AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils – 1 an (clé ...
4.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeMer 22 Fév - 20:41

    Par chance pour le jeune homme, l’interne avait accepté sa proposition d’aller chez Joe. Jackson ne savait pas si se souler était la meilleurs des solutions mais dans tout les cas, il savait que c’était la seule chose qu’il pouvait faire maintenant. Abby n’avait sans doute jamais vécu ça. C’était un bébé chirurgien, elle avait encore beaucoup à apprendre. Elle n’était pas là depuis longtemps et ne savait donc pas exactement ce que ressentait le résident mais elle trouvait tout de même les bons mots pour la situation. La jeune femme était souriante. Elle devait surement apprécié que Jackson lui propose de venir avec lui boire un verre. Peut-être en avait-elle besoin elle aussi. Car, même si elle ne connaissait pas Nina, cette patiente avait du la toucher. Elle avait fait tout ce qu’elle pouvait avec Jackson afin de l’aider à sauver sa vie, en vain. Tout en se relevant, elle attrapait les compresses posées sur le sol et les mit dans sa poche. Ensuite elle tendit sa main à Jackson. Celui-ci la prit, et Abby l’aida donc à se relever. Elle avait fini sa garde elle aussi et ne tenait visiblement pas vraiment à rester à l’hôpital. Etre debout était une sensation étrange. La vie continuait après tout. Il ne fallait pas se laisser abattre. Il fallait avancer. Le corps de Nina était toujours là. La jeune femme avait perdu ses couleurs. Elle paraissait endormie comme si elle allait se réveiller d’une minute à l’autre. Tout cela paraissait si étrange. Jackson n’aurait plus jamais à s’occuper de la jeune femme. Il ne partagerait plus de café avec elle, tôt le matin. Tout ça ne serait plus.
[list]

    Abby Stuart – On va chez Joe ? Je n’y suis pas allée souvent pour l’instant, mais comme c’est la tanière du personnel du SGMWH m’a-t-on dit !


    Elle avait raison. Tout le monde s’y rendait là-bas. C’était un peu le refuge du personnel de l’hôpital. C’était proche s’il y avait une urgence et cela permettait tout de même de se changer les idées. C’était l’endroit idéal après tout. Les deux jeunes gens sortirent dans le couloir. Abby ferma la porte. C’était la dernière fois que le jeune homme aurait posé les yeux sur Nina. Quand ils reviendraient, le corps aurait été emmené et il était hors de question d’aller à la Morgue. Cet endroit faisait bien trop froid dans le dos. Avant de sortir, Jackson avait pris le dossier de la jeune fille. En passant, il le posa sur le bureau des infirmières. L’une d’elle regardait Jackson avec un air triste. Le jeune homme l’ignora et continua son chemin. Il fallait sortir au plus vite de cet hôpital. Quand ils furent dehors, Jackson prit une grande inspiration. L’air froid de l’extérieur lui faisait tellement de bien. Ils traversèrent la rue et furent arrivé dans le fameux bar. Il était assez tard et comme c’était un jour de semaine, le bar n’était pas trop rempli. Cela convenait à Jackson. Il n’aurait pas aimé voir ici de nombreuses personnes qu’il connaissait. Le jeune homme montra une table vide à Abby pour lui faire comprendre de s’assoir. Il lui demanda ce qu’elle voulait boire et quand il eut sa réponse, il fila au comptoir et commanda. Joe fut assez rapide pour le servir. Et Jackson put ramener les deux boissons assez rapidement.

      Jackson Avery – Tu as toujours voulu devenir médecin ?


    Demanda le jeune homme. Il voulait se changer les idées. Que quelqu’un lui parle de lui, de sa vie était plutôt une bonne idée. Cela mélangé à l’alcool, le jeune homme irait surement mieux dans peu de temps. Il avait pris une vodka orange qu’il but cul sec avant de reposer le verre sur la table. Quand il eut terminé, il fit une petite grimace. Boire la boisson d’un coup était sa façon de contrôler son problème. C’était idiot, complètement stupide. Le jeune homme le savait. Parce que d’habitude, il ne noyait pas ses problèmes dans l’alcool. Mais là, à ce moment précis, il ne voulait juste pas penser à la perte de sa patiente. Il voulait juste oublier le temps d’une soirée. Y avait-il quelque chose de mal à ca. Surement. Si April avait été là, elle l’aurait surement enguirlandé. Elle l’aurait surement même empêché. Mais la jeune femme n’était pas là et ce n’était sans doute pas Abby qui allait l’arrêter. Il avait vingt-huit ans, il faisait ce qu’il voulait. Mais même à vingt-huit, dans certaines situations, on est quand même des gamins ayant besoin de quelques repères.

      Jackson Avery – T’as quelqu’un dans ta vie ?


    L’alcool était mauvais pour le résident. Il le savait parce que les seuls fois où il s’était soulé, il s’en était souvenu pendant longtemps. Enfin souvenu … Il se rappelait forcément des effets de la boisson le lendemain matin. Mais en général, il oubliait assez les événements qui s’étaient déroulé. Le jeune homme fit signe de la main à Joe de lui resservir un verre. Il le regretterait surement beaucoup demain matin, qui plus est qu’il commençait assez tôt le lendemain. Mais tant pis, il n’allait pas se faire la morale. L’aube s’en chargerait pour lui.



Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeSam 25 Fév - 16:35

L'hôpital était maintenant loin derrière eux. Enfin loin, c'était un euphémisme, car le bar de Joe se trouvait a une centaine de mètres de celui-ci, peut-être plus... ou peut-être moins. La nuit était tombée depuis déjà bien longtemps, et juste avant d'entrer dans le bar, Abby regarda sa montre : 23h52. Elle n'avait pas vu le temps passer entre la mort de Nina et leur arrivée au bar. Le temps s'était arrêté pour eux, puis il était reparti sans demander son reste. Le souvenir du regard qu'avait porté l'infirmière à Jackson avait suffit à lui donner des frissons. Si l'infirmière l'avait regardé ainsi, c'était surement qu'Abby avait mal jugé l'ampleur de l'attachement que portait Jackson à Nina. Mais elle n'en parlerait pas, car il voulait se changer les idées. Il poussa franchement la porte du bar et découvrit qu'il était loin d'être plein. Une dizaine de personnes tout au plus...

Jackson montra du doigt une table vide près du mur tandis que la jeune femme redécouvrait pour la... troisième fois peut-être ? ... le bar. L'ambiance y était chaleureuse, propice à la fête et à la fois à l'intimité. L'atmosphère changeait totalement avec celle de l'hôpital !
Elle s'assit sur la banquette de cuir rouge et se mit à l'aise après une dure journée alors que Jackson lui demandait ce qu'elle souhaitait boire.


Abby Stuart - Un whisky s'il te plaît !

Elle n'en avait plus pris depuis sa dernière cuite. D'habitude elle tenait bien l'alcool, mais elle avait vraiment abusé ce jour là et n'espérait pas faire la même erreur. Jackson partit en quête des boissons, accoudé ainsi au bar il paraissait distrait mais elle pouvait enfin le regarder de plus près sans avoir à rendre de compte. C'était absolument le type d'Abby, un corps d'athlète et... des yeux verts si craquants ! Mais elle ne pouvait penser à ça. Des projets elle en avait fait et ça n'avait pas toujours tourné rond pour elle. Alors autant attendre. Ce n'était qu'un verre, pas de quoi fantasmer sur quelqu'un qui n'était peut-être pas intéressé.

Lorsque Joe lui apporta les deux verres il se retourna pour revenir à la table et elle cessa de le regarder un instant pour qu'il ne devine pas ses pensées.
Lui avait pris une vodka orange et la but cul sec sous les yeux étonnés d'Abby. Néanmoins il n'était surement pas habitué à en boire ainsi et fit une grimace, ce qui la fit rire comme on rit devant un enfant qui vient de faire une bêtise et mesure les conséquences de son acte. Mais Jackson avait cet air étrange, il voulait se saouler, c'était sur ! Elle ne pouvait rien dire, car la même envie d'oublier la prenait. La raison et la modération étaient loin de ses préoccupations actuelles, et son whisky était déjà à moitié vide.


Jackson Avery – Tu as toujours voulu devenir médecin ?

Oh non, elle n'avait pas toujours été médecin. On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé. Alors à quoi bon y penser dès son plus jeune age ? Elle avait le temps, pensait-elle. Elle retracait alors son parcours, à des lieues du bar de Joe. D'abord il y avait eu la période où elle ne pensait pas survivre jusque ses 18 ans. Donc là, pratique ! Pas besoin de penser à un métier ! Mais ensuite elle s'était révoltée, était partie pour justement pouvoir faire ce dont elle avait envie. Mais elle hésitait à en parler au jeune homme, ses problèmes n'étaient pas les siens et après la mort d'un proche on ne veut pas que quelqu'un vous raconte ses petits malheurs. L'avez vous remarqué ? Souvent quand quelqu'un vous demande si ça va , il se fiche éperdumment de la réponse que vous donnerez. C'en devient même une habitude, de répondre que tout va bien. Car là, tout de suite, on es pas capable d'avouer qu'en fait, rien ne va. Abby avala une grande bouffée d'air et lui répondit

Abby Stuart - Non, pour tout te dire mes parents m'ont payé mes études jusque 16 ans, ensuite j'ai du enchainer petit boulot sur petit boulot pour payer mon appartement, et ensuite mes études quand je me suis décidée à devenir chirurgien. D'abord j'avais pensé à devenir journaliste, j'adore écrire et c'est un moyen de dénoncer les faits. Mais quelqu'un a eu un accident de voiture devant moi et j'étais la seule à réagir. Je l'ai sauvé, et c'est là que j'ai décidé de faire médecine, et toi ?

Elle mit son coude sur la table et posa le menton sur sa main en finissant son whisky. La jeune femme était presque déçue de ne pas encore ressentir les effets de l'alcool, c'était surement mieux comme ça. Souvent ça avait le don de la rendre presque... démente, riant à tout et oubliant toute éthique. Ça pouvait faire mal... aboutir à des imprévus, mais jusqu'ici elle n'avait jamais vraiment parlé de sa "vie d'avant" avec qui que ce soit. Et c'était surement mieux car sinon ils verraient là sa plus grande faiblesse. Sauf qu'en médecine, aucune faiblesse n'es tolérée. C'était dommage, mais c'était comme ça et on ne pouvait rien y changer. Elle était jeune, jolie, ambitieuse. Bref, elle avait la vie devant elle.

Jackson Avery – T’as quelqu’un dans ta vie ?

Direct, rien à dire. Question anodine non ? "T'as quelqu'un dans la vie ? Si elle était en train de boire elle se serait certainement étouffée. Ah il voulait donc la tuer ? Que de théories scabreuses... C'était du lourd ! Pourtant elle n'avait bu qu'un verre... Mais sa réaction était sans doute due à sa folie habituelle.

Abby Stuart - Ah... la c'est encore une réponse négative ! Tu va vraiment trouver que je suis une pessimiste dans l'âme... En fait j'attends encore le prince charmant, mais je commence à croire qu'il a loupé le train en route... ou que le train l'a écrasé.

* Pitié Abby, ne rougis pas * pensa t-elle

Avait-elle rougi ? Elle n'en avait aucune idée. Aucun miroir dans la salle. Soudain quelques bippers sonnèrent. Instinctivement elle porta la main à sa poche de pantalon mais deux internes de la table à coté quittèrent leur table en trombe après avoir réglé la note. Ah c'était ça la vie d'interne... on était presque les larbins des titulaires, et encore, Jackson avait plus à se plaindre si il était avec Sloan.


Abby Stuart - Toi en revanche tu dois avoir quelqu'un non ?

Elle avait presque prononcé cette phrase d'un air de déception. Pour masquer cela elle fit un sourire étincelant et demanda s'il souhaitait boire autre chose. Elle était heureuse d'être là, cela changeait de la monotonie de son appartement, où elle vivait seule. À la fin de la journée, ce que nous voulons vraiment, c’est être aux côtés de quelqu’un. Tout ce rituel, prendre de la distance, et faire semblant de ne pas se préoccuper des autres comme d'habitude, c’est des conneries. C'est sur, on es content de rentrer chez soi et de pouvoir se reposer, mais c'est là aussi qu'on se rend compte de la solitude dans laquelle on vit. Quelques fois des amis venaient passer une soirée chez elle pour se remémorer le temps de leur première année de médecine. C'était charmant, convivial, mais elle savait qu'il lui manquait quelque chose. Presque tous étaient en couple, avec un médecin, un architecte , qu'importe ! Ils avaient trouvé le bonheur et ne s'en lassaient pas.

[ Désolée, mais là manque d'inspiration totale ! J'ai fait ce que j'ai pu :) ]

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeDim 26 Fév - 15:04

    La jeune femme voulait un whisky. Jackson ne raffolait pas de cette boisson. Même mélangé avec du coca, il n’en était pas fan. Ce fut pourquoi il décida de prendre une vodka orange à la place. Cela avait toujours été son alcool préféré. Il prenait cette boisson la plupart du temps. La vodka était assez forte mais coupé avec de l’orange, cela donné un bon goût. En général, le résident prenait donc tout le temps cette boisson. Vous ne le verrez sans doute jamais boire du pastis. Il préférait cette boisson d’ado, comme quelqu’un de ses amis disaient pour le taquiner.

    Abby s’était installé à la table tandis que Jackson allait chercher les boissons. L’interne était séduisante. Après tout, quand on y réfléchissait la plupart des internes étaient bien sexy cette année. On avait bien de la chance au Seattle Grace Mercy West Hospital. Le jeune homme ramena tranquillement les boissons à sa table et tendit son verre à la jeune femme. L’ambiance était agréable chez Joe. On disait que tout le monde avait une histoire avec ce bar. Jackson n’en avait pas vraiment. Enfin c’était ici qu’il avait fait plus ample connaissance avec les internes de l’époque. Reed, April, Charles et lui étaient venus ici à la fin de leur première garde et ils s’étaient amusés ici toute la nuit. C’était un bon souvenir. D’ailleurs, cette fois-ci c’était la première fois que le jeune homme venait dans ce bar. Son premier verre fut bu cul sec. Evidemment il cherchait à se saouler plus qu’à boire tranquillement comme un jour de fête. L’alcool était un bon moyen pour oublier nos problèmes. C’était bien mieux que de s’apitoyer sur son sort. Le jeune homme se souvenait de sa dernière cuite. C’était le jour où Lucy était partie et qu’elle l’avait laissé là, abandonné sans aucunes explications. Il en avait eu besoin ce jour là, et avait bu on ne sait combien de litres d’alcool. Mais maintenant ça allait bien, il était prêt pour d’autres relations. Il avait revu Lucy et ne savait pas s’ils étaient fait pour être ensemble mais dans tout les cas, il n’était pas prêt pour le moment à revenir avec elle. Il s’était passé trop de choses. Il avait besoin de temps. Et après tout, la jeune femme ne voulait surement pas réattaquer une histoire avec lui, elle voulait peut être seulement que Jackson reconnaisse Nohélia. Le jeune homme leva les yeux vers Abby et lui demanda si elle avait toujours désiré devenir médecin. La jeune femme avala une grande bouffée d’air avant de lui répondre.


      Mathew Evans – Non, pour tout te dire mes parents m’ont payé mes études jusqu’à seize ans, ensuite j’ai du enchaîner petit boulot sur petit boulot pour payer mon appartement, et ensuite mes études quand je me suis décidée à devenir chirurgien.


    Le jeune homme se demandait pourquoi ses parents n’avaient pas continuer à lui payer ses études après ses seize ans mais il considéra cette question comme légèrement indiscrète. Elle n’avait peut-être pas vraiment envie de parler de sa famille et de son passé. Jackson savait que pour certaines personnes, c’était un thème plutôt difficile à aborder. Elle avait du se payer ses études elle-même, à l’aide de petit boulot. Le jeune homme se sentait mal quand il entendait des choses comme cela. Lui, avait toujours eu ce qu’il voulait. Il était dans une famille de médecin et ducoup, l’argent ne lui manquait pas. Il n’avait rien eu a payé lui-même pour ma faculté de médecine alors que certains avait des prêts étudiants de 200 000 dollars. Quand on avait eu tout ce que l’on voulait quand on le voulait, on ne s’imagine pas que des gens ont des problèmes avec l’argent. Oui l’argent ne pousse pas sur les arbres.


      Mathew Evans – D’abord, j’avais pensé à devenir journaliste, j’adore écrire et c’est un moyen de dénoncer les faits. Mais quelqu’un a eu un accident de voiture devant moi et j’étais la seule à réagir. Je l’ai sauvé, et c’est là que j’ai décidé de faire médecine et toi ?


    Journaliste, c’était un métier assez intéressant. Bien que le jeune homme n’avait jamais pensé faire ce métier. Il aimait bien écrire également. Quand il était au lycée, il avait d’excellentes notes en rédactions, en écritures d’inventions. Il aimait particulièrement écrire des nouvelles. Mais le temps avait passé et le jeune homme avait laissé sa plume pour le bistouri. En général, c’est à cause d’un événement qu’on décide un jour ou l’autre de devenir médecin. Pour Abby, cela avait été un accident de voiture. Pour d’autre, c’était le désir de sauver des vies à cause d’un drame arrivé à l’un de ses proches dans sa jeunesse.
    Le jeune fille mit son coude sur la table et posa son menton sur sa main, tout en buvant son whisky. Joe lui avait déjà rapporté une deuxième vodka orange qu’il avait déjà vidée de moitié.


      Jackson Avery – Ma famille est entièrement faite de chirurgien. Alors quand on entend parler de médecine tout les dimanches aux réunions de famille, on a forcément envie un jour ou l’autre de devenir chirurgien !


    Annonça le jeune homme. Sa famille n’avait jamais rien attendu de Jackson et il avait du se motiver tout seul pour devenir médecin. Il ne leur avait rien dit avant d’arriver en deuxième année. Mais la chirurgie avait vraiment été le bon choix. Il était épanoui dans son métier. Il aimait beaucoup avoir la vie de personnes entre ses mains même si parfois ça se finissait comme ça. Par la mort du patient, et par l’envie d’oublier cette fin tragique. Mais les opérations étaient ce qui le motivait encore plus. Savoir qu’on pouvait avoir une chirurgie reconstructrice un jour, puis un autre une défiguration. Jackson avait trouvé sa voie et ne s’imaginait pas dans un autre métier que celui-ci. Jackson sentait l’alcool lui monter à la tête. Il se sentait de mieux en mieux. Il but donc une nouvelle gorgée de sa boisson. Il ne tenait pas extrêmement bien l’alcool. Mais les effets de la boisson lui faisaient du bien aujourd’hui. Il ne dirait surement pas la même chose le lendemain matin. Le jeune homme demanda à Abby si elle avait quelqu’un dans sa vie. Cela était un peu trop direct, n’est-ce pas ? Question anodine ou pas ? Le jeune homme attendait tout de même une réponse.


      Abby Stuart – Ah … la c’est encore une réponse négative ! Tu vas vraiment trouver que je suis une pessimiste dans l’âme … En fait, j’attends encore le prince charmant, mais je commence à croire qu’il a loupé le train en route … ou que le train l’a écrasé.


    Le jeune homme sourit à cette déclaration. Attendre le prince charmant, c’était bien un truc de fille ça. April faisait la même chose. Jackson trouvait cela bien de rêver à un jeune homme parfait mais tout cela n’était qu’un rêve, une utopie. L’homme parfait n’existait pas. Il fallait que les femmes se l’inscrivent dans leur tête. Jackson n’était pas quelqu’un de parfait. Il le savait pertinemment. Personne n’était parfait. Tout le monde avait ses défauts.


      Jackson Avery – A force de chercher quelqu’un qui n’existe pas, tu risques de te retrouver seule … Et ce serait bien dommage …


    Annonça le jeune homme à Abby. Il fallait profiter de la vie. Il n’y avait pas de personnes parfaites mais il y avait des gens faits l’un pour l’autre. Et pour découvrir cette personne qui nous ferait tourner la tête, il fallait la chercher. Elle ne venait certainement pas à nous comme ça. Jackson but une gorgée de sa boisson et releva la tête vers Abby. Ses joues étaient légèrement rosies. Le jeune homme se demandait si c’était un effet de la boisson ou autre chose.
    Le résident entendit des bippeurs sonnaient. Instinctivement, il regarda le sien. Mais rien. Ce n’était pas lui qu’on avait bippé ce soir. Le jeune homme espérait que ce ne soit pas Abby non plus car il ne voulait pas finir la soirée tout seul. Par chance, il vit deux internes à une table non loin d’eux, se lever et partir. Etre interne était en quelque sorte être le larbin des autres, ils faisaient le mauvais travail.


      Abby Stuart – Toi en revanche tu dois avoir quelqu’un, non ?


    Le jeune homme posa son regard sur Abby puis sourit. Jackson avait du mal à mettre un nom sur l’intonation qu’elle avait utilisé quand elle lui demanda cela. Le jeune homme n’avait personne dans sa vie. Il n’avait eu personne de vraiment sérieux depuis Lucy. Il était prêt pour avoir quelqu’un maintenant mais fallait il encore qu’une autre personne veuille bien de lui. Il avait une fille dont il avait appris l’existence il y a peu. Et voilà, sa vie avait beau être compliquée mais il n’avait personne dans sa vie.


      Jackson Avery – Non personne non plus, ma vie sentimentale a été bien compliquée mais à présent je suis libre comme l’air !


    Lui dit-il avec le sourire. Ce n’était pas que ça le dérangeait mais bien sur comme tout le monde, il avait envie de relations amoureuses. Sa vie sentimentale avait été désespérément vie mis à part quelques flirts. Par moment cela ne le dérangeait pas, et par d’autre il aurait voulu que ça change. Jackson finit son verre et demanda une nouvelle tournée. En effet, Abby arrivait elle aussi à la fin de son verre. Joe leur amena rapidement leurs verres avant de retourner derrière son comptoir. Il en était à son troisième verre et se sentait mieux. Plus il allait mieux, plus l’envie de boire un nouveau verre le prenait. Le lendemain ne serait pas agréable mais tant pis. Le retour à la réalité non plus d’ailleurs.
    Jackson en avait marre d’être sage et de ne rien faire seulement pour lui. Alors là, il buvait et se fichait de ce que tout le monde pensait. Il buvait pour ne plus penser. Il faisait pour lui sans réfléchir davantage. Devant lui, il y avait une interne très séduisante. Il avait eu raison de lui proposer un verre. Il était en bonne compagnie en tout cas.


      Jackson Avery – Tu as plus envie d’une relation sérieuse que de quelque chose rapide, sans avenir, n’est ce pas ?




Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeLun 27 Fév - 15:55

Le temps passait rapidement, le résident et l'interne continuaient de bavarder dans le bar presque vide. Quel heure était-il ? Une heure, deux heures ? Le temps file, le temps n’attend personne. Le temps guérit toutes les blessures. Tous autant que nous sommes nous voulons plus de temps. Du temps pour se relever, du temps pour grandir, du temps pour lâcher prise. Du temps pour accepter le plus incroyable. Bref, du temps.
Jusqu'à ses 16 ans elle voulait qu'il passe vite, mais ça lui paraissait une éternité, la période la plus longue de sa vie. Pas d'amusements, pas d'avenir. Elle n'était rien, juste une fille dont on a la charge. Puis contre toute attente l'espoir est revenu, elle se souvenait à présent de tout ces évènements. Le jour où elle avait dit non, celui où elle avait découvert son admission en deuxième année de médecine, ou même son premier jour d'internat. Décontenancée, elle écouta la réponse de Jackson.


Jackson Avery - Ma famille est entièrement faite de chirurgien. Alors quand on entend parler de médecine tout les dimanches aux réunions de famille, on a forcément envie un jour ou l’autre de devenir chirurgien !

Une famille entière de chirurgien... ça c'est une vocation ! On pouvait lire l'admiration dans les yeux d'Abby. Quand elle y pensait... Avery, ... il y avait le prix Avery, décerné à de grands chirurgiens. Mais étais-ce possible ? Passé le stade de la stupeur, elle se dit que ça devait être difficile au quotidien. Il avait eu la chance de naître dans une bonne famille, entouré de bonheur et de joie de vivre. Mais ce devait être au quotidien une position délicate, tout le monde devait essayer d'obtenir quelque chose de lui.

Abby Stuart - Ah ça c'est classe ! On peut vraiment dire que c'est une vocation, mais ça n'es pas dur au quotidien d'avoir une famille pareille ? Je veux dire, tu es bien de la famille d'Harper Avery, non ? A mon avis certains internes doivent te carresser dans le sens du poil, on es souvent comme ça.

Elle rit à l'évocation des autres internes. C'est vrai, ils étaient souvent impulsifs et lèches-bottes pour s'assurer un avenir stable. Jackson devait avoir du succès à l'hopital. Il sourit lorsqu'elle assura qu'elle attendait encore le prince charmant. C'est vrai, c'était puéril et naïf de croire qu'un jour quelqu'un viendrait pour elle. On le lui avait trop souvent répété. Mais elle en étais sure : quelque part il y avait quelqu'un qui était fait pour elle. Une symbiose parfaite, comme on dit. Elle l'avait même peut-être déjà trouvé sans le savoir.

Jackson Avery – A force de chercher quelqu’un qui n’existe pas, tu risques de te retrouver seule … Et ce serait bien dommage …

C'était une affirmation. Revait-elle ou il avait affirmé que le prince charmant n'existe pas? Vous vous souvenez de votre enfance à l’époque ou vous croyiez aux contes de fée ? Vous faisiez des rêves sur ce que serait votre vie : la robe blanche, le prince charmant qui vous emporte jusqu’à son château sur la colline. Vous vous allongiez le soir dans votre lit, vous fermiez les yeux et vous y croyiez dur comme fer. Le père noël, la petite souris, le prince charmant, ils étaient si proches que vous auriez pu les toucher. Mais finalement vous grandissez, un jour vous ouvrez les yeux et le conte de fée disparaît. Jackson le lui rappelait durement. La plupart des gens se dirigent vers des choses et des gens en qui ils ont confiance. Mais le fait est que c’est difficile d’oublier complètement les contes de fée, parce que chacun de nous garde toujours une minuscule part d’espoir, de foi, et se dit qu’un jour il ouvrira les yeux et que ses rêves deviendront réalité. En fin de compte, la foi est une chose très particulière, elle se révèle quand on ne s’y attend pas. C’est comme le jours où l’on réalise que les contes de fée peuvent être légèrement différents de ce qu’ils étaient dans nos rêves. Le château peut ne pas être un château. Et ce n’est pas aussi important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.

Jackson Avery – Non personne non plus, ma vie sentimentale a été bien compliquée mais à présent je suis libre comme l’air !

Tant mieux, elle aurait une chance au moins. Il avait sourit à la prononciation de l'expression "libre comme l'air". C'était drôle, il venait d'anéantir sa vision du prince charmant et maintenant voilà que Jackson s'avouait célibataire. Néanmoins sa vie sentimentale était bien compliquée, avait-il dit. Pourquoi donc ? C'était surement indiscret de sa part mais elle voulait savoir.

Abby Stuart - Pourquoi tu dis que ta vie sentimentale a été compliquée ? Si ce n'est pas indiscret... Parce qu'un beau gosse comme toi, ça ne se refuse pas !

La jeune interne espérait qu'il le prenne bien, oui c'est vrai, Jackson a un corps de rêve et elle avait entendu des discussions à son sujet plus d'une fois au foyer des internes. Joe leur servit tournée sur tournée et elle commençait à ressentir les effets du whisky. La première fois qu'elle en avait bu, c'était le jour de sa fuite. Modérément mais ça lui avait fait un bien fou. Pourtant ce n'était pas son habitude, mais c'était là un soir exceptionnel. Et tout à coup Jackson fut des plus directs :


Jackson Avery – Tu as plus envie d’une relation sérieuse que de quelque chose rapide, sans avenir, n’est ce pas ?

Son coeur fit un soubresaut, elle ne savait comment le prendre encore une fois. Ce pouvait être une question anodine, juste comme ça pour confirmer une hypothèse. Mais si c'était plus ? Elle ne savait pas ce que Jackson cherchait, lui. Apparemment sa précédente relation avait mal tourné donc soit il recherchait une relation sérieuse, soit une aventure d'un soir. Que la vie pouvait être compliquée à 25 ans, et devant un résident vraiment charmant ! Elle joua sur la fran chise également :

Abby Stuart - Tu as tout deviné ! Je ne suis pas le genre de filles faciles qu'on trouve à tout coin de rue. Et je cherche quelque chose de stable, pour me sentir en sécurité, enfin. Tu trouve peut-être ça stupide, mais une histoire d'un soir ce n'est plus pour moi. Par contre toi, je n'arrive pas à définir ce que tu cherche...

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeLun 27 Fév - 20:22


    Plus la soirée avançait, plus le jeune homme allait un peu mieux. Apparemment l’alcool l’aidait dans ses problèmes, cela l’aidait à oublier. C’était bon à savoir pour une prochaine fois. Bien sur, il ne recommencerait pas ça tout les jours. Evidemment, la gueule de bois allait vite lui passer l’envie. Il ne s’était pas souvent retrouvé dans un sale état mais il avait encore le souvenir du matin abominable qu’il avait passé. Et puis c’était idiot de recommencer une nouvelle fois. Mais bon, l’intelligence et la jeunesse n’allaient pas souvent ensemble.

    Jackson parlait à Abby de comment il avait voulu devenir médecin. A cause de sa famille évidemment. Tous étaient chirurgiens ou médecins, ainsi le jeune homme avait eu un jour envie de faire comme sa famille. C’était un peu son modèle et il voulait devenir aussi bon que les personnes de sa famille. Abby semblait admiré par cela. Peut-être parce qu’elle avait du se débrouiller toute seule pour devenir chirurgien et que ça n’avait pas été facile.



      Abby Stuart – Ah ça c’est classe ! On peut vraiment dire que c’est une vocation, mais ça n’est pas dur au quotidien d’avoir une famille pareille ? Je veux dire, tu es bien de la famille d’Harper Avery, non ?


    Oui c’était surement ce qu’on pouvait appeler une vocation. Bien sûr le jeune homme n’avait pas toujours voulu faire ce métier. Quand il était petit garçon, comme tous les autres enfants de son âge, il voulait être pompier et braver les incendies, ou aussi gendarme afin d’arrêter les voleurs dans les villes pour que tout le monde puisse vivre en paix. Par un moment, il voulait devenir un super-héros afin de sauver les demoiselles en détresses. Jackson était donc un enfant, tout ce qui avait de normal quand il était petit. Il avait les mêmes rêves que les autres et n’était en aucun cas plus exceptionnel, sous prétexte qu’il s’appelait Avery. Avoir une famille comme ça n’était pas vraiment facile c’était vrai. C’était assez dur de porter son nom parfois. Il faut sans cesse se surpasser pour ne pas les décevoir même si les satisfaire n’était pas chose facile non plus.

      Abby Stuart – A mon avis certains internes doivent te caresser dans le sens du poil, on est souvent comme ça.


    Ah oui, les profiteurs. Il en existait partout, ce qui était bien dommage. Le jeune homme trouvait cela tellement stupide de lécher les bottes des gens simplement parce qu’ils ont un nom célèbre. Mais c’était vrai que Jackson était du mauvais côté de la barre. Il ne pensait pas profiter des gens pour leurs noms car il n’aimait pas qu’on lui fasse aussi. Mais tout le monde n’était pas comme lui. Peu de monde devait avoir le même avis. Après tout, les internes étaient ici pour réussir. Pour eux, le plus important était la compétition et s’ils devaient lécher les bottes ou écraser des gens pour y arriver, ils n’hésiteraient surement pas quand l’occasion se présentait. Jackson espérait quand même qu’Abby ne parlait d’elle et qu’elle ne se servait pas de lui non plus. Cela l’aurait surement embêté si tel avait été le cas. Cela l’aurait surement déçu.

      Jackson Avery – Et bien, ce n’est pas facile tout les jours à vrai dire. Ils n’ont jamais attendu quelque chose de moi, j’ai du me motiver tout seul pour devenir médecin. Ils imaginaient surement que je n’en étais pas capable … On croit que c’est cool d’avoir un nom célèbre, mais ce n’est pas si bien que ça finalement !


    La famille était un sujet plutôt sensible pour le jeune homme même s’il en parlait quand même. C’était étrange. Beaucoup de personnes auraient aimé avoir un nom célèbre pour surfer sur le succès et pourtant ce n’était pas aussi simple. Jackson avait du mal à porter ce nom. Il avait du mal à assumer la notoriété de son grand-père. Mais il devait l’accepter. Il devait faire de grandes choses afin qu’un jour, on soit vraiment fier de lui. La question était est-ce qu’il en était vraiment capable.
    Abby attendait le prince charmant. C’était mignon. Bien sur, il n’existait pas tout comme la femme parfaite. Mais elle ne devait pas s’attarder sur quelqu’un de trop parfait. Elle devrait rencontrer des personnes et aimait les défauts comme les qualités de cette personne qui lui fera tourner la tête un jour. Elle ne devait pas rester figée sur l’image qu’elle se faisait du prince charmant. Cela aurait pu lui porter défaut un jour ou l’autre.
    Le jeune homme lui annonça donc sa situation amoureuse après avoir entendu la sienne. Il était seul. Ce n’était pas vraiment un choix au début mais maintenant il ne savait pas vraiment ce qu’il avait envie. Il était vraiment perdu en ce moment.

      Abby Stuart – Pourquoi tu dis que ta vie sentimentale a été compliquée ? Si ce n’est pas indiscret … Parce qu’un beau gosse comme toi, ça ne se refuse pas !


    Le jeune sourit. Les compliments faisaient toujours plaisir, surtout venant d’une jeune femme comme elle. Oui il le savait. Il savait qu’il était séduisant. Il avait un corps parfait ou presque. C’était le beau gosse de la famille. Sa vie sentimentale avait été si compliqué. Il n’avait jamais eu de relations sérieuses à part Lucy. Et puis, il enchaînait les petites aventures, sans lendemain, sans importances. Bref, tout n’était pas si simple et le jeune homme se demandait souvent s’il aurait vraiment le droit au bonheur en amour. L’avenir lui dirait.

      Jackson Avery – Et bien, je n’ai eu qu’un seul amour dans ma vie. Depuis qu’elle m’a quitté, j’enchaîne un peu les conquêtes …


    Abby n’avait pas l’air comme ça. Elle était surement le genre de fille cherchant l’amour, ne voulant que des relations sérieuses et se refusant aux simples coups d’un soir. Ce qui était marrant, c’était qu’on souffrait nettement moins avec un coup d’un soir qu’avec l’amour de sa vie. Le jeune homme lui demanda quand même ce qu’elle cherchait comme genre de relation. Jackson finit son verre. Il ne savait pas vraiment au combien il en était. Peut-être le quatrième ou le cinquième, le résident n’était pas sur. Dans tout les cas, Joe avait fini par laisser les bouteilles sur la table. Il avait pris là, une sage décision. Bien sur, il avait confisqué les clés à Jackson. Il avait eu raison, le jeune homme n’aurait pas pu conduire dans un tel état. L’alcool lui montait à la tête. Le jeune homme avait légèrement chaud. Il se resservit un verre. Il allait vraiment le regretter demain matin mais la culpabilité viendrait plus tard.

      Abby Stuart – Tu as tout deviné ! Je ne suis pas le genre de filles faciles qu’on trouve à tout coin de rue. Et je cherche quelque chose de stable, pour me sentir en sécurité, enfin. Tu trouves peut-être ça stupide, mais une histoire d’un soir, ce n’est plus pour moi. Par contre toi, je n’arrive pas à définir ce que tu cherches …


    Jackson n’était pas quelqu’un qu’on arrivé à cerner facilement. Non Abby n’avait rien d’une fille facile. Elle le portait sur son visage qu’elle était quelqu’un de bien. Elle n’allait surement pas coucher à droite, à gauche simplement pour le plaisir. Jackson n’était pas vraiment ce genre non plus. Bien sur, il avait eu pas mal de relations d’un soir depuis Lucy mais cela avait notamment pour oublier la jeune femme. Ce n’était pas vraiment ses habitudes sinon. En ce moment que cherchait-il ? Très bonne question.

      Jackson Avery – Et bien tu sais, je n’arrive pas vraiment à définir ce que je veux moi-même … Après Lucy, je me suis laissé abattre mais maintenant je me sens peut être prêt pour attaquer quelque chose de nouveau !


    Annonça le jeune homme en lui adressant un sourire. Oui il devait passer à autre chose. Il ne devait pas être comme ça toute sa vie, à se lamenter d’avoir perdu celle qu’il aimait. Un jour, il serait vraiment prêt pour passer totalement à autre chose. Il en était sur. Il allait y arriver.
    Jackson but une nouvelle gorgée de sa boisson, comme s’il n’en avait pas bu assez. Il allait vraiment être bien. Le jeune homme attrapa la main de la belle interne. Il la regardait dans les yeux. Elle était bien séduisante.

      Jackson Avery – Tu es vraiment très belle, tu sais …




Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeMar 28 Fév - 17:44

C’était confirmé, Jackson était de la famille d’Harper Avery. Etonnamment Abby pensa immédiatement qu’il ne fallait pas brusquer Jackson. Mais ensuite elle se rendit compte de l’absurdité de ses pensées. Elle n’était pas comme ça. Faire de la lèche à quelqu’un pour un intérêt personnel, c’était se servir de lui et la nausée la prenait rien qu’à l’idée de pouvoir faire du mal ainsi à Jackson. Ou c’était l’alcool qui passait mal, va savoir ! Cependant elle avait des principes, et ce n’est pas maintenant, aux prises avec son whisky, qu’elle fléchirait. Il lui faudrait bien les oublier, une ou deux fois dans sa carrière, mais pour l’instant elle tenait bon. Elle ne voulait pas devenir comme ses parents, immoraux et mauvais. C’était vrai, avoir des principes comporter autant d’avantages que d’inconvénients.


Jackson Avery – Et bien, ce n’est pas facile tout les jours à vrai dire. Ils n’ont jamais attendu quelque chose de moi, j’ai du me motiver tout seul pour devenir médecin. Ils imaginaient surement que je n’en étais pas capable … On croit que c’est cool d’avoir un nom célèbre, mais ce n’est pas si bien que ça finalement !



Ah enfin un point commun ! Lui aussi avait du se motiver tout seul pour s’élancer dans les études de médecine. Un long et périlleux voyage d’ailleurs. Une phrase la toucha : « Ils imaginaient surement que je n’en étais pas capable… » Pourquoi donc ? S’il était dans une famille où tout le monde était chirurgien, pourquoi ne serait-il pas capable de le devenir aussi ? Ca lui rappelait un film à la télé où un jeune homme était né dans une famille d’écrivains renommés. Personne ne voulait croire qu’il serait capable d’écrire un livre un jour car il était dyslexique. Et pourtant il a réussi et a acquis la même notoriété que sa famille. Mais ce n’était qu’un film : « Il était une fois… ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Donc on ne pouvait vraiment s’y fier.
Elle aussi, on ne l’avait crue capable de rien. Et arrivée là où elle était, elle était presque fière et aurait voulu le crier sous tout les toits. Oui, Abby Stuart, après avoir écrit un livre sur sa triste enfance, est à présent en internat ! Elle voyait déjà les grandes affiches avec sa photo et cette inscription. Mais ce n’était qu’une rêverie provoquée par l’alcool, ou du moins elle espérait ne pas être aussi timbrée.



Abby Stuart – Ah je comprends, je sais ce que c’est que de n’avoir personne qui croit en toi… Mais on s’en remet, et quel bonheur de prouver que finalement, on en est capable ! Tu ne trouves pas ? Quelque part, c’est aussi un défi qu’on se lance… et pas n’importe lequel !


Elle éprouvait pour Jackson une sympathie nouvelle, une sorte de vécu commun. Il pouvait comprendre, en partie du moins, ce qu’elle avait pu vivre jusqu’ici. Un sentiment éphémère la prit à cette idée, le jeune homme devait surement la trouver austère. En même temps quoi de plus naturel après ce qu’elle-même avait vécu. Personne ne le savait, personne ne connaissait cette vérité à part ceux qui avaient lu ce fichu bouquin. Parfois il lui arrivait de se demander pourquoi elle l’avait fait publier. Ses parents l’avaient-ils lu ? Elle gardait un traumatisme profond de cette période de sa vie et ne le partageait avec personne. Jackson, tout comme elle, était réticent à parler de sa famille. Elle espérait juste qu’il allait bien malgré cela.


Jackson Avery – Et bien, je n’ai eu qu’un seul amour dans ma vie. Depuis qu’elle m’a quitté, j’enchaîne un peu les conquêtes …

Abby Stuart – Elle devait beaucoup compter pour toi …


Un seul amour dans sa vie… c’était déjà ça. Mais il avait eu le cœur brisé. Nous devons faire nos propres erreurs. Nous devons apprendre nos propres leçons. Nous devons continuer à remettre les choses au lendemain, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus le faire. Jusqu’à ce que l’on comprenne ce que Benjamin Franklin à voulu nous dire. Il vaut mieux savoir que de rester dans le doute. Il vaut mieux être éveillé que de dormir. Et que même le pire fiasco... même la pire erreur, vaut mieux que de ne rien avoir tenté.

Abby fut quelque peu déçue lorsqu’elle entendit que Jackson enchainait les conquêtes. Non qu’elle pense qu’il n’était pas assez séduisant pour en avoir, au contraire même ! Mais plutôt parce qu’elle trouvait ça superficiel. C’est sur, s’amuser avec des coups d’un soir, c’est toujours bien et quoi qu’il se passe « Demain est un autre jour ». Alors elle échafauda une théorie des plus plausibles : elle et Jackson, ça ne marcherait pas. Elle ne voulait pas être une conquête qu’on met sur un tableau de chasse, excusez l’expression. Et puis si elle se retrouvait seule à cause de cela, tant pis ! Elle l’aurait voulu.

Elle a toujours dit qu’elle serait heureuse seule. Elle aurait son travail, ses amis. Mais quelqu’un dans sa vie tout le temps ? Ça fait plus de problèmes qu’autre chose. Apparemment elle s’en est remise. Il y a une raison pour laquelle elle dise qu’elle serai mieux seule. Ce n’est pas parce qu’elle pensait être mieux seule. C’est parce qu’elle pensait que si elle aimait quelqu’un... et que ça foirait elle ne le supporterait pas. C’est plus simple d’être seule. Car si vous apprenez que vous avez besoin d’amour mais que vous n’en avez plus ensuite ? Si vous aimiez et que vous en aviez besoin ? Si vous construisiez votre futur autour... et qu’ensuite ça foirait ? Vous pourriez survivre à tant de peine ? Ce n’était là qu’une conversation entre amis, pour l’instant du moins… Quand elle lui demanda ce qu’il cherchait, il sembla pensif quelques secondes, indécis.



Jackson Avery – Et bien tu sais, je n’arrive pas vraiment à définir ce que je veux moi-même … Après Lucy, je me suis laissé abattre mais maintenant je me sens peut être prêt pour attaquer quelque chose de nouveau !


Sa dernière phrase fut complétée par un sourire, auquel Abby répondit largement. Ce qu’elle pensait n’était pas vrai, heureusement ! Le poids qui encerclait son cœur s’évanouit pour laisser place à la béatitude.

Après un verre de plus, il plongea son regard dans le sien. Elle en fut presque éblouie, éblouie par tant de beauté et de profondeur. On dit souvent que les yeux sont une fenêtre ouverte sur l’âme. Et en cet instant elle comprenait cette expression. Il lui prit la main et le contact de sa peau la fit frissonner. C’était trop, la mort de Nina, tous ces souvenirs qui remontaient à la surface. C’était la première fois qu’elle avait vraiment envie de se dévoiler sur ce sujet. La première fois depuis plus de 5 ans… La jeune interne eut un mouvement de recul, avant de revenir à sa position initiale. Ce n’était rien, juste une overdose de bonheur. Elle ne savait depuis combien de temps elle fixait ainsi Jackson, les yeux dans les yeux. C’avait été comme si il pouvait lire dans se spensées, et elle s’était peut-être sentie sur la touche.



Jackson Avery – Tu es vraiment très belle, tu sais …


Elle aussi était prête pour une nouvelle relation, mais tout ce qu’elle espérait c’était que Jackson et elle étaient bien sur la même longueur d’onde. Cette phrase la faisait également penser à la célèbre expression française « Tu as de beaux yeux, tu sais ». Mais lui avait employé autre chose… elle était belle. Alors soudain elle eut envie de lui rappeler, avant que ça n’aille plus loin.


Abby Stuart – Et toi aussi, crois moi tu n’es pas seulement beau et séduisant. Tu es juste… toi ! Mais tu sais… je recherche quelque chose de … de sérieux !


Réussit-elle à balbutier. Il allait franchement la prendre pour une pessimiste là ! Elle ne voulait pas le faire fuir, loin de là. Elle aurait juste voulu que cet instant dure toujours.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeSam 3 Mar - 18:54


    Harper Avery. Grand médecin ayant inventé un prix à son nom. Dans le domaine de la médecine, et principalement de la chirurgie, tout le monde le connaissait. C’était normal après tout. C’était le prix que tous les médecins convoités. Seuls les grands l’obtenaient. En inventant ce prix, Harper Avery voulait que les chirurgiens qui sont déjà des experts repoussent les limites de la médecine et tentent de nouvelles choses. Il voulait les motiver en premier lieu. Jackson aimait beaucoup son grand-père mais il était vrai que parfois il pouvait être énervant. Il voulait que son petit-fils vienne travailler à l’hôpital du Massachussetts ou lui-même travaillait. Jackson ne voulait pas mais Harper Avery bloquait quand même un poste pour lui au cas-où il changerait d’avis un jour. Cela n’intéressait pas le jeune homme. Il ne voulait pas être seulement le médecin, petit-fils du célèbre Harper Avery, qui réussit seulement grâce à sa famille. Non, il voulait seulement faire ses preuves dans un hôpital même si celui-ci était moins bien classé.

    Le jeune homme avoua à la jeune interne que ce n’était pas facile tout les jours d’être de la même famille qu’Harper Avery. Surtout quand on est le beau gosse de la famille dont personne ne croit en son talent. Jackson voulait montrer qu’il était capable aussi et c’était surement pour ça qu’il avait décidé de devenir chirurgien comme eux. C’était l’une des choses qui pourrait leur montrer qu’il n’était pas si incapable que ça. Se motiver tout seul pour ses études, c’est compliqué. Vraiment dur. Il faut avoir l’envie. Car si on ne la possède pas, on se démotiverait vraiment vite. De plus, la médecine est une filière très difficile. Bref, il y était arrivé seul, enfin avec l’argent de sa famille quand même. Il était vrai que pour l’argent le jeune homme n’avait pas eu de problèmes. Beaucoup de ses collègues avaient surement des prêts étudiants de 200.000 dollars.

      Abby Stuart – Ah je comprends, je sais ce que c’est de n’avoir personne qui croit en toi … Mais on s’en remet et quel bonheur de prouver que finalement, on en est capable ! Tu ne trouves pas ? Quelque part, c’est aussi un défi qu’on se lance … et pas n’importe lequel !


    Elle avait raison. On se remettait parfaitement de ça. Aujourd’hui Jackson allait bien. Il avait réussi et était fier de lui. Au début, c’est vrai, il en souffrait beaucoup de n’être que le beau gosse de la famille et rien de plus pour tout le monde. C’était vrai, il était beau. Mais il n’y avait pas que l’apparence qui comptait. L’intelligence, le cerveau, les capacités étaient les clés pour réussir sa vie. Ouais un défi. Un défi que tu as tellement peur de perdre que tu fais tout les efforts inimaginable afin de réussir ce défi. Jackson trouvait la jeune fille forte. Elle avait réussi à devenir médecin malgré ce qui lui était arrivé. Bien sur, leurs histoires n’étaient pas vraiment les mêmes. Elle s’était motivé toute seule et avait du payer ses études toutes seules. Jackson, lui, avait été aussi incompris et personne ne croyait en lui mais contrairement à la jeune femme, sa famille était aisée. Et elle l’avait tout de même aidé financièrement. Jackson avait un gros compte en banque grâce à elle. Il avait beaucoup d’argent et n’avait pas au de problème dans ce côté.
    Le sujet divagua sur la vie sentimentale. Le jeune homme lui confia qu’il n’avait eu qu’un seul amour dans sa vie autour de toutes ses conquêtes. Lucy était celle qui avait décroché son cœur. Et la souffrance qu’il avait éprouvé en se faisant quitter avait été bien trop forte à son goût.

      Abby Stuart – Elle devait beaucoup compter pour toi …


    Oui en effet, elle avait énormément compté. C’était son premier amour et son seul pour le moment d’ailleurs. Ce sentiment était si bon à ressentir. C’était meilleur que n’importe quel alcool, n’importe quelle drogue. C’était si bon. Mais le pire était sans doute quand tout ça se terminait un jour. Et du jour au lendemain, on passe de ce sentiment à quelque chose de vraiment terrible. Ceci est tellement dur. Le jeune homme avait passé tellement de temps à l’oublier. Son cœur avait vraiment été brisé ce soir-là. Des gens disaient qu’il n’y avait pas d’amour sans souffrance. Le jeune homme trouvait cette idée bien pessimiste. Mais bon, s’il fallait souffrir … Le jeune homme ne savait pas s’il avait envie de re souffrir comme ça.

    Le moyen qu’il avait trouvé pour contrôler sa tristesse était d’enchainer les conquêtes. Cela avait paru comme la meilleures des solutions à l’époque. Maintenant en y réfléchissant, peut-être avait cela avait été vraiment stupide.
    Il ne savait pas bien ce qu’il voulait. Une relation sérieuse ? Il hésitait. C’était surement à cause de la souffrance qu’il avait vécu. Des conquêtes ? Non plus maintenant. Cela suffit maintenant les aventures d’un soir. Cela ne servait vraiment à rien maintenant. Ca allait mieux pour ce qui était de son pauvre petit cœur. Il se sentait prêt pour quelque chose de nouveau. Abby lui rendit son sourire. Jackson buvait encore un verre. Ce n’était pas vraiment bien ça. Il allait surement être mal en point. Le jeune homme plongea ses yeux dans ceux de la jeune interne. Ses yeux étaient surement son plus bel atout. Cette couleur azur faisait souvent fondre les jeunes femmes. Il rit la main de la jeune femme. Il se sentait bien. L’alcool y faisait surement beaucoup aussi. Le jeune homme lui annonça qu’elle était vraiment belle. C’était la vérité. Ses cheveux blonds et ses yeux, cela faisait un beau mélange. Son corps aussi était pas mal. Elle était belle tout simplement.

      Abby Stuart – Et toi aussi, crois moi tu n’es pas seulement beau et séduisant. Tu es juste … toi ! Mais tu sais … je recherche quelque chose de … de sérieux !


    Le jeune homme sourit à ses phrases. Elle le trouvait beau et séduisant. Cela voulait dire qu’il lui plaisait. C’était agréable. Elle était agréable. On lui disait souvent mais ce soir-là, bizarrement il ne s’en fichait pas vraiment comme les autres fois. Jackson ne savait pas qui répondre. Elle semblait vraiment vouloir avoir une histoire sérieuse. Elle avait bien insisté depuis que la conversation était venue sur le sujet. Jackson ne savait pas, il ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas s’il voulait une relation sérieuse. C’était idiot de dire que c’était trop tôt. Ca faisait quand même deux ans qu’elle était partie. Le jeune homme sortit de ses pensées et replongea ses yeux dans ceux de la jeune femme. Elle aussi, en possédait des beaux.

      Jackson Avery – Je … J’ai bien compris que tu n’étais pas le genre de fille à vouloir une relation sans lendemain … Je …


    Il ne savait pas vraiment quoi dire de plus. Il ne pouvait pas, il n’avait pas le droit de lui promettre que lui aussi ne voulait s’engager que pour quelque chose de sérieux. Il ignorait vraiment ce qu’il voulait, de quoi il avait besoin. C’était stupide. La jeune fille devait vraiment le prendre pour un taré. Mais bon, il s’en fichait. Il n’avait pas peur d’être jugé même si cela ne faisait jamais plaisir. Le jeune homme but donc un verre de plus tout en ayant la main dans celle d’Abby. Sa main était toute douce.
    Jackson s’avança doucement vers elle. Elle était belle et semblait attirer le jeune homme comme un aimant. Un désir incroyablement étrange. Finalement il arriva à quelques centimètres de la jeune femme. Il s’arrêta un instant puis déposa doucement ses lèvres sur les siennes avant de se reculer comme embarrassé.

      Jackson Avery – Je suis désolé … Je voulais pas te prendre de court comme ça … Je …




Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeLun 5 Mar - 15:11


Un air torturé avait pris place sur le visage de Jackson lorsque le sujet abordé fut la famille. Mais elle ne se doutait guère que l’évocation de son ancien amour le ferait souffrir ainsi. Tout à coup il avait finit son verre, de manière impulsive, comme pour se protéger. Sous ses airs de tombeur, Jackson cachait une personnalité des plus attachantes et de plus profondes. S’en rendait-il compte ? Mais le monde était ainsi, en apparence on devait être fort sinon on se faisait bouffer par ceux qui l’étaient plus que nous. Mais au fond tout le monde cachait une part sentimentale, plus ou moins grande selon les personnes. Abby se rassurait, elle n’était pas la seule dans ce cas et pensait gratter la surface de ce Jackson enfoui. Leurs familles étaient les mêmes après tout : elles ne croyaient pas en eux, et se fichaient éperdument de leur sort. Mais le jeune homme ne semblait pas vouloir en parler, une souffrance encore trop grande pour l’avouer, surement. Elle voulait en savoir plus, mais comment ne pas le brusquer ? Il ne voulait pas en parler, mais pourquoi l’avait-il invitée à boire un verre alors ? Là, la réponse était évidente : une patiente proche de lui venait de décéder, il voulait décompresser et la seule personne qui était présente était Abby. Elle faisait un peu office de « bouche-trou » dans un sens.

*Il faut vraiment que j’arrête l’alcool moi !*

Ces doutes furent balayés lorsque le jeune homme lui prit la main, elle décida donc de ne plus aborder le sujet de la famille, ou même de Lucy. C’était trop douloureux, peut-être qu’après une énième vodka orange il oublierait tout ? De toute façon vu ce qu’il avait déjà bu, la gueule de bois qu’il aurait quelques heures plus tard ne faisait aucun doute !

Quand elle lui répéta qu’elle souhaitait une relation sérieuse, il était indécis, encore. C’était compréhensible, vraiment. Elle se prit d’affection pour lui, ou c’était un autre sentiment qui naissait en elle et qui prenait racine. Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Sortir avec un titulaire, et puis quoi encore ? Mais Meredith Grey l’avait fait, Cristina Yang l’avait fait. Jackson était résident, pas titulaire. Tout était possible, tout était envisageable, si bien tenté qu’il soit du même avis qu’elle. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie un enfer, comme il l’avait vécu après le départ de son ancien amour. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, elle le savait maintenant, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.


Jackson Avery – Je … J’ai bien compris que tu n’étais pas le genre de fille à vouloir une relation sans lendemain … Je …

Avait balbutié Jackson, la regardant dans les yeux. Elle ne pouvait détacher son regard du sien, absorbée dans ses pensées et ses espoirs. Quand ses yeux lui piquèrent elle battit des paupières et ce fut comme un retour à la réalité. Néanmoins sa main resta enlacée dans celle du résident, ne voulant pas mettre fin à ça maintenant. Avec une infinie délicatesse, et de sorte que personne d’autre que lui ne l’entende, Abby murmura

Abby Stuart – Que cherches tu ? …

Il n’avait peut-être pas entendu, mais Abby sentait une sorte d’attirance entre eux. Un lien inexplicable qui les liait comme la terre et son champ de gravité. Sans qu’elle s’en rende compte-t-il s’avançait, doucement mais sûrement, comme on dit. Arrivé à quelques centimètres de son visage il s’arrêta net, incertain. Mais Abby n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu’il déposa un baiser sur ces lèvres. Elle savoura cet instant plusieurs secondes avant d’ouvrir les yeux et de constater avec effroi que Jackson s’était légèrement reculé, embarrassé. Quant à elle, ce baiser la décontenança. C’était une réponse de sa part mais son embarrassement laissait croire à autre chose.

La situation était devenue ambigüe, et l’alcool n’arrangeait rien. Parce que ce sentiment qui prenait racine, était-ce de l’amour ou juste une trop grande affection ? C’était comme des papillons qui voletaient en elle, ne pouvant se poser.


Jackson Avery – Je suis désolé … Je voulais pas te prendre de court comme ça … Je …

C’avait été agréable, pourquoi tout gâcher maintenant ? Elle voulait savoir, elle voulait savoir le pourquoi du comment et si une histoire allait naître entre eux, ou si elle se faisait des films et espérait bien trop … Ses muscles étaient engourdis, la tête lui tournait légèrement mais elle termina son verre tout de même. Joe ne consentirait certainement pas à leur en resservir. C’était un patron de bar pas ordinaire, toujours à l’écoute des clients. Il savait tout sur ce qui se passait à l’hôpital et avait connu plusieurs générations de médecins. Il avait vu les choses évoluer, dans le bon sens, comme dans le mauvais. L’alcool ne pardonnerait pas aux deux futurs médecins, c’était sur. La gueule de bois le lendemain serait rude. Mais le lendemain était encore loin, beaucoup de choses pouvaient se passer d’ici là.
Après le baiser de Jackson elle se sentait vivante, tout simplement.

Les êtres humains ont besoin de beaucoup de choses pour se sentir vivant : la famille, l’amour, le sexe. Mais la seule chose essentielle, c’est d’être en vie. Il nous faut un cœur palpitant... Lorsque notre cœur est menacé nous réagissons de deux façons. Ou nous fuyons ou nous nous battons. Il y a une expression pour dire ça : le combat ou la fuite. C’est instinctif. Nous ne pouvons pas le contrôler... La fuite n’était pas envisageable, Abby ne voulait pas abandonner là. Parfois on prend de mauvaises décisions, même les meilleurs d’entre nous en prennent. Des décisions prises sur un coup de tête…

La jeune femme s’avança à son tour, mit sa main sur la nuque de Jackson et l’embrassa, aussi délicatement que lui l’avait fait quelques instants auparavant. C’était pathétique, elle en avait confiance. Maintenant elle attendait avec anxiété sa réaction.


Abby Stuart – Euh… Je… elle voulait dire quelque chose mais aucun son ne sortit de sa bouche, hébétée.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeMer 7 Mar - 20:20


    L’alcool lui faisait tellement de bien. Il ne pensait presque plus à Nina. A sa mort tragique, une journée avant l’opération qui lui aurait sauvé la vie. Il s’en voulait d’avoir perdu une patiente. Mais la mort était inévitable à l’hôpital. C’était un endroit où celle-ci flottait en permanence. Jackson en avait vu des mourants à l’hôpital. Le jeune homme se demandait si c’était difficile. Selon certains patients, on sentait quand la mort allait nous emportait. Pour certains, c’était comme une intuition. Pour d’autres, elle avait une certaine odeur. Jackson n’aimerait pas quitté la vie à son âge. 27 ans, c’était jeune. Il n’avait pas encore profité de tout. S’il était prêt à mourir, il aurait sans doute peur. Mais si l’on avait peur, c’était qu’on avait encore quelque chose à perdre sur cette terre. Oui Jackson aimait trop la vie pour le moment. C’était un cadeau précis et il avait ainsi du mal à comprendre les gens s’ôtant la vie délibérément. Le suicide était vraiment quelque chose d’impensable. Il était également contre le suicide médicalement assisté. Il ne comprenait pas comment on pouvait aider un patient à mourir. On était des médecins, on ne devait pas sauver des vies et pas les ôter. C’était surement pour ça qu’il avait eu du mal à laisser partir Nina. Les patients devraient tout simplement se battre pour survivre. Car un remède pouvait être trouvé d’un jour ou l’autre. Des experts travaillaient dessus et il ne fallait pas laissé tomber. Bon bien sur, il n’avait jamais été patient et ne savait donc pas ce que l’on pensait quand on était au seuil de la mort mais pour l’instant ses idées sur le sujet était bien clair.

    Abby lui demanda ce qu’il recherchait. Le jeune homme ne réagit pas. Il ne savait pas ce qu’il cherchait. D’un côté, il aimerait bien avoir une relation, mais de l’autre, il n’était pas vraiment sur d’y arriver. En amour, le jeune homme était souvent indécis. C’était surement pour cela qu’il n’avait eu que peu de relations vraiment sérieuses. Quelque chose l’attirait en cet interne. Elle était belle et semblait mystérieuse. Elle l’intriguait. Le jeune homme se rapprocha d’elle. Il avait chaud. L’alcool était en lui. Il avait pris un nombre incalculable de verre. Et la vodka lui montait assez à la tête. C’était pour ça qu’il choisissait cet alcool après tout. Son goût était plutôt agréable. Le jeune homme déposa un baiser sur les lèvres de la jeune femme. C’était comme s’il ne maîtrisait plus rien. Comme si des forces surhumaines agissaient à sa place. Mais ça faisait tellement de bien. Le résident se retira finalement tout en s’excusant de l’avoir pris de court comme ça. Il espérait ne pas l’avoir froissé. Après tout, il avait compris qu’il lui plaisait assez mais si la jeune fille n’avait pas envie de ça. Jackson se sentait bien. Comme si rien ne pouvait l’arrêter. Bien sur, tout ça était surement les effets de l’alcool. Mais il en profitait pour le moment.
    La jeune femme s’avança à son tour, et posa sa main sur la nuque de Jackson. Elle l’embrassa. Visiblement son baiser ne l’avait pas déranger puisqu’elle lui en donnait un à présent. Il fut court mais si agréable.

      Abby Stuart – Euh … je …


    La jeune femme semblait avoir perdu la parole. Jackson lui sourit. Elle ne savait plus quoi dire. Jackson non plus, après tout, il n’y avait pas vraiment besoin de mots à présent. Il y avait une sorte d’attirance. C’était facile. Agréable. Le jeune homme ignorait si c’était les effets de la soirée, de l’alcool … Mais en tout cas tout semblait si bien, si facile en ce moment. Comme s’il n’y avait rien. Que tout les petits problèmes de la vie quotidienne avait disparu. Ca faisait du bien. C’était comme une bouffée d’air frais dans ce dur monde.
    Le jeune homme tenait dans sa main, celle d’Abby. Il la caressait doucement avec son doigt. Cela avait souvent un bon effet. Jackson savait, que lui, aimait qu’on lui fasse ça. C’était toujours agréable. Les yeux d’Abby étaient vraiment magnifiques. Bleus. Le jeune résident adorait cette couleur. Cela lui faisait penser à la plage, à la mer. Il aimait quand il partait en vacances, se promener sur la plage le soir, quand la lumière s’estompait. Bien sur, il n’avait pas pu se prendre de vacances depuis bien trop longtemps. L’internat puis la résidence l’occupait beaucoup. Il passait le plus clair de son temps, à l’hôpital. Et n’avait pas de véritable vie sociale en dehors de l’hôpital.
    Jackson se replongea dans les magnifiques yeux de l’interne.

      Jackson Avery – Une relation sérieuse implique t-elle que tu veuilles mieux me connaître avant de voir si je pourrais te convenir ?


    Demanda le jeune homme avec son sourire malicieux. Il se recula quelque peu. Il était maintenant plus loin de la jeune interne qu’auparavant. Il aurait surement aimé continuer. Mais après tout, il voulait passer un bon moment avec la jeune femme. Avoie une charmante discussion était tout aussi intéressant. Jackson n’avait pas envie qu’Abby soit une de ses conquêtes de plus. Il ne savait pas vraiment ce qu’il voulait qu’elle soit pour lui. Mais pas une simple aventure d’un soir. Jackson but un nouveau verre. Ce n’était pas vraiment une bonne idée. Sa tête commençait à tourner et il se sentait joyeux comme s’il allait raconter des énormités dés qu’il allait ouvrir la bouche.

      Jackson Avery – Ouuuuuuh ! Je crois que la fête est à son apogée ! J’aurais bien envie d’une banane flottante ou peut-être une sucette à la cerise !




Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeJeu 8 Mar - 11:58

Après son baiser, Abby se sentit détendue, mais il s'en était fallu de peu pour que la gêne fasse rougir ses joues déjà rosies à cause de l'alcool. Elle n'était pas comme ça. C'est vrai, elle ne connaissait que très peu Jackson et l'embrassait comme s'ils se connaissaient... C'était étrange mais tellement agréable comme sensation. Le temps de l'errance était terminé, elle aussi avait connu des aventures d'un soir, et pas une seule !

Mais cela ne menait à rien. Le lendemain on se réveillait seule et on ne revoyait jamais celui avec qui on avait passé la nuit. Mais c'était aussi simple, car pas de blabla, pas de sentiments, juste du plaisir sans devoir donner en retour. Elle ne s'était pas impliquée émotionnellement dans une relation depuis le début de son internat, parce que ça demandait du temps. Seulement Abby ne pouvait rester seule toute sa vie, elle devait profiter de la vie, mais aussi trouver quelqu'un avec qui ce serait simple, avec qui elle se sentirait bien. Sur ce point elle était certainement plus avancée que Jackson, qui ne répondit pas à sa question. Il ne l'avait surement pas entendue... Elle aurait voulu être celle qu'il cherchait, il lui sourit et carressa doucement sa main avec son doigt. La jeune interne appréciait cette petite attention, qui lui rappelait que Jackson était bien réel et non un fantasme crée par son imagination et... l'alcool !
Elle avait cessé d'en prendre, les effets étaient déjà là et elle ne tarderait pas à avoir un fou rire pour presque rien. C'était dévastateur chez elle, elle tenait bien l'alcool mais quand elle comettait l'imprudence de dépasser ses limites alors là, comme toute étudiante elle devenait démente et incapable de se maîtriser. Il fallait bien en profiter tant qu'elle était encore jeune et belle. Lui aussi était détendu, du moins c'est ce qu'elle devinait à son air calme et serein. Il la regardait toujours dans les yeux, Abby se sentait examinée des pieds à la tête.

Jackson Avery – Une relation sérieuse implique t-elle que tu veuilles mieux me connaître avant de voir si je pourrais te convenir ?

Son air malicieux cachait quelque chose, mais elle ne savait pas quoi, car elle avait perdu tout sens de la jugeotte à cause de l'alcool.

* Bah je vais être bien demain moi ! * pensa-t-elle lorsqu'elle se souvint qu'elle était de garde le lendemin... enfin vu l'heure, elle devrait prendre sa garde quelques heures plus tard et n'avait pas encore dormi depuis la dernière.

La conversation repartait avec légèreté, et la tension ne se faisait plus ressentir même si Abby était toujours attirée par le jeune homme. Toutefois Jackson avait raison, ils ne se connaissaient que très peu, enfin elle savait juste qu'il était résident, que son grand-père était Jackson Avery, son ancien amour : Lucy... D'accord, elle savait quand meme quelques petites choses... Mais il ne faut jamais se précipiter, c'est ainsi que se gâchent les relations qui semblent les plus solides. Elle avait peur qu'en attendant trop, le jeune résidant ne veuille pas d'elle. L'alcool la faisait-elle délirer ?


Abby Stuart - Oui bien sûr ! Mais, je t'avoue que j'ai peur qu'en attendant trop... tu ne veuilles pas de moi.

A-t-elle osé lui dire en riant avec sereineté. Elle voulait en savoir plus sur lui, sa famille, ses attentes, sa couleur préférée aussi ! Cela viendrait avec le temps, en tout cas elle ne le laisserait pas tomber. C'est pour cela qu'elle griffona quelques chiffres sur une serviette avec son rouge à lèvres et la tendit au jeune homme. Mais il était totalement allumé, il avait bu plusieurs verres de plus qu'elle mais était au même point qu'elle : à peu près lucide, mais déchiré. Son ivresse faisait plaisir à voir après la tête d'enterrement qu'il avait fait dans la chambre de Nina. Abby souriait aussi, riait de tout et n'importe quoi.

Jackson Avery - Ouuuuuuh ! Je crois que la fête est à son apogée ! J’aurais bien envie d’une banane flottante ou peut-être une sucette à la cerise !

Ah là il était complètement taré ! Cependant Abby ne contrôlait plus rien, et n'avait pas vraiment envie de controler quoi que ce soit d'ailleurs. On vivait l'instant présent, quelles qu'en soient les conséquences. C'était dangereux, mais tellement amusant ! La jeune interne leva le bras en direction de Joe et lui demanda d'un air rieur :

Abby Stuart - Eh Joe, Une banane à la cerise et une sucette flottante s'il te plaît ! Enfin non attend, une cerise flottante et une sucette à la banane, Ooooooh je m'embrouille !

Elle ne savait plus ce qu'elle disait, ça c'était autre chose, mais Joe rit à la bonne humeur des deux larons. Il était cependant tard, et ils étaient les derniers. De plus ils avaient trop bu : combinaison de facteurs qui fait que bientôt ils allaient être virés du bar sans ménagement ! Elle le chuchota à Jackson pour que Joe n'entende rien, mais de toute façon Jackson la prenait déjà pour une tarée, enfin certainement.


Abby Stuart - Hé, je pense qu'on va se faire dégager bientôt...



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeDim 11 Mar - 9:15

    Le jeune homme demandait à Abby si elle voulait mieux le connaître. Elle voulait une relation sérieuse donc la réponse était surement oui. Quant à Jackson, il voulait apprendre à la connaître d’avantage. Elle n’était pas comme toutes les filles qu’il avait côtoyé ces derniers temps. Elle avait quelque chose en plus. Elle était plus intéressante. Elle avait un petit truc en plus qui l’attirait. Elle dégageait quelque chose. Beaucoup de filles qu’il connaissait avaient envie de lui et même si ce n’était qu’une aventure d’un soir, elles étaient d’accord. Abby n’était pas comme ça. Non, elle pouvait si elle voulait coucher simplement avec Jackson mais non, c’était une fille bien, elle voulait une aventure sérieuse et respectait ses convictions. Elle se respectait elle-même. C’était quelque chose de bien. L’alcool commençait à rendre Jackson complètement taré. Il se balançait de droite à gauche comme un enfant qui cherchait à se bercer. Il n’y avait pas de tensions. Tout était simple entre les deux jeunes gens. Une petite dose de légèreté dans ce monde si compliqué.

      Abby Stuart – Oui bien sûr ! Mais, je t’avoue que j’a peur qu’en attendant trop … Tu ne veuilles pas de moi.


    C’était idiot. Jackson savait être patient quand il le voulait. Bien sur, il fallait que la fille lui plaise, et là c’était le cas. Il saurait attendre. La jeune fille avait quelque chose d’attachant dans ses paroles. Elle avait l’air dans le même état que lui. Elle lui avait dit cela avec son petit rire. Les effets de l’alcool surement. Oui, il avait envie de la connaître, d’en savoir plus sur son passé, sur ses envies. La jeune femme sortit un rouge à lèvres de sa poche et écrivit quelques chiffres sur une serviette avant de la tendre à Jackson. Le jeune homme l’attrapa tout content et la glissa dans sa poche. Il était totalement déchiré. Il avait l’impression d’avoir bu un million de verres tellement il se sentait flotter. Il était mieux, il se sentait bien. Nina et sa mort semblait si lointain. Le verre (ou les verres) avait été une tellement bonne idée. Et de n’être pas toute seule avait encore été meilleur. Jackson riait de n’importe quoi. Il commençait à parler fort et déclarait qu’il avait envie d’une banane flottante et d’une sucette à la cerise. Complètement fou. Déchiré. La jeune femme leva son bras en direction de Joe.

      Abby Stuart – Eh Joe, une banane à la cerise et une sucette flottante s’il te plait. Enfin, non attend, une cerise flottante et une sucette à la banane. Oooooooo je m’embrouille.


    Le jeune homme partit dans un fou rire. Ils étaient tout les deux tellement bourré. C’était quelque chose qu’il regretterait le lendemain. Jackson regarda autour de lui et vit qu’il n’y avait quasiment personne dans le bar. Ils étaient les derniers et en plus ils étaient complètement faits. Le résident ne savait même pas quelle heure il était. Il devait être tard ou tôt, cela dépendait comment on se plaçait. Jackson riait, souriait. Tout comme la belle Abby. Elle lui chuchota à l’oreille qu’ils allaient surement bientôt se faire dégager. Elle avait surement raison après tout. Joe avait surement envie de fermer son bar et attendait seulement qu’ils partent. Jackson se leva et tendit sa main à Abby pour l’aider à se relever. Ils pouvaient continuer à faire la fête autre part, et ne pas embêter le pauvre Joe si sympathique. Ils sortirent donc du bar et commencèrent à marcher dans la rue. Rentrer à l’hôpital était une bien mauvaise idée.
    Déambuler dans les rues ? Bonne idée jusqu’à que les gendarmes viennent les chercher. Alors qu’allaient-ils faire ? Le jeune homme plaqua la jeune femme contre le mur. Il l’embrassa. Ses lèvres irrésistibles l’attiraient de plus en plus. Jackson rompit ce baiser avant de commencer à tourner sur lui-même en regardant le ciel. Il avait l’air d’un gamin de cinq ans. Quelques gouttes de pluie commençaient à tomber. Jackson s’en fichait. Il aimait la pluie. Il s’arrêta quelques secondes, complètement fait.

      Jackson Avery – Et maintenant on va où ?


    Demanda t-il le sourire aux lèvres. Il avait l’impression d’être dans une chasse au trésor. Il fallait simplement chercher quel serait le prochain lieu. Bourré comme ils étaient, il ne pouvait certainement pas prendre leurs voitures afin de regagner leur domicile.
    Le jeune homme se sentait bien. Le réveil serait surement dur le lendemain et il le regretterait fortement. Mais pour le moment, il allait tellement bien qu’il en oubliait tout le reste. Il avait oublié tout ses petits problèmes. C’était grâce à Abby surtout. Sa présence était un doux réconfort.

      Jackson Avery – J’aime bien les sucettes à la cerise ! Je crois bien que c’est mes préférés. Pourquoi la cerise ? Et bien quand j’étais petit, j’adorais piquer des cerises dans l’arbre du voisin. Et puis aussi j’aimais bien mettre du jus de cerise dans la vodka quand je buvais en soirée pendant mon adolescence. Et puis cerise c’est cool. C’est rouge comme le sang.




Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeDim 11 Mar - 14:34


Lorsque la jeune interne héla Joe, ils partirent tout deux dans un fou rire incontrôlable qui dura plusieurs dizaines de secondes. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas sentie ainsi, et l’envie que ce moment dure éternellement la prenait soudain. Quand elle y repenserait le lendemain, elle serait certainement nostalgique. L’histoire s’écrivait, quoi qu’on en pense et quoi qu’on fasse, on ne pouvait pas revenir en arrière.

Ne restant pas plus longtemps dans le bar afin de laisser Joe se reposer, les deux futurs chirurgiens quittèrent les lieux. Jackson n’hésita pas à proposer sa main à Abby pour l’aider à se relever, la pauvre avait la tête qui tournait et ne savait plus trop où poser les pieds, jusqu’à sortir dehors. L’air frais lui fit un peu de bien et lui rafraîchit les idées, enfin juste un peu car les verres qu’elle avait bu étaient toujours là. Jackson déambulait dans la rue, ils ne firent que quelques pas avant qu’il la plaque au mur et l’embrasse. Abby mit sa main sur son torse, sentent son cœur battre à travers sa peau tel une douce musique qui ne cessera jamais. Enfin dans un laps de temps assez long du moins… Cette étreinte fut cependant interrompue lorsqu’il se recula et tourna sur lui-même tel un enfant. C’était à la fois magnifique et étrange de voir comme l’alcool, boisson des plus grands, nous faisait revenir en enfance et parfois accomplir les actes les plus insensés. La pluie ruisselait le long de leurs cheveux, il n’y avait que quelques gouttes, mais à Seattle un pipi d’oiseau (= une petite pluie pour les incultes :p ) annonçait souvent un gros orage.



Jackson Avery – Et maintenant on va où ?


Il faisait bien de poser la question… L’orage ne tarderait pas, il leur fallait trouver un abri. Malgré l’alcool, on se souvient toujours des besoins primaires, ce sont même ceux qui reviennent les premiers ! Manger, boire, respirer, se reproduire,… Et là, leur besoin était de ne pas se retrouver trempés jusqu’aux os ! Elle avait bu moins que lui, seulement on dit souvent que les femmes sont moins résistantes à l’alcool que les hommes. Donc ils n’en menaient pas large, Jackson arrêta de tourner sur lui-même en regardant le ciel étoilé. C’était magnifique, tout ces petits points lumineux dans le ciel… Elle aurait voulu appuyer sur le bouton OFF de ces étoiles, puis les rallumer. Enfant on se demande toujours comment les phénomènes physiques peuvent se produire.

Abby Stuart -
Eh bien… j’en sais rien moi ! Le monde est à nous, tu veux aller où ? La cabane de Peter Pan ? Le navire du capitaine Crochet ou bien ? J’ai envie d’aller nager sur le dos d’une baleine et de me laisser flotter jusque demain, mais je suis de garde il faudra dire à la baleine de mettre le réveil. Mais en tout cas, ce sera à pied !

Totalement incohérent, elle perdait totalement les pédales là ?! Pas sur le point de leur non-utilisation de la voiture, là c’était carrément censé ! Mais une baleine ?! A Seattle ?! Par cabane de Peter Pan elle entendait la petite cabane du gardien dans le parc. Elle était sans doute fermée et aux vues des fuites quotidiennes dont elle était sujette, la petite cabane au fond des bois ne leur serait d’aucune utilité. Mais Abby l’appréciait beaucoup. C’avait été son refuge une fois, alors que ses parents la poursuivaient. Non qu’elle soit une cancre, mais elle voulait s’enfuir et le gardien avait oublié de fermer la porte. La petite fille qu’elle était avait ensuite rêvé d’y retourner à chacune de ses déceptions ou de ses angoisses, mais elle n’en avait jamais eu l’occasion.


Jackson Avery – J’aime bien les sucettes à la cerise ! Je crois bien que c’est mes préférés. Pourquoi la cerise ? Et bien quand j’étais petit, j’adorais piquer des cerises dans l’arbre du voisin. Et puis aussi j’aimais bien mettre du jus de cerise dans la vodka quand je buvais en soirée pendant mon adolescence. Et puis cerise c’est cool. C’est rouge comme le sang.

Lui aussi était joyeux. Jackson lui avait permis de s’évader de sa vie d’adulte, et elle lui en serait toujours reconnaissante. C’est étrange parfois comme vous avez une impression de déjà vu qui persiste. Abby avait l’impression d’avoir déjà vu cette scène sans se rappeler quand exactement… Elle marcha vers lui et le prit par le bras comme il l’avait fait auparavant pour l’aider, comme poussée par des bras invisibles derrière son dos. Et ils parcoururent encore quelques mètres en riant joyeusement. Elle touchait au but, elle touchait enfin au bonheur qu’elle avait désiré. Mais allait-il durer ? On pense toujours à l’avenir, à chaque seconde on se demande si le bonheur viendra un jour, si notre douleur s’effacera alors que tout nous pousse à abandonner cet espoir infime que notre vie s’améliorera. Puis contre toute attente on se rend compte que le vrai bonheur, c’est d’être encore capable de rêver. Elle se sentait poussait des ailes, rien ne pouvait l’arrêter.



Abby Stuart - En gros la cerise t’a suivie toute ta vie quoi ? Petit voleur de cerise va !


Dit-elle en se rapprochant. Il était plus grand qu’elle, mais elle se pencha et l’embrassa passionnément. Sa peau était chaude, ce qui provoqua des frissons à Abby, qui commençait à avoir un peu froid avec la pluie qui s’annonçait. La jeune femme lui aurait bien proposé d’aller dans son appartement, mais Jackson n’aurait-il pas trouvé ça indécent ? Elle lui avait affirmé vouloir mieux le connaître mais son corps transpirait presque de désir. Elle savait que ce n’était pas bien, pas dès le premier soir. Mais elle ne pouvait s’en empêcher. Après tout, il lui proposerait peut-être d’aller chez lui, l’initiative serait de lui, elle n’en serait absolument pour rien … D’un autre côté, ils pouvaient continuer de s’amuser et jouer encore un peu l’innocence. Cela ne pouvait pas leur faire de mal, pour l’instant du moins.

Abby Stuart - Moi j’aime bien les chocolats avec une cerise et de la liqueur dedans. Quand j’étais petite j’en mangeais jamais, mais depuis que j’ai mon appart’ je me rattrape !

dit-elle en sortant de sa poche les clés de son appartement où pendait un pendentif en forme de grappe de cerise, en référence à la marque de sacs. Elle rit encore de bon cœur dans la nuit étoilée.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeDim 11 Mar - 20:01

    Jackson se demandait bien où ils pouvaient se rendre à présent. Ils n’allaient pas rester dans la rue indéfiniment et puis il commençait à pleuvoir. Cette petite pluie fine était agréable quand elle tombait sur son visage. Jackson aimait ça. Seattle était la ville de la pluie. Mais la pluie faisait du bien, elle remettait les idées en place, elle rafraichissait. Ce qui n’était pas vraiment de refus. Jackson avait plutôt chaud à cause surement de tous les verres qu’il s’était enfilé. Le jeune homme aurait bien proposé de ramener Abby, comme un gentleman mais bon il n’était pas vraiment en été de conduire. Peut-être n’habitait-elle pas loin après tout. Ce qui était sur, c’est qu’il ne pouvait pas la ramener chez lui parce que là il fallait bien prendre la voiture et à part si elle voulait finir dans une ambulance, il ne valait mieux pas. Jackson décida donc d’abandonner cette idée. La pluie qui tombait pour le moment en fines gouttelettes allait surement se transformer en grosse averse voir même en orage. Le jeune homme n’avait pas vraiment envie d’être dessous quand l’orage attaquerait. Jackson s’amusait à tourner sur lui-même. S’il avait été sobre, il se serait pris pour un véritable imbécile et aurait surement eu honte de lui. Mais bon, voilà un des bons effets de l’alcool. Au moins, il était d’avantage libéré. Les étoiles étaient belles ce soir. Quand il était petit, le jeune homme allait souvent camper avec ses amis. Et il adorait dormir à la belle étoile plutôt que dans une tente. Un petit coin dans la forêt était son coin préféré pour camper. Il y allait dés fois encore pour se détendre quand il avait du temps mais c’était assez rare depuis qu’il travaillait à l’hôpital. Il n’avait jamais montré ce coin aux filles avec qui il était sorti. Il ne savait pas vraiment pourquoi. C’était son petit coin à lui après tout. Bref, revenons-en à la pluie dans les rues de Seattle. Le jeune homme passait un agréable moment avec Abby. Il aurait aimé que ce moment ne finisse jamais.


      Abby Stuart - Eh bien… j’en sais rien moi ! Le monde est à nous, tu veux aller où ? La cabane de Peter Pan ? Le navire du capitaine Crochet ou bien ? J’ai envie d’aller nager sur le dos d’une baleine et de me laisser flotter jusque demain, mais je suis de garde il faudra dire à la baleine de mettre le réveil. Mais en tout cas, ce sera à pied !


    Jackson éclata de rire. Visiblement la jeune fille était aussi déchirée que lui. Mais c’était tellement bon à voir. Le monde était à leurs pieds. Ils étaient jeunes, ils étaient beaux, ils étaient forts. Ils pourraient vraiment faire ce qu’ils voulaient. La cabane de Peter Pan était une perspective intéressante. Mais pour y accéder, il faudrait emprunter le navire du capitaine crochet puis ‘envoler jusqu’au monde imaginaire. Quand ils seraient là-bas, ils s’amuseraient éternellement. Non, ils ne pouvaient pas se rendre là-bas, ils étaient trop accro à la chirurgie pour s’en aller loin d’ici. Nager sur le dos d’une baleine était une perspective intéressante mais Jackson préférait à dos de dauphin quand même. C’était plus sain. Il avait peur que la baleine le dévore pendant l’escapade. Un dauphin, c’était gentil, mignon. Oui vaut mieux mettre le réveil puisque demain ils avaient du travail. Oh mon dieu, ils seraient dans un bel état quand ils recommenceront leurs gardes le lendemain matin.
    Jackson commençait à délirer complètement. Il parlait de cerise. Raconter tout autour de ce fruit et profitait de ça pour raconter sa vie et son attachement à ce fruit si particulier. Sucette à la cerise, Vodka à la cerise. Cerise volé. Ce fruit revenait souvent dans son discours. C’était sans doute son fruit préféré. Il était joyeux. Ils s’étaient tout les deux évadé de la dure réalité en buvant, certes un peu trop. Mais maintenant ils étaient tellement bien. Ils étaient revenus en enfance. Ils étaient insouciants comme s’il n’y avait rien de plus important que de s’amuser. Jackson aimait cette sensation. C’était sans doute pour cela qu’il buvait lorsqu’il était triste. Pour revenir à l’enfance et ressentir à nouveau cette sensation d’être indestructible. De croire que rien ne pourra jamais nous arriver. Comme si on pouvait faire ce qu’on voulait et que rien nous détruirait. Comme si nous étions des demi-dieux impossibles à tuer. Bref, le jeune homme se sentait tout simplement bien. Là, comme il était, il pensait seulement à l’instant présent sans se soucier de ce qu’il pouvait arriver demain.


      Abby Stuart - En gros la cerise t’a suivie toute ta vie quoi ? Petit voleur de cerise va !


    Le jeune homme partit dans un fou rire. Oui finalement, il était simplement un voleur de cerise. Il le faisait déjà quand il était petit. Et il n’avait pas perdu l’habitude. Quand il revenait dans cette maison, il reprenait au passage quelque cerise. Il n’avait pas changé. Il était toujours ce petit garçon, mangeant des tonnes de crise jusqu’à en être malade. La cerise, c’était son fruit. Si on voulait lui faire plaisir, on lui en donnait une barquette et il souriait toute la soirée en les mangeant sans arrêt jusqu’à qu’il n’y en ait plus.
    La jeune fille s’était doucement rapprochée d’elle. Jackson était plus grand qu’elle mais ce n’était pas ça qui allait arrêter la jeune femme. Elle se pencha et l’embrassa passionnément. Abby eut un frisson. Lui faisait-il autant d’effet ? Ou alors elle avait simplement froid à cause de la pluie qui perlait sur son visage. Elle embrassait bien. Jackson ne pouvait pas s’arrêter de sourire. Sa soirée était bien meilleure qu’elle n’avait commencé. Car maintenant la mort de Nina, bien qu’elle soit toujours dans son esprit ne semblait plus avoir autant d’importance.


      Abby Stuart - Moi j’aime bien les chocolats avec une cerise et de la liqueur dedans. Quand j’étais petite j’en mangeais jamais, mais depuis que j’ai mon appart’ je me rattrape !


    Le jeune homme était content. Si elle aimait la cerise. Alors ils allaient bien s’entendre. Jackson aimait la cerise sous toutes ses formes. Qu’elle soit dans du chocolat ne le dérangeait pas le moins du monde. Il n’en mangeait pas souvent avec du chocolat et de la liqueur. Non, il les préférait quand même nature. Mais il aimait bien en prendre sous cette forme de temps en temps. Bref, on s’en fichait après tout comment il aimait mangeait la cerise mais dans l’état dans lequel il était, il aimait bien la mangeait. Elle sortit des clés de sa poche. Surement celle de son appartement. Soudain le jeune homme vit une grappe de cerise faussa accroché. Cela lui prit un autre fou rire. La cerise le suivait partout décidemment. Jackson se demandait si elle voulait rentrer. Peut-être était-ce pour cela qu’elle avait sorti ses clés.



      Jackson Avery – Je voudrais bien te ramener chez moi mais on risquerait de finir dans un arbre ! Non, je ne suis pas comme Tarzan, je n’habite pas dans les chênes. Mais j’habite un peu loi, et faut prendre la voiture. Et dans notre état … POUF … dans l’arbre.


    Le jeune résident était en train de se mélanger les pinceaux. Il venait de parler de Tarzan. Maintenant il se demandait pourquoi il avait dit ça et le rapport avec la maison de Meredith. Bref, tant pis. Il aurait bien montré son petit chez lui à Abby mais bon de toute façon il ne pouvait pas rentrer à pieds. Jackson balançait sa tête de droite à gauche, comme un imbécile, comme un handicapé du cerveau. Le jeune homme devait vraiment paraître stupide maintenant.



      Jackson Avery – Et toi t’habites où ?

Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeLun 12 Mar - 21:38


Jackson avait éclaté de rire à chacune de ses paroles, était-elle si hilarante ? Pour la jeune interne, tout ce qu’elle disait avait un sens et était très clair. Mais lorsqu’on avait bu toute une volée de whisky tout nous paraissait normal. Son rire était d’un timbre clair, comme une évidence.

Jackson Avery – Je voudrais bien te ramener chez moi mais on risquerait de finir dans un arbre !

Il y avait pensé, Jackson avait pensé à l’emmener chez lui. Elle comprenait mieux sa réticence maintenant, il habitait certainement trop loin pour y aller à pied. Et sur ce point le jeune homme avait raison : s’ils prenaient la voiture dans leur état, ils finiraient droit dans un arbre. Cela lui faisait penser à un film d’ailleurs. N’étais-ce pas Harry Potter ? C’était presque la seule saga qu’elle avait pu lire en entier, et encore ! Car pendant que sa mère faisait les courses, elle allait au rayon de la librairie pour lire ce qu’elle voulait. Les vigiles, au bout d’un moment, avaient repéré son manège mais ils ne lui disaient rien. Ils avaient surement pris la petite fille en affection, c’était touchant et à la fois triste qu’elle doive recourir à ce genre de subterfuge pour lire un bouquin. Elle adorait ça, dans les rayons du supermarché elle avait découvert tant de mondes !

Revenons en à l’arbre… en fait cela lui faisait penser à l’épisode où le héros, Harry Potter et son ami, Ronald Wesley, fonçaient droit dans un saule cogneur au volant d’une voiture volante ! Mais bourrés comme ils l’étaient, même la voiture volante n’était pas une bonne idée, ou plutôt… surtout la voiture volante ! Ils risqueraient de croiser des oiseaux, ou pire encore : le TITANIC ! Enfin non, le Titanic c’était dans l’eau, et en plus il n’existait plus. Le capitaine de ce navire était surement dans le même état qu’eux quand il a échoué. Bref, ils risquaient d’atterrir dans l’arbre, où habitait-il, dans la jungle ?! Elle eut bientôt la réponse à sa pensée :


Jackson Avery – Non, je ne suis pas comme Tarzan, je n’habite pas dans les chênes. Mais j’habite un peu loin, et faut prendre la voiture. Et dans notre état … POUF … dans l’arbre.

Tarzan ?! Dans les chênes ?! Elle avait encore assez de sa tête pour savoir que Tarzan habitait dans la jungle. Jackson avait peut-être joué dans une pièce de théâtre du nom de Tarzan après tout ! Abby éclata de rire quand il mima un geste en disant « POUF ». Néanmoins il avait dit quelque chose de censé (enfin) : Avec la distance, il fallait prendre la voiture. Avec l’alcool, la voiture était fortement déconseillée. Lorsque la voiture était fortement déconseillée, le risque d’accident était plus grand. La raison revenait ? Abby n’en avait pas vraiment envie, car ces moment d’insouciance étaient tout simplement d’un pur bonheur. Et à présent il balançait la tête de droite à gauche, hilarant ! Elle fit de même, afin qu’il se sente moins seul. Et puis c’était marrant, personne n’oserait les approcher avec la tête qu’ils faisaient !

Abby Stuart – Oh zut ! Tu te balades pas de liane en liane alors ? Ce serait pratique pour chaparder des cerises n’empêche ! Si on prenait la voiture, on irait à l’hôpital, et si on prenait pas la voiture, on irait quand même à l’hôpital pour les récupérer demain. Y’a qu’à leur demander si elles veulent rester à l’hôpital ou embrasser un arbre !

Ah non là elle recommençait… Les voitures, ce n’est pas vivant ! Elle essayait de se faire la leçon, mais pas moyen de redevenir sérieuse ! Ils passeraient par tous les dessins animés possibles, et penseraient que tous les objets de leurs quotidiens étaient animés. En temps normal : de quoi ficher la frousse ! Et les voitures n’aimeraient certainement pas se retrouver plaquées contre un arbre, donc pas besoin de demander, ils rentreraient à pied.

Jackson Avery – Et toi t’habites où ?



Eh bien justement, Abby habitait en centre ville, tout près de l’hôpital. Quelques minutes à pied et ils y arriveraient… C’était plus pratique d’habiter près de l’hôpital où vous travaillez quand vous êtes interne. Parce que quand vous faites des horaires de dingues, vous n’avez pas envie de passer votre temps en voiture pour vous rendre au boulot ou pour rentrer. Et elle avait fait une bonne affaire en le louant, car le loyer était peu cher, et l’appartement était plutôt grand pour un centre-ville. Une petite vieille l’avait accueillie lors de son arrivée, elle lui avait expliqué qu’elle louait l’appartement car elle n’arrivait plus à y monter à cause de ses chevilles. Maintenant elle habitait l’étage du bas et les deux femmes s’entendaient très bien ! Toutefois il faudrait veiller à ne pas la réveiller en rentrant. Même si l’escalier était isolé de l’étage du bas par un mur, on n’était jamais trop prudent !


Abby Stuart – Oh j’habite dans la jungle avec Papa Noël et ses 7 lutins ! … Bah non t’imagines, 8 mecs à la maison ! On es pas sortis de l’auberge.


Elle ne pouvait résister à une dernière petite plaisanterie, c’était trop tentant en voyant comment le jeune homme avait réagi à chacune de ses âneries précédentes. Elle rit encore de bon cœur avant de rétorquer :


Abby Stuart – J’habite à même pas 5 minutes d’ici, tu viens ?


A peine avait-elle prononcé ces quelques mots que la pluie s’abattait sur eux. Elle lui prit la main et et commença à marcher vite. Courir n’était pas une bonne solution, les verres qu’ils avaient bu étaient bien présents dans leurs mouvements, si bien que s’ils auraient couru, ils se seraient étalés sur le sol la tête la première ! Tant pis, ils arriveraient trempés jusqu’aux os. L’appartement se trouvait à l’étage d’une grande maison à quelques mètres de là. Arrivés à bon port, ils montèrent les escaliers, non sans mal et Abby ouvrit la porte à l’aide des clés qu’elle avait toujours dans la main qui ne tenait pas celle de Jackson.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitimeSam 17 Mar - 19:20

    Rentrer chez lui. C’était vraiment impossible. Même s’il aimait particulièrement être à l’hôpital, arriver en ambulance ne lui faisait pas vraiment envie. Il pensait bien qu’Abby non plus, n’avait pas l’intention de se casser en plusieurs morceaux. Il l’aurait bien emmené chez elle mais c’était plutôt ça le problème. Et puis, il habitait aussi avec Derreck, Meredith et April, ce qui faisait un tas de monde. Se ramener bourré là-bas n’était sans doute pas du meilleur goût. Le jeune homme se demandait même s’ils l’avait déjà vu dans un état tel que celui dans lequel il était en ce moment. C’était assez improbable puisque d’habitude le jeune homme ne buvait pas tellement. Quand il en arrivait à ce stade, c’était vraiment pour oublier un peu la triste vie qu’il menait. Et puis c’était coutume que Jackson voulait garder le sourire. La vie était bien trop courte pour se morfondre. Elle pouvait s’arrêter là ou continuer pendant encore de nombreuses années. Mais tout le monde mourrait un jour alors il valait mieux avoir bien vécu. Jackson se comportait comme un gamin et il aimait ça. C’était vraiment reposant de vivre au jour le jour comme si rien n’avait vraiment d’importance. C’était comme une bouffée d’air frais de se dire que la seule chose importante est quelque chose de finalement sans intérêt. En fait, c’était reposant d’être dans un tel état. Le jeune homme se sentait tout simplement bien. Tout semblait si facile. Cela faisait tellement longtemps que la vie ne lui avait pas paru aussi simple. Voilà que le jeune homme parlait de tarzan. Oula, il n’allait vraiment pas bien. Il souriait. Il souriait sans interruption. La vie était trop belle pour faire la tête, à ce moment précis de son existence. Il aurait du y aller tout doux avec la boisson finalement. Cela ne le rendait pas plus intelligent.

      Abby Stuart - Oh zut ! Tu ne te balades pas de liane en liane alors ? Ce serait pratique pour chaparder des cerises n’empêche ! Si on prenait la voiture, on irait à l’hôpital, et si on ne prenait pas la voiture, on irait quand même à l’hôpital pour les récupérer demain. Y’a qu’à leur demander si elles veulent rester à l’hôpital ou embrasser un arbre !


    Les cerises, on en revenait souvent à elles. Mais après tout, elles avaient un si bon goût. Ce n’était pas pour rien que le jeune homme les considérait comme le meilleur fruit au monde. Elle était délicieuse dans n’importe quoi. Jackson se souvenait quand il allait voir son arrière grand-mère étant petit. Celle-ci lui faisait un délicieux clafoutis aux cerises. Jackson avait souvent du mal à patienter tellement c’était appétissant. Et il y avait ce temps d’attente, qui semblait interminable, pendant lequel le clafoutis reposait et refroidissait sur le rebord de la fenêtre de la cuisine.
    Ils pouvaient très bien prendre la voiture si celle-ci était capable de se conduire toute seule. Parce que ni Abby, ni Jackson n’était réellement en état. Le jeune résident ne suivait plus vraiment la jeune fille. Elle semblait parler de façon tellement incompréhensible. Mais bon, cela avait finalement quelque chose de charmant. Le jeune homme souriait toujours, pour ne pas changer. Il avait l’air d’un simplet comme ça en montrant ses dents magnifiquement blanches.
    Il finit par demander à l’interne où elle habitait. En temps normal et sobre, il n’aurait surement pas posé cette question. Il aurait réfléchi quelques secondes et se serait dit que la jeune fille le prendrait peut-être mal ou que ce serait un appel à l’inviter. Bref, il n’aurait surement pas posé cette question. Mais dans l’état où il était, il ne réfléchissait même pas aux conséquences de ses paroles ou de ses actes. Le jeune homme se contentait de regarder le ciel tout en attendant une réponse de la charmante demoiselle.

      Abby Stuart - Oh j’habite dans la jungle avec Papa Noël et ses 7 lutins ! … Bah non t’imagines, 8 mecs à la maison ! On est pas sortis de l’auberge.


    Jackson se tourna vers la jeune fille tellement stupéfait par cette réponse. Alors comme ça, elle habitait dans la jungle. Mais comment faisait-elle ? Il y avait une jungle près de Seattle. Le jeune homme ne l’avait jamais vu, elle devait vraiment bien être cachée. Et en plus de ça elle habitait avec le Père Noël. Ouah ! Le résident était impressionné. On lui avait dit depuis longtemps qu’il n’existait pas. D’ailleurs, il se souvenait de la scène. Il était avec son amie d’enfance. Elle pleurait énormément et lui avait dit qu’elle avait une confidence à lui avouer. Et c’était là qu’elle avait tué la magie du Père de Noël. Les deux enfants avaient finis en pleurs. Quel triste souvenir. Mais visiblement il existait bien puisque Abby vivait avec lui. Jackson avait vraiment envie d’aller chez Abby pour le voir. Et en plus elle vivait avec les sept nains. Elle les avait piqués à Blanche-neige.
    Jackson n’arrivait pas à y croire. Soudain, il se secoua la tête pendant quelques secondes et remarqua à quel point il était stupide d’avoir pu croire cela. La jeune fille avait surement voulut faire de l’humour et Jackson s’était inventé dans sa tête la scène. Quand il était bourré, il était vraiment un cas désespéré.

      Abby Stuart - J’habite à même pas 5 minutes d’ici, tu viens ?


    Cool. La jeune fille n’habitait pas loin. C’était une bonne chose. Au moins, il n’aurait pas à dormir dans la rue. Jackson s’imaginait bien que cela était pratique. Vivre à cinq minutes de l’hôpital donnait de nombreux avantages. Elle était là avant les autres si on la bipait. Et si elle était dans un sale état, elle pouvait quand même rentrer chez elle. En plus, Abby l’invitait à venir chez elle. Ouah. C’était vraiment cool. Le jeune homme était curieux de voir à quoi ressemblait son habitat. La pluie s’abattit sur eux. Jackson leva les yeux et commença à regarder le ciel comme un imbécile. L’idée ne lui venait même pas d’allé se mettre à l’abri. Heureusement pour lui, il n’était pas le seul cerveau. Abby était visiblement moins stupide que lui. Elle le prit par la main pour l’accompagner chez elle. Le jeune homme se laissa faire. Il aurait été complètement stupide montrer une quelconque résistance après tout. Soudain, ils furent arrivés. Le trajet avait été bien court. Abby commença donc à ouvrir la porte à l’aide des clés qu’elle tenait dans la main qui ne tenait pas celle de Jackson. La porte s’ouvrit et les deux jeunes entrèrent. Jackson plaqua Abby contre le mur avant de l’embrasser. Il sentait monter un désir incontrôlable en lui. Il se retira quelques secondes.

      Jackson Avery – Finalement, cette journée n’aurait pas été aussi accablante que je ne l’aurais cru.


    Lui dit-il avec toujours ce sourire sur ses lèvres. Le jeune homme continua de l’embrasser. Ses lèvres avaient un bon goût. Il y avait vraiment quelque chose en la jeune fille qui attirait le résident. C’était quelque chose d’immatériel, que Jackson, lui-même, n’arrivait même pas à définir. Il vivait simplement le moment présent. Le plus important en ce moment-même était la relation qui était en train de se créer entre les deux personnes. L’un comme l’autre ignorait pour le moment ce qui se passerait par la suite. Mais vivre comme ça sans se soucier de demain était finalement ce qui les rendait vivant.

      Jackson Avery – Je ne sais pas pour toi, mais un désir de t’avoir est ancré en moi !


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]   La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La suite d'une nuit mouvementé [Pv Abby Stuart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
Back in the wild
 :: 
Thanks for the memories
-