.

Avant de sortir du foyer des internes, la jeune interne eût une petite hésitation. Et si, après tout, les gens disaient vrai ? Si Mathew n'était qu'un tombeur qui laisse tomber tout le monde ? La jeune femme ne voulait pas souffrir mais elle se rendit quand même chez Joe. Elle avait envie de se faire son idée plutôt que de suivre les autres comme un mouton !

Lorsqu'elle poussa la porte du bar de chez Joe, Jen vît que Mathew était assis au bar et et discutait avec Joe. Elle vît des internes assis à une table puis rejoignit Mathew au bar, où elle lui lança un timide,

- Salut ! Désolée de t'avoir fait attendre. -

Elle s'assit sur l'un des tabouret libres près du jeune homme et lui sourit. Jen se dit en son fort intérieur que Mathew était plutôt bel homme. Il portait une chemine et un jean noir, cela lui allait très bien, et changeait grandement des blouses et autres tenues stérilisées ! Elle se sentait bête. Elle ne s'était pas habillée exceptionnellement bien, elle était vêtue simplement et craignait que le jeune homme ne le lui fasse remarquer. La jeune femme ne s'habillait pas souvent pour sortir. A dire vrai elle ne sortait même pas souvent, elle avait peu d'amis à Seattle pour le moment, mais cela lui faisait grand bien de pouvoir passer un moment qu'elle espérait agréable avec l'interne qui l'avait rassurée toute la journée...

Jen ne voulait pas vraiment ramener ce sujet sur le tapis mais cela lui tenait à coeur et elle ajouta donc,

- Merci beaucoup, vraiment, pour aujourd'hui ! Je n'aurais pas pu le faire sans toi. -
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Empty
MessageSujet: Re: Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)    Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour sans. (Jen Andersen & Mathew Evans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» 5 fruits par jour
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Esti de gagn de sans-dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
Back in the wild
 :: 
Thanks for the memories
-