AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Réduction sur la console Nintendo Switch Lite
196.29 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité



Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Empty
MessageSujet: Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>   Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Icon_minitimeDim 26 Fév - 14:58

Aujourd'hui, c'était jour de garde. Habituellement, ce jour là rimait aussi avec action, mais ce soir, c'était plutôt avec glande totale. Pas un seul patient en vue pour cette nuit alors cette dernière s'annonçait particulièrement longue pour cette fois. Lennox devrait s'en réjouir, pour une fois, pas obligé de courir dans tous les sens, d'être à 300% chaque seconde, mais non. Ca le désolait de voir tant d'inaction. Et pourtant la cardio-thoracique était toujours sur le pont car admettons-le, mis à part certains problème spécifique, les gens ayant des accidents ou souffrant de quelque chose de grave échouaient presque toujours dans ce service là. Mais pas un chat ce soir, à croire qu'il dormait éveillé, ou l'inverse, allez savoir.
Toujours est-il qu'il n'en pouvait plus de rester assis au bureau des infirmières et pour lutter contre l'ennui et s'assurer de rester éveillé pour le reste de sa longue garde monotone, il pris la direction de la cafétaria. Au cas où, il avait bien sûr son beeper et il avait prévenu l'infirmière de garde avec lui qu'il se rendait là-bas -on est jamais trop prudent-. Mais il doutait bizarrement qu'il sonnerait ce soir. Mais bon, mieux valait prévenir que guérrir. Ainsi donc, il prit les escaliers direction la cafétaria. Une fois sur place, l'endroit désert -sans la moindre surprise-, il se dirigea vers les thermos de café et se prit un grand gobelet de café bien chaud et ajouta un peu de sucre mais juste un peu, histoire de préserver les effets de la caféine un minimum. L'endroit ressemblait vraiment à un décor de ville fantôme. Pas âme qui vive, si ce n'est la caissière, à moitié endormie. Une fois son café payé, il laissa la pauvre fille à son sort -et à son épais bouquin visiblement soporifique...- et alla faire un tour dans les étages, histoire de voir si ailleurs, il y avait un peu plus d'action.

Mais il fut bien vite déçu. Il n'y avait guère plus d'activité en ortho ou en traumato. Il marcha donc nonchalament jusqu'au tableau des opérations prévues aujourd'hui. L'immense tableau était presque vide, mis à part quelques opérations d'ores et déjà achevées. Il y avait de quoi limite déprimer. Oh bien sûr, il lui resterait toujours au pire des cas -et là, vraiment dans le pire- de la paperasse à terminer. La plaie des médecins, contrairement à ce qu'on peut penser, ce n'est pas les patients, mais bien la paperasserie. Le côté administratif de l'exercice de la médecine. On y pense jamais vraiment durant ses études, plus à sauver des vies, alors forcément une fois confronté à la réalité... Ca peut décevoir, forcément.
Mais avant même de considérer se résoudre à mettre le nez dans la pile de dossiers post-ops et autres réjouissances, il prendrait son temps. Après tout il n'était pas préssé, puisque personne ne menaçait de mourir dans les trente minutes à venir. Il pouvait donc savourer tranquillement son café, peinard. Bon, à vrai dire, rester comme ça, sans rien faire, ça le rendait un peu tendu. Il n'aimait pas "glander", partisant du savoir qui peut toujours s'accroitre en toute circonstance. Mais là, à vrai dire, vu qu'il n'y avait pas grand monde, qui il pourrait bien aller déranger pour parler d'une procédure de remplacement valvulaire ou des derniers essais cliniques concernant des greffons artificiels ? La réponse il l'avait. Personne. Voilà pourquoi, résigné au final à se farcir sa paperasse qu'il se décida à retourner à son service. Mais la silhouette qu'il aperçu au bout du couloir, se dirigeant vers lui l'en dissuada presque aussitôt.

Mara. La seule et unique. Et immédiatement il se dit qu'il aurait peut-être mieux fait de partir quand même car ça devait bien faire au bas mot une semaine qu'ils ne s'étaient plus parlés et bien plus qu'ils n'étaient plus aller boire un verre chez Joe. Mais comment dire... Lennox se sentait devenir de plus en plus nerveux quand elle était dans les parages. N'ayons pas peur des mots, il était intimidé. Pour la simple et bonne raison que de simples amis, ils étaient en quelques sorte passés à un autre stade, stade qu'il ne parvenait pas encore à définir lui-même à vrai dire. Quand elle arriva à sa hauteur, il la salua d'un sourire. « Salut. T'es de garde aussi ? »
La réponse était plus qu'évidente bien entendu, mais il ne savait pas trop quoi dire d'autre pour le moment, et puis quand bien même, c'était histoire de lancer la conversation. N'oublions pas que pour lui, malgré ses apparences de mec à qui rien ne résiste grâce à son physique avantageux, Lennox n'avait eu que deux femmes dans sa vie jusqu'à présent et que la dernière avait été sa femme, morte il y a encore relativement peu de temps. Enfin surtout pour lui à vrai dire. Alors oui, il s'y prenait sans doute un peu mal, mais il avait des circonstances atténuantes.... « C'est calme ce soir hein ? On s'croirait dans une maison abandonnée... »
Revenir en haut Aller en bas

Mara Hendricks

Mara Hendricks

◭ bipés : 39
◭ avatar : Katharine McPhee
◭ copyright : Blinizz Sucré


Fiche de Service
+ libre pour rp:
+ pense bête:

Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Empty
MessageSujet: Re: Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>   Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Icon_minitimeDim 26 Fév - 20:58

    Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> 194431maralennox

    3h du matin. Mara était arrivée au SGMWH tôt le matin parce que les urgences l’avait bippé et elle avait passé la journée au bloc. Elle avait, au total eut 4 interventions et en sortant du bloc, elle s’était isolée pendant une demi-heure dans un coin pour faire des étirements. Elle avait passé plusieurs heures d’affilées au bloc et il fallait qu’elle détende ses muscles engourdis. Elle était ensuite revenue en gynéco ou elle avait remplie tous ses dossiers et fait les post-op.

    A peine avait-elle finit de manger que les urgences la bipait. Une jeune mère de 22 ans, enceinte de 7mois d’un enfant trisomique était prête à accoucher. Mara l’avait faite admettre et l’avait muté à la maternité pour un monitorage. Le Dr Harris était arrivée et lui avait demandé de surveiller sa patiente toute la journée. Malgré les contractions le col de la patiente n’était pas assez dilaté et Mara devait encore la surveiller cette nuit. Kate lui avait confié sa patiente : si celle-ci devait accoucher cette nuit ce serait Mara qui s’en occuperait, elle ne devait en aucun cas l’appeler mais se débrouiller toute seule.

    Et voilà donc la raison pour laquelle la résidente se retrouvait à 3h du matin encore dans les couloirs du SGMWH. Elle venait d’aller voir sa patiente, Melle Sanders, qui devait accoucher d’une minute à l’autre de son bébé trisomique. Il manquait juste 3 cm pour que le col soit dilaté au maximum … et sans traitement ! Mara estimait l’accouchement d’ici 4 à 5h plus tard. Elle précisa aux infirmières de nuit qu’elle se trouvait dans l’hopital et qu’elles pouvaient à la bipper à tout moment. De toute façon, ce n’était pas cette nuit qu’elle allait pouvoir dormir en salle de garde. Elle descendit rapidement à l’entrée de l’hopital pour se ravitailler en M&N’S. Ces cochoneries étaient une vraie drogue pour elle, tout comme le café. C’était les deux choses dont elle avait besoin quand elle faisait des gardes aussi longues. Voyant qu’elle avait encore du temps devant – à 3h du matin il n’y avait pas beaucoup d’animations ! – elle repassa par la salle des résidents pour potasser sur la myomectomie qu’elle allait faire par hystéroscopie demain … enfin dans quelques heures puisqu’on était déjà demain. Elle prit ses livres de médecine, enfila sa blouse blanche (elle était gelée !), prit son paquet de M&N’S et fit un détour par la cafétéria pour se prendre un café.

    Maintenant il ne lui restait plus qu’à trouver un coin tranquille pour réviser tranquillement. Et le premier endroit auquel elle pensa – et qui était assez inhabituel il faut l’avouer – était devant le planning des interventions … ou dans ce coin-là. La nuit, personne ne devait s’y promener, c’était calme et aucun interne sans cervelle ne viendrait lui poser des questions. Surtout que là, elle était particulièrement fatiguée, elle avait terriblement envie de dormir – d’où la quantité impressionnante de café qu’elle s’était procurée – et donc, elle n’était pas aussi patiente que d’habitude.

    Elle se traina jusqu’à l’étage des blocs et là, qui apercevait-elle ??? Lennox ! Le Dr Lennox Harlowe, son ami !! …. Enfin elle le croyait il y a encore une semaine, mais elle n’avait aucune nouvelle depuis qu’il lui avait offert ces roses après qu’elle ait cuvé sur son canapé. Tenant son livre d’une main, elle enroula une mèche de cheveux autour de son index tout en avançant vers lui.

    Quand elle arriva à sa hauteur, le chirurgien la gratifia d’un sourire et lui demanda :

    « Salut. T'es de garde aussi ? »

    « On dirait bien oui. » déclara-t-elle toujours en jouant avec une mèche de cheveux. Elle ne faisait rien pour l’encourager après tout, c’était lui qui l’évitait depuis plus d’une semaine !

    « C'est calme ce soir hein ? On s'croirait dans une maison abandonnée... »

    La jeune femme soupira et le regarda pendant quelques secondes avant de tourner et de perdre son regard sur le tableau des interventions :

    « Abandonnée ouai … C’est bien le mot ! » dit-elle avant de boire une gorgée de son café. « Au fait, tu me fais la tête ? Non parce que ça fait plus d’une semaine que tu m’évites et je me demandais ce que j’avais fait de mal. » Au moins c’était dit et puis elle n’avait pas pu s’empêcher de faire la remarque. Toujours franche Mara !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Empty
MessageSujet: Re: Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>   Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Icon_minitimeLun 27 Fév - 11:36

On dit souvent que le monde est petit, mais forcément, quand on se retrouve à bosser en même temps au même endroit, les chances pour qu'on croise la personne qu'on pense pouvoir ne pas croiser s’amenuisent. A vrai dire, ce n'était pas tellement qu'il cherchait à l'éviter, à proprement dit, mais plus qu'il avait peur. Oui le mot n'était pas trop fort, il avait peur. Peur de mal comprendre les éventuels signaux qu'elle pouvait lui envoyer, peur de mal s'y prendre, peur de la décevoir, peur qu'elle croit certaines choses rapport à son ex. C'était donc tout à fait involontaire de sa part s'il lui donnait l'impression de la fuir comme la peste. Mais évidemment, elle le ressentait autrement et ça il s'en doutait.
Voilà pourquoi cette fois, au lieu de tourner les talons et de partir, il décida de rester. Après tout, il n'y avait personne et elle l'avait vu. S'il partait maintenant, c'est certain, elle l'aurait mal pris. Et Lennox n'était pas du genre à aimer causer ce genre de sentiment chez les gens. Et surtout, il ne l'admettait peut-être pas encore totalement, mais il se sentait plus léger, plus détendu quand Mara était dans les parages.

Quand elle fut à ses côtés, il la salua, air de rien et remarqua au passage qu'elle avait l'air fatiguée. Sans doute une longue journée pour elle. Comme d'habitude avait-il envie de dire, mais quand on est médecins, on ne compte pas ses heures, sinon, c'est le début de la fin, croyez-moi. Voilà aussi pourquoi il était souvent difficile d'avoir une relation stable avec quelqu'un d'extérieur à ce milieu. Les autres ne comprenaient pas le dévouement, les heures supp' à rallonge, les repos quasi inexistants. Mais c'était aussi paradoxal, car on le sait, mêler travail et vie privée... Mais bon, lui l'avait fait et ça lui avait réussi jusque là, mis à part peut-être avec Ashley...
Avec Mara le courant était tout de suite bien passé. Et il fallait bien l'admettre, elle était aussi très belle. Ce qu'il préférait chez elle ? Son sourire. Ce dernier arrivait toujours à le faire sourire lui-même. Alors oui, pour cette fois, il ferait un effort. Mais bizarrement, il sentait que quelque chose allait mal se passer. Il n'avait pas encore mis le doigt dessus, mais ça ne tarderait plus. Une fois à sa hauteur, il la salua donc et entama la conversation, de façon tout à fait anodine. Peut-être trop justement. Et alors qu'il lançait une phrase sans la moindre arrière pensée, il comprit qu'il avait vu juste, elle pensait bel et bien qu'il l'évitait.

Il se sentait gêné. Forcément, puisqu'il s'était mis lui-même dans cette situation. Et c'était justifié de la part de Mara de se poser la question. Pourquoi après lui avoir offert des roses il passait au silence radio ? « Non, non, tu n'as rien fait de mal, je t'assure. Et je ne t'évites pas. ». Il passa sa main libre sur sa nuque, cherchant comment formuler correctement ce qu'il voulait dire. Histoire qu'elle ne comprenne pas autre chose, mais à ce stade, c'était mal parti. « Je peux comprendre que tu ais eu cette impression. Mais...comment dire ? Je crois qu'il se passe un truc et je sais pas exactement quoi, je pense que toi aussi. Alors j'ai préféré temporiser. Tout un tas de questions se bousculent dans ma tête et certaines restent encore sans réponses pour l'instant. Je ne veux simplement pas qu'on finisse par ne plus s'entendre si jamais... Ca allait plus loin. »
Voilà c'était dit. Pas directement et avec peu de conviction mais le message était passé. Il espérait maintenant qu'elle comprendrait. Elle n'avait pas à le faire après tout, mais à vrai dire, il ne savait plus trop comment s'y prendre et il ne voulait surtout pas la blesser par maladresse. Voilà pourquoi il s'était montré un peu distant.
Revenir en haut Aller en bas

Mara Hendricks

Mara Hendricks

◭ bipés : 39
◭ avatar : Katharine McPhee
◭ copyright : Blinizz Sucré


Fiche de Service
+ libre pour rp:
+ pense bête:

Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Empty
MessageSujet: Re: Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>   Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Icon_minitimeLun 5 Mar - 23:54





    Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> 194431maralennox

    C’est sûr que s’il avait tourné les talons sans lui parler, elle aurait vraiment été très vexée mais surtout furieuse !

    Dans tous les cas, la résidente avait été honnête avec son ami. Elle lui avait immédiatement dit ce qu’elle pensait, et maintenant, elle se sentait soulagée. Ce qui n’était pas le cas de Lennox observa la jeune femme. Au contraire, il semblait plutôt gêné d’être en sa présence et commençait à s’embrouiller dans ses tentatives d’explication. Enfin, au moins, il lui assurait qu’elle n’avait rien fait de mal et qu’il ne l’évitait pas … Ah vraiment ? Qu’est-ce que ça serait, si c’était vraiment le cas ?

    « Ah bon ? » ndit-elle d’un ton d’où perçait clairement l’ironie.

    Cependant, elle ne poursuivit pas et le laissa continuer son monologue… ou plutôt sa tentative d’explication. Lui aussi avait l’impression qu’il se passait quelque chose entre eux mais qu’il ne savait pas définir avec exactitude. Des tas de questions se bousculaient dans sa tête et, pour faire simple, il ne semblait pas comment réagir face à cela et il ne voulait surtout pas ternir leur amitié.
    Mara était partagée entre deux sentiments. Le premier étant le soulagement. Elle n’était pas folle, lui aussi avait perçu le changement dans leur relation, mais contrairement à lui qui réagissait comme un collègien, elle ne cherchait pas à l’éviter. La jeune femme partait du constat qu’ils étaient deux adultes et qu’ils pouvaient régler ce différent comme des adultes non ?

    « Tu croyais vraiment qu’en m’évitant comme la peste et en te comportant comme un adolescent travaillé par ses hormones, tu allais régler le problème ? » La question se passait de réponse bien entendu. Elle était un peu blessée qu’il ne soit pas venu lui en parler mais surtout, elle avait du mal à comprendre sa façon d’agir. Mara soupira. « Tu sais, on est adulte Lennox. Si tu ne réagissais pas comme un collègien, tu saurais que moi aussi j’ai remarqué un changement et que … je suis exactement comme toi, je sais pas comment réagir mais c’est pas une raison pour me fuir comme la peste ! Tu croyais quoi ? Que j’allais te sauter dessus ? » dit-elle moqueuse.

    Elle se laissa glisser le long du mur et posa ses fesses par terre avant de reprendre une gorgée de café.

    « Tu es avant tout mon ami … je pense que c’est pareil pour toi mais je ne serais jamais la troisième roue du carosse … sache-le ! »

    C’était surement la première et la dernière qu’elle avouerait ça au blondinet. Elle espérait juste qu’il ait compris le message : elle n’était pas un substitut à sa femme décédée. Point barre !

    « Ce qui serait surtout idiot, c’est qu’on finisse par ne plus se parler parce tu cherches à m’éviter ! » finit-elle pour détendre l’atmosphère avec ces vannes tellement pas drôle mais qui, finalement, font toujours rire !


HJ: encore désolée pour le retard :sad:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Empty
MessageSujet: Re: Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>   Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Icon_minitimeJeu 8 Mar - 13:40

Lennox était gêné oui c'est certain, peut-être bien plus qu'elle ne pouvait le penser. Le processus de deuil était passé. Il le savait, même si dans le passé hélas, Hailey avait fait les frais de cette période où il avait pensé avoir tourné la page pour de bon. Mais comment pouvait-il être sûr de pouvoir à nouveau aimer après plus de sept ans de vie commune avec une femme comme la sienne ? C'était peut-être un cliché sans nom, mais ils se complétaient, se connaissaient sur le bout des doigts. Comment après ça pouvait-on alors envisager trouver quelqu'un d'autre dans sa vie ? Et s'il agissait comme un ado influencé par ses hormones, c'était bien parce que la dernière fois qu'il avait dragué, il avait cet âge là. Il la laissait donc ironisé, elle en avait bien le droit après tout.
Bien sûr se défiler ne réglerait jamais le problème, que ce soit pour eux ou pour n'importe quel autre problème à vrai dire. En tant que médecins ils le savaient bien d'ailleurs. Mais Len' contrairement à d'autres ici -ou ailleurs- n'avait jamais été quelqu'un qui papillonnait alors son expérience des femmes et de leur façon de fonctionner était assez limitée. Visiblement trop même. Bien sûr il ne s'était pas attendu à ce qu'elle saute à son cou, mais il ne voulait pas la blesser, tout simplement. Mais il l'avait fait malgré lui tout de même.

Il la regarda alors s'asseoir en se laissant glisser contre le mur. Et ce qu'elle lui dit lui confirma bien qu'il avait visé juste. Elle pensait qu'elle était un palliatif, qu'il cherchait simplement à combler un vide. Il se laissa glisser contre le mur à son tour, s'asseyant à côté d'elle, son gobelet de café entre les mains, les coudes posés sur ses genoux. Il regardait devant lui. Elle avait joué carte sur table, à son tour d'en faire autant. Même si ça serait un peu douloureux. Surtout pour lui en fait. « Je ne croyais rien. (Absolument rien. Tu as dis ce que tu pensais, je vais en faire autant. J'ai connu trois femmes dans ma vie. Et sur les trois, deux intimement. La deuxième a été ma femme. On a passé plus de sept ans ensemble alors si on fait le calcul, j'étais encore plus ou moins un adolescent à cet époque, et je n'ai plus dragué depuis. Je ne suis pas un Sloan ou un Shepherd. Je ne sais pas ce que c'est que de plaire aux femmes juste en souriant. »
Oui, il était mignon, mais lui n'avait toujours vu que sa femme. C'était peut-être ridicule ou vieux jeu mais c'était comme ça. Il ne critiquait pas les autres pour autant, il les citaient à titre d'exemple. Il détourna son regard vers elle. « Je n'ai pas un instant penser que tu sois une roue de secours, mais pour ça il faut aussi que tu arrêtes de le penser. Hayden est morte, j'ai mis le temps à m'en remettre. Je veux aimer à nouveau, mais pas quelqu'un qui se pensera être juste un substitut, un placebo. » Elle ne voulait pas l'être, qu'elle arrête donc de le penser, de penser à sa place. Il passa son bras autour de ses épaules et déposa un baiser sur son front. « Je m'excuses pour mon comportement. Je n'aime pas te voir me faire la tête. »

Non, il n'aimait pas la voir comme ça, surtout pas par sa faute. Elle qui était si souriante en temps normal. Même fatiguée, harassée par une longue journée, elle souriait toujours. Une chose qu'il appréciait beaucoup chez elle. Avec bien d'autres bien sûr. Sa passion pour son boulot, chose qu'ils avaient en communs -et sans laquelle ils ne seraient sans doute pas là où ils se trouvaient à présent-. « Je veux simplement qu'on prenne notre temps pour voir où tout ça nous mènera. Mais je t'assure, tu ne seras jamais la troisième roue du carrosse. » Il espérait bien qu'il la croit, parce qu'il était sincère. Il ne se permettrait jamais de lui faire ça, de jouer avec elle. Avec personne d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Empty
MessageSujet: Re: Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>   Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara> Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois le changement, ça n'a pas que du bon... <r.Mara>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
Back in the wild
 :: 
Thanks for the memories
-