AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Vélo d’appartement FYTTER – ...
Voir le deal
150 €

Partagez | 
 

 Alaska & Jackson: Discussion au sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Derek C. Shepherd

Derek C. Shepherd

◭ bipés : 371
◭ avatar : Patrick Dempsey


Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeDim 19 Fév - 16:14

Alaska & Jackson: Discussion au sommet Tumblr_lzmhlkEnd71qb7ukw


Les réunions de famille interminables... Alaska se rappelait maintenant pourquoi elle avait décidé de couper les ponts avec sa famille des années auparavant, quand elle avait pris la décision d'épouser Colton. Il fallait dire que sa famille n'avait jamais été très fan du personnage, et on lui avait bien fait comprendre qu'elle faisait une erreur.
Mais Alaska n'avait écouté personne, elle s'était contentée de se marier, de déménager et de vivre heureuse avec son époux pendant sept ans. Depuis que Colton était reparti à Boston, la jeune infirmière avait pris la décision, petit à petit, de renouer contact avec les siens. Seulement voila, elle se rendait compte que la chose était loin d'être aussi facile qu'elle l'aurait imaginé. Dans son esprit, ses parents auraient été ravis de la revoir, parce qu'ils avaient coupé les ponts pendant très longtemps. Mais à chaque fois qu'ils se voyaient, ils ne cessaient de lui demander si elle avait de nouveau quelqu'un dans sa vie, si Colton revenait vers elle. Et encore pire, à chaque fois qu'elle prenait une décision plus ou moins importante dans sa vie, ses parents critiquaient systématiquement ce qu'elle faisait.
Hier, c'était l'anniversaire de sa mère et pour l'occasion, son père avait invité toute la famille dans un petit restaurant.
Le début de soirée était particulièrement agréable, et sa mère semblait ravie de la petite surprise. Seulement voila, son père s'était senti obligé d'aborder le sujet de sa carrière d'infirmière qui ne lui plaisait pas du tout. Alaska leur en voulait, parce qu'au fond, ils avaient été très présents tout les deux au cours de ses études et maintenant, ils lui en voulaient de n'être qu'une simple infirmière.

Lorsqu'elle rentra chez elle, Alaska se sentait groggy, comme si elle avait bu toute la soirée alors qu'elle n'avait bu qu'un verre de vin. La jeune femme s'allongea sur le divan, sans se déshabiller, et sombra dans un sommeil tellement profond qu'elle eut du mal à se réveiller le lendemain matin.
Alaska fila prendre une douche après que son réveil eut sonné, et s'apprêta à partir au travail. La fatigue se faisait clairement ressentir mais elle n'avait pas le choix, elle devait travailler aujourd'hui. Elle avait trois interventions aujourd'hui, dont une avec le docteur Sloan et une avec le docteur Montgomery.
La jeune femme prit son sac, ses clés et sortit de son appartement pour se rendre à l'hôpital, où l'attendait dès son arrivée le docteur Sloan. Elle eut à peine le temps de mettre sa blouse qu'il était déjà sur son dos pour leur intervention.

Enfermée pendant deux heures dans le bloc opératoire, la moindre de ses muscles était engourdi par la fatigue et la douleur. Après l'intervention, le docteur Sloan lui fit gentiment savoir que la prochaine fois, elle ferait mieux d'être un peu plus en forme si elle voulait entrer dans son bloc. Alaska se contenta de lever les yeux au ciel et de se rendre vers la cafétéria pour elle prit un café énorme et noir, suffisant pour réveiller un troupeau d'éléphants... Bien que, est-ce que les éléphants boivent du café? C'est pas sûr!
Avec un vague sourire, la jeune femme se rendit dans le foyer des infirmières pour s'allonger un peu, mais il y avait bien trop de va et vient dans ce local. Elle décida de sortir, de se rendre dans un endroit où il y avait peu de chances qu'elle soit dérangée. En se dirigeant vers la porte qui menait au toit, elle croisa le docteur Avery. Elle lui fit un signe de la main et monta sur le toit sans vraiment s'arrêter pour le saluer. Elle n'avait jamais osé avouer à Avery qu'elle le trouvait à son goût, sans doute à cause de sa timidité maladive. C'était dommage, mais elle ne voulait pas briser ce qu'il avait avec la jeune soeur du docteur Shepherd. Elle ne savait pas exactement ce qu'ils partageaient, mais ils semblaient très proches.

Installée sur le toit, la jeune femme buvait son café en réfléchissant à diverses choses qui lui étaient arrivées depuis ses débuts ici. Ses parents avaient tort: on avait besoin d'elle ici, c'était évident...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeDim 19 Fév - 16:59




Discussion au sommet



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Careymulligan001 Alaska & Jackson: Discussion au sommet 212067jessewilliams1





    Dur et longue journée. Jackson était fatigué. Il n’en pouvait plus. Ce qui lui faisait grandement envie, maintenant, était un énorme lit où il pourrait enfin dormi, se reposer quelques heures. Les urgences avaient été débordées, comme si les gens avaient choisi d’avoir des accidents ce jour-là. La journée avait commencé tôt. En effet, Bailey avait bipé Jackson pour qu’il soit au moins deux heures plus tôt que d’habitude. Sa patiente était mal en point et devant se faire opérer d’urgence. L’opération avait était intéressante. Jackson n’avait pas regretté de s’être levé pour voir ça. Il avait passé cinq heures au bloc et le chirurgien l’avait même autorisé à faire une partie de l’intervention en solo. Bref, la journée avait tout pour être parfaite. Jackson était sorti de là de très bonne humeur. Ensuite, il avait fait une tâche un peu plus ingrate qui était de remplir les dossiers. Mais il les avait refilés à un interne au bout d’une heure. Après tout, ils étaient là pour ça aussi. Il fallait bien qu’ils bossent un peu aussi. Ensuite, le jeune homme était donc allé à la mine. On l’avait bipé d’urgence. Visiblement, il y avait eu quelque chose de grave pour qu’autant de monde soit bipé là-bas. Quand il fut arrivé, il vit beaucoup de monde aux urgences. Le jeune homme s’était donc alors dirigé vers une infirmière afin de savoir ce qu’il s’était passé. Apparemment il y avait eu un accident. Un homme avait perdu le contrôle de son camion et celui-ci était rentré dans une voiture. L’impact avait était fort. L’homme dans le camion avait quelques fractures mais rien de très important à vue d’œil. On appela Avery sur le cas d’une gamine de seize ans, qui était dans la voiture. Elle était bien amochée. Le jeune homme commença à l’examiner. Elle avait visiblement plusieurs fractures. L’une de ses côtes était cassée. Elle se plaignait d’abominable douleur dans le ventre. Le jeune homme pensait à une hémorragie interne. Il fallait l’emmener d’urgence au bloc. Un chirurgien accompagna Jackson pour aller au bloc mais Bailey, la chef des résidents, l’en empêcha. On n’avait pas besoin d’Avery au bloc mais les urgences étant débordé, on avait besoin de lui ici. Il eut plusieurs patients aux urgences mais n’alla pas une seule fois au bloc. Après cela, il était vraiment épuisé.

    La journée touchait donc à sa fin. Il avait besoin de se poser. Il allait tomber s’il ne se reposer pas. Jackson passa par son casier pour prendre un sandwich qu’il avait posé là-bas ce matin. Il croqua dedans, espérant que cela lui donnerait un peu de force. De toute façon, il ne pouvait pas rentré chez lui. S’il essayait, il serait capable de s’endormir sur l’un des bans en sortant Ou alors, il pourrait atteindra sa voiture et créée un accident. Il se retrouverait alors peut-être au bloc mais cette fois-ci pas en tant que chirurgien.

    Le jeune homme commença à monter les escaliers, se dirigeant vers le toit. Il ne savait pas pourquoi il prenait cette direction mais il marchait quand même. Il croisa d’ailleurs Alaska. C’était l’une des infirmières de bloc. Elle était très sympathique. Jackson avait eu aussi l’occasion de travailler avec elle plusieurs fois et elle était très professionnelle. Elle était vraiment douée en tant qu’infirmière. La jeune femme lui fit un signe de la main, surement pour lui dire bonjour. Puis elle continua son chemin vers les toits. Le résident se décida à la suivre. Il ne savait pas pourquoi ses pieds l’avaient entrainé par ici. Le jeune homme ouvrit la porte et pénétra sur le toit. La jeune infirmière était installée, elle buvait un café, semblant soucieuse. Jackson se dirigea vers elle tranquillement et s’assit à ses côtés. Elle avait l’air fatigué aussi mais devait avoir une tête moins horrible que celle d’Avery. Le jeune homme imaginait bien sa tête de zombie.

      Jackson Avery – Tout va bien ?


    Demanda t-il. Il essuya ses yeux avec ses mains. Il devait avoir les yeux assez rouges puisqu’il avait passé presque toute l’après-midi à se les toucher. Il n’était même pas motivé pour boire un verre chez Joe, alors que d’habitude il était toujours prêt. Il avait l’impression de ne pas avoir dormi depuis plus d’une semaine.
    La jeune femme avait l’air soucieuse. Peut-être triste. Jackson n’arrivait pas vraiment à interpréter ce sentiment.


Revenir en haut Aller en bas

Derek C. Shepherd

Derek C. Shepherd

◭ bipés : 371
◭ avatar : Patrick Dempsey


Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeLun 20 Fév - 10:21

Alaska & Jackson: Discussion au sommet Tumblr_lzmhlkEnd71qb7ukw


Alaska ne s'attendait pas à entendre la porte du toit s'ouvrir. Il n'y avait jamais personne qui venait ici, et pourtant aujourd'hui, il semblerait que quelqu'un ait eu la même idée qu'elle. Lorsqu'elle tourna la tête, elle aperçut le visage de Jackson Avery, résident en chirurgie plastique, le résident de son grand ami Mark Sloan... Ami ou pas d'ailleurs, elle ne savait jamais comment elle devait réagir face à lui. Ni même face à Avery. Quand elle était arrivée ici l'année dernière, la jeune femme pensait sincèrement que le seul qui serait parfaitement à sa place dans le service de Sloan, c'était Alex Karev. Son comportement de macho lui avait mis la puce à l'oreille. Mais aujourd'hui, quand elle y réfléchissait un peu plus, elle se rendait compte que Jackson et Mark avaient beaucoup de points communs, et ce n'était pas nécessairement une bonne chose...

La jeune femme lui lança un sourire, plus par politesse qu'autre chose. Oh évidemment, en tant qu'infirmière, elle était le genre de personnes que beaucoup de médecins appréciaient. Les infirmières étaient appréciées parce qu'elles faisaient généralement le sale travail des chirurgiens. Combien de fois n'avait-elle pas dû aller annoncer le décès d'un patient qui s'était attaché à elle, simplement parce que l'interne ou le résident affecté à ce cas n'avait pas eu la force ou le courage de le faire lui-même. C'était une situation que la jeune femme détestait, et cela ne faisait que de lui renvoyer au visage à quel point elle aurait pu être un bon médecin si seulement elle avait voulu faire les études nécessaires. Mais non, elle n'avait pas voulu, elle se sentait assez épanouie dans son métier d'infirmière... Et si tout cela n'était qu'un joli rêve, qu'une jolie illusion? Et si en réalité sa famille avait raison? Et si elle ne servait à rien?
Jamais elle ne s'était réellement remise en question depuis qu'elle avait pris la décision de quitter son mari et de demander le divorce, mais finalement il avait peut-être eu raison...

Disons que ça pourrait aller mieux...

La jeune femme était fatiguée, et c'était certainement son amie fatigue qui parlait pour elle aujourd'hui. Il n'y avait qu'une seule chose qui pouvait lui remonter le moral, une chose qu'elle ne faisait habituellement pas lorsqu'elle se trouvait à l'hôpital, mais après tout sa patronne le faisait alors pourquoi pas elle?
De la poche de sa blouse, elle sortit un paquet de cigarettes. Elle ne voulait jamais fumer pendant qu'elle était au travail, parce que l'odeur de la cigarette pouvait incommoder les patients. Ce soir elle s'en fichait. Elle en avait réellement besoin...
De ses longs doigts fins, elle sortit une cigarette de son paquet et joua avec pendant quelques instants. Elle avait les yeux rivés sur l'objet du délit, mais elle savait pertinemment qu'elle ne la fumerait pas, parce qu'elle avait bien trop de respect et d'amour pour son métier. Seulement voila, l'espace de quelques instants, elle avait juste envie d'être quelqu'un de normal, une fille comme les autres...

Elle leva les yeux vers Jackson et remis le paquet de cigarettes dans la poche de sa blouse. Elle eut un léger sourire, prit une gorgée de café et pinça les lèvres.

Pas de commentaires sur le paquet de cigarettes, ça serait gentil.

Alaska rigolait. Oh, ce n'était pas un rire franc et réellement amusé, mais plutôt un rire nerveux, le rire de quelqu'un qui avait failli faire une énorme connerie sur le lieu de son travail, même si la connerie n'était pas aussi catastrophique que ça. Mais elle n'était pas elle-même, elle le sentait. Son père l'avait énormément énervée, plus qu'elle ne l'aurait cru. Habituellement, elle ne prenait pas compte des commentaires de ses parents sur son métier, mais elle était touchée cette fois. Touchée parce qu'elle n'en pouvait plus du manque de considération de ces gens hypocrites, qui avait fait semblant de la soutenir pendant ses années d'étude.

Je me suis prise la tête avec mon père hier. Il trouve que les infirmières ne servent à rien. Et je te frappe si tu dis que c'est vrai!

Pour la première fois, elle regarda réellement le visage de Jackson en lui lançant cette pique. Elle savait parfaitement qu'il ne confirmerait jamais.

Et toi, c'est quoi ton excuse pour avoir cette tête horrible?

Jackson et Alaska, typiquement...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeLun 20 Fév - 12:32


    Alaska n’avait pas l’air bien. D’habitude, elle était plutôt de bonne humeur. Dans tout les cas, le jeune homme ne l’avait jamais vu perdre la face. Elle était souvent dans son service. Elle était douée. Elle aurait surement pu faire médecine si l’envie l’avait pris mais dans tout les cas, Jackson aimait beaucoup travailler avec elle. Elle était très professionnelle. La jeune femme lui sourit surement plus par politesse. Son travail était toujours bien fait ce qui était fort agréable. Cela rendait la vie surement plus facile aux chirurgiens. Beaucoup d’infirmière pensaient des médecins qui leur refilaient le travail ingrat. Peut-être était-ce vrai. Le jeune homme n’avait jamais vraiment réfléchi à la question. Les médecins avaient beaucoup de boulot aussi, donc cela pouvait se comprendre qu’il donne un peu de travail aux infirmières. Mais après, certains en profité pour leur refiler ce qu’ils ne voulaient pas faire.

    Alaska lui répondit que ça pourrait aller mieux. Le jeune homme la comprenait bien. La vie à l’hôpital n’était pas facile tous les jours. Les internes, les résidents étaient bien placés pour le savoir. Ils se faisaient souvent martyrisés par les titulaires. Pour lui, ça allait mieux. C’était plus les internes qu’il fallait plaindre. Bien sur, son titulaire était Sloan. Donc la vie n’était pas toujours facile. La jeune femme avait l’air tout aussi fatigué.

    Elle sortit un paquet de cigarettes de la poche de sa blouse. Jackson haussa un sourcil. Il ne savait pas que l’infirmière fumait. Elle n’avait pas l’air d’être ce genre de femme. Le résident lui ne fumait pas. Il n’avait jamais fumé d’ailleurs. Il n’était pas attiré par cela. Il était médecin et il avait souvent vu les ravages que pouvait faire cette petite chose innocente rendant accro bon nombre de personne. Donc non, le jeune homme n’en avait pas envie. Il ne fumerait sans doute jamais. Et cela lui allait très bien.

    Elle sortit une cigarette du paquet et jouait avec comme une adolescente prit d’une envie soudaine. Elle regardait inlassablement la cigarette. C’était étrange. Si elle voulait vraiment fumé, la cigarette serait déjà allumée depuis longtemps. Cela n’avait pas vraiment de sens. Finalement elle leva les yeux vers lui, rangea son paquet de cigarettes puis but un peu de son café. Elle eut un léger sourire. Jackson était toujours dans l’incompréhension.

      Alaska D. Holloway – Pas de commentaires sur le paquet de cigarettes, ça serait gentil.


    Jackson eut un petit rire. Il ne put pas s’empêcher. La situation était assez marrante après tout. Il avait de nombreux commentaires après tout. Il pouvait lui montrer des photos de poumons d’un fumeur, l’état de patients fumeurs et là, cela lui coupera toute envie de fumer jusqu’à la fin de sa vie. La jeune femme rigolait de plus belle. Son rire n’était pas réellement joyeux, c’était sans doute plus un tic nerveux. Sa journée devait avoir été difficile pour qu’elle en soit dans cet état aujourd’hui. C’était triste de voir quelqu’un mal après une journée de boulot. Jackson avait beau être dans le même état. Il oubliait un peu ses propres problèmes pour se concentrer sur ceux de l’infirmière. Tout le monde avait une vie difficile mais quand on allait mal, c’était toujours rassurant d’avoir quelqu’un à nos côté même s’il ne parlait pas.

      Alaska D. Holloway – Je me suis prise la tête avec mon père hier. Il trouve que les infirmières ne servent à rien. Et je te frappe si tu dis que c’est vrai !


    Pour sa propre survie, Jackson n’allait sans doute pas critiquer le travail des infirmières. De toute façon, il ne trouvait pas qu’elle ne servait à rien. Elles étaient très utiles. Sinon ce métier n’existerait surement pas. Elles étaient là au bloc. Elles préparaient le patient, étaient surement plus à leur écoute que le médecin en lui-même. On pouvait les critiquer si l’envie nous prenait mais certainement pas dire qu’elles étaient inutiles. Jackson fit un sourire à la jeune femme en signe de compassion. Il ne fallait pas qu’elle se laisse atteindre par les commentaires que l’on faisait de son métier. Cela ne servait à rien, quoi que à l’abattre encore plus.

      Jackson Avery – Il ne sait pas de quoi il parle …


    Annonça le résident dans un murmure. Il cherchait à lui remonter le morale. A part si l’on voyait le travail des infirmières tout les jours et qu’on faisait nous même leur métier, personne n’avait rien à dire sur le sujet.

      Alaska D. Holloway – Et toi, c’est quoi ton excuse pou avoir cette tête horrible ?


    Le jeune homme avait presque oublié qu’il devait avoir une tête de zombie. Il n’avait pas pu aller au bloc. Les urgences avaient été débordé et il n’avait pas eu une seconde pour se reposer. Jackson ne parlait pas souvent de lui. Surement parce qu’il avait appris à taire son passé, autant que ses problèmes personnelles. Mais bon, la jeune femme allait mal et voir qu’il n’y avait pas qu’elle à ne pas être tout les jours en pleine forme pouvait la rendre un peu moins triste.

      Jackson Avery – Et bien, le boulot, ce fameux travail de résident en chirurgie où l’on travaille jusqu’à peu plus. Et puis, avec ça toutes les petites choses de la vie, comme problèmes personnelles, problèmes de famille …


    Travailler pour Sloan n’était évidemment pas facile tout les jours. Chaque jour était un défi. Il fallait s’attendre à son humeur changeante … Mais bon ce n’était pas le plus difficile. On s’y habituait vite. Ses problèmes familiaux venaient surement de son Grand-père, qui ne faisait que de l’embêter avec ce poste qu’il bloquait pour lui à l’hôpital du Massachussetts. Non, Jackson en voulait pas y aller et profiter de son prestige. Le nom serait d’autant plus difficile à porter.

    Et puis, il y avait Lucy aussi. Elle était réapparue comme ça sans prévenir. C’était sans doute ce qui perturbé le plus le résident. Il ne savait pas vraiment comment se comporter avec elle. Fallait-il être sympathique ou non. Pour l’instant, il s’était décidé à ne pas top la croiser pour éviter de se prendre la tête.

      Jackson Avery – On est seulement des gamins … Des enfants vivant dans un monde d’adulte … Tout nous parait donc si compliqué.




Revenir en haut Aller en bas

Derek C. Shepherd

Derek C. Shepherd

◭ bipés : 371
◭ avatar : Patrick Dempsey


Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeMar 21 Fév - 8:30

Alaska & Jackson: Discussion au sommet Tumblr_lzmhlkEnd71qb7ukw


Alaska rigolait : après tout, la situation était amusante. Ils étaient là, tout les deux, complètement éreintés par ce boulot qui vous tuait à petit feu. Et pourtant, au lieu de tenter de s’en sortir, au lieu de faire quelque chose de plus de leur vie, ils restaient au Seattle Grace Hospital. Simplement parce qu’ils ne pouvaient rien faire d’autre de leur vie. Simplement parce qu’ils ne voulaient rien faire d’autre de leur vie.
Si Alaska devait tout recommencer à zéro, elle recommencerait exactement de la même manière. Elle adorait son travail, elle adorait son contact avec les patients et elle aimait le fait d’être celle qui les accompagne dans des situations qui étaient souvent bien difficiles.
Elle se sentait utile, même si souvent les titulaires lui faisaient ressentir qu’ils étaient ceux qui sauvaient la vie de leurs patients, et qu’elle n’était que la pauvre petite infirmière qui ne faisait que leur tenir la main.
Mais finalement, n’était-elle pas celle que les patients réclamaient à leur réveil ? Souvent, c’était le cas.

La jeune femme eut un léger sourire quand elle entendit le rire de Jackson. Il devait la prendre pour une folle avec son paquet de cigarettes avec lequel elle jouait comme une gamine. On aurait dit une véritable gamine de quinze ans qui sait qu’elle ne peut pas fumer mai qui meurt d’envie de tester ses parents. Et c’était exactement ça en fin de compte. Oh bien sûr que non qu’elle ne voulait pas tester ses parents, mais elle voulait se tester elle-même. Elle voulait se prouver que sa vie pouvait être intéressante, qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait sans que cela ne gène personne… Mais la cigarette… Jusqu’à aujourd’hui, elle avait vu tellement de choses horribles en rapport avec la cigarette et l’alcool, elle avait vu tellement d’horreurs dans son travail d’infirmières… Elle ne pouvait honnêtement pas allumer une cigarette dans sa bouche. C’était impossible…

Lorsque Jackson murmura, presque dans un soupire, que son père ne savait pas de quoi il parlait, la jeune femme ne put que sourire. Evidemment qu’il ne savait pas, parce que sinon il ne dirait jamais ça. Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’était le travail des infirmières. Il ne voyait que le travail peu glorieux quand lui-même se rendait à l’hôpital, mais c’était tellement plus que ça. S’occuper des patients, se rendre au bloc avec eux, les préparer, attendre leur réveil, leur tenir la main pendant des heures, et puis parfois les accompagner dans leurs derniers moments. Psychologiquement, c’était un travail extrêmement difficile, parce qu’elle voyait souvent partir des patients avec lesquels elle avait développé un lien. Elle savait bien entendu qu’elle ne pouvait pas se montrer proche avec un patient, mais parfois c’était plus fort qu’elle. Sans doute Alaska était-elle beaucoup trop sensible…

Bien sûr qu’il ne sait pas de quoi il parle. C’est juste que parfois, j’en ai marre d’entendre ce genre de trucs.

La jeune femme posa son coude sur ses genoux, et appuya sa tête dans la paume de sa main, regardant dans la direction de Jackson. Encore une fois, la fatigue parlait pour elle.

Je suis fatiguée…

Alaska regardait dans la direction du jeune homme, dont le visage et la voix lui indiquaient clairement qu’il devait être dans le même état qu’elle. Ses propos confirmèrent rapidement ce qu’elle pensait. Jackson était épuisé, son travail de résident, et en particulier pour Mark Sloan, devait lui prendre tout son temps. C’était une des raisons pour lesquelles la jeune femme n’avait pas désiré devenir médecin. Elle voulait garder une vie sociale. Sauf que plus elle y pensait, plus elle se rendait compte qu’elle n’en avait de toute façon pas.
Alaska écoutait attentivement Jackson, et elle le comprenait.

Etre le résident de Mark Sloan ne doit en plus pas être des plus simples… Mais je te comprends. On a nos problèmes en-dehors aussi après tout, j’en sais quelque chose.

Avec son divorce, la jeune femme s’était rendue compte de la difficulté du travail qu’ils faisaient tous…
Il avait raison sur une chose : tant qu’ils étaient encore résidents, ils seraient toujours des gamins.

Tu seras vite grand toi aussi. Il faut te montrer encore un peu patient.

Mais la patience n’était pas le fort des chirurgiens…



Dernière édition par Alaska D. Holloway le Mar 21 Fév - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeMar 21 Fév - 10:55



      Alaska D. Holloway – Bien sur qu’il ne sait pas de quoi il parle. C’est juste que parfois, j’en ai marre d’entendre ce genre de trucs.


    Visiblement la jeune femme était assez susceptible quand on s’attaquer à son métier. C’était assez compréhensible. Jackson n’aimait pas non plus, qu’on s’en prenne à son métier. Il aimait son métier. Il vivait pour lui, après tout. Car à part exercer la médecine, il ne faisait pas grand-chose. Mais il affectionnait particulièrement son métier. C’était sa raison de vivre après tout. Il aimait voir des vies entre les mains. Il aimait soigner des patients, monter des diagnostiques. Avoir quelqu’un sur le point de mourir qui nous était confié était comme une époustouflante montée d’adrénaline. C’était meilleur que tout. C’était incroyable toutes les sensations que cela procurait. La jeune femme posa son coude sur ses genoux et mit sa tête dans la paume de sa main. Elle regardait vers Jackson. Elle était fatiguée. Elle l’avouait. Jackson aussi après tout. Mais ce qui était marrant, c’était que malgré leur fatigue intense, aucun des deux ne rentraient chez eux. Ils préféraient rester chez à l’hôpital, dans leur antre. C’était chez eux. C’était leur maison. Ils se sentaient bien ici. Jackson aimait être ici. Même quand il rentrait chez lui, il y avait un morceau de l’hôpital puisqu’il habitait avec d’autres résidents.

    Jackson racontait à Alaska pourquoi il était aussi fatigué. Il était vrai que l’internat était compliqué et fatiguant. Mais cela ne nous décourageait pas tellement les apprentis chirurgiens aimaient ça. En fait, ce qui les fatiguait le plus était surement tout les petits problèmes autour. Comme les vies sentimentales si compliqué. L’hôpital était comme le lycée. Il y avait des petites histoires amoureuses tirées par les cheveux. Et puis les rumeurs allaient bon train. Quand on disait que les internes étaient comme des lycéens, cela était finalement vrai.

      Alaska D. Holloway – Etre le résident de Mark Sloan ne doit en plus pas être des plus simples … Mais je te comprends. On a nos problèmes en dehors aussi après tout, j’en sais quelque chose.


    Et oui, la vie n’était pas si facile arrivé dans le monde adulte. Ils avaient le droit de voter, de conduire, de boire de l’alcool légalement. Mais finalement était encore des gamins. Grandir prenait du temps. Mais bon, Jackson n’était pas le plus patient des chirurgiens. Non, il préférait avoir les choses au plus vite qu’attendre des années avant de l’avoir. On devenait peut-être des adultes quand on passait le cap de l’internat, quand on devenait des titulaires. Alaska lui annonça qu’il deviendrait grand un jour lui aussi. Oui il était d’accord avec ça. La patience. Un mot très marrant. Allez dire à un enfant d’être patient devant un paquet de bonbons.
    Jackson voulait de la chirurgie, un bon gros trauma dont il faudrait des heures d’opération. Il voulait ça, mais pas tout de suite, sinon il sera capable de tuer le patient tellement il était fatigué.

      Jackson Avery – Pourquoi ta famille pense qu’être infirmière est un métier indigne de toi ? Que font-ils dans la vie eux ?


    Demanda le jeune homme intéressé. Etre infirmière était un beau métier quand même. Elles étaient là pour les patients, elles étaient souvent à l’écoute. Tout le monde n’avait pas la même vision. Il était sur que si Jackson était devenu infirmier, toute sa famille l’aurait renié. Non Jackson n’aurait pas pu être infirmier. Avec Harper Avery, comme grand-père, c’était tout bonnement impossible. Il ne l’aurait pas laissé faire après tout. La famille n’était pas toujours facile. Mais bon, elle restait toujours la famille, et on était un peu obligé d’être avec eux.
    Jackson se souvenait qu’il détestait les repas de famille quand il était petit. Toujours à parler de médecine, de chirurgie. Ne jamais s’amuser. Tout le temps être sérieux. Tout cela n’avait rien d’intéressant pour un enfant.

      Jackson Avery – Tu finis ta garde bientôt ?


    Questionna le jeune homme. Si tel était le cas, il pourrait aller boire un verre au lieu de rester à l’hôpital. Puis cela pourrait les réveiller quelque peu. Le jeune homme s’allongea sur le sol. Il regardait le ciel tout en pensant. Il attendait également une réponse de la jeune infirmière.


Revenir en haut Aller en bas

Derek C. Shepherd

Derek C. Shepherd

◭ bipés : 371
◭ avatar : Patrick Dempsey


Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeMar 21 Fév - 20:15

Alaska & Jackson: Discussion au sommet Tumblr_lzmhlkEnd71qb7ukw


Au moins, Jackson pouvait parfaitement comprendre ce qu'elle ressentait. Lorsqu'il lui demanda ce que ses parents faisaient dans la vie que pour pouvoir la juger sur ce qu'elle faisait, la jeune femme y pensa quelque peu. Quand on y réfléchissait bien, ses parents avaient une vie correcte, mais ils n'étaient pas des sommités. Non, le véritable problème, c'était Colton, ça avait toujours été lui. Ses parents l'avaient détesté pendant longtemps, mais lui était devenu médecin, il travaillait comme chirurgien dans un des hôpitaux les plus renommés de New-York. Colton avait été profondément détesté par son père et sa mère, parce qu'il était un garçon arrogant qui avait pris la décision d'épouser leur précieuse petite fille à l'âge de dix-neuf ans. Aujourd'hui, il était devenu une sorte de demi-Dieu pour eux, un homme qui avait eu le courage suffisant pour faire ce que leur douce enfant n'avait pas pu, ou voulu faire. Alaska avait décidé seule de faire l'école d'infirmière, elle avait décidé seule de s'occuper des personnes plus âgées, ou seules, qui n'avaient personne pour venir à leur chevet.
Aujourd'hui, la jeune femme assumait son choix. Elle assumait aussi d'être restée à Seattle alors que ses parents l'avaient suppliés de revenir à Chicago après son divorce. Mais elle n'avait pas voulu, préférant vivre seule et travailler loin de tout, loin d'eux, loin de Colton. L'insulter aujourd'hui, c'était lui montrer qu'ils lui en voulaient. C'était lui montrer qu'eux, même s'ils n'étaient que simples secrétaire et économiste, étaient ensemble, heureux, et avaient une famille.

Tu sais, le problème c'est pas tellement ce que eux font.

La jeune femme soupira et posa sa tête sur le sol, allongée. Elle était fatiguée, vraiment, et elle avait l'impression qu'il lui restait encore une éternité avant que sa garde ne finisse. Un rapide coup d'oeil vers sa montre lui indiqua qu'il lui restait trois heures avant la fin de sa garde. Une éternité, c'était bien ça.
La perspective de devoir rester ici encore trois heures alors qu'elle sentait vraiment la fatigue lui peser était pratiquement insupportable. Elle soupira bruyamment, avant de reprendre son explication à l'attention de Jackson.

Mes parents vouent un véritable culte pour mon ex-mari. Il est devenu chirurgien. Ils le détestaient au début, mais maintenant ils l'adorent.

Ça la faisait doucement sourire quand même. Comment pouvait-on changer aussi vite d'avis? C'était trop facile non? Un jour je te déteste et le lendemain je t'aime? Non, c'est pas comme ça que ça marche dans la vie! Et pourtant, elle avait eu exactement la même réaction avec Colton. Du jour a lendemain, leur mariage était terminé.

Alaska tourna la tête vers Jackson et observa son visage lorsqu'il lui demanda si elle finissait bientôt sa garde. Cela ne faisait que retourner un peu plus le couteau dans la plaie: et non, malheureusement, ça n'était pas pour tout de suite.

Dans trois heures. Et toi? Fini?

S'il lui répondait oui, elle allait probablement avoir envie de le frapper. Jackson s'allongea lui aussi, la rejoignant sur le sol froid et peu confortable du toit. Mais au moins, ils étaient loin de l'agitation de l'hôpital, loin des médecins qui courent partout pour trouver un patient, loin des patients qui meurent. Loin de tout. Et pour le moment, juste pour aujourd'hui, c'était exactement ce dont elle avait besoin. Et Jackson était une compagnie agréable pour cette soirée...

Je meurs d'envie d'un verre...

Dès qu'elle en aurait fini avec sa garde, si jamais elle ne croulait pas sous la fatigue, si jamais elle ne rentrait pas directement chez elle pour se couler dans un bon bain chaud, elle se rendrait certainement chez Joe pour un ou deux verres, histoire d'oublier cette mauvaise journée...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeMer 22 Fév - 16:31

    Le jeune homme était épuisé. Etre résident au Seattle Grace était fatigant tout les jours. Il travaillait avec Mark Sloan qui commençait à l’accepter peu à peu. Finalement, il n’était pas si terrible que ça. Il fallait juste travailler dur avec lui. Sa mère n’approuvait pas vraiment. Elle aurait préféré que Jackson choisisse une autre spécialité comme la neurochirurgie où il aurait u travailler avec Derreck Shepherd. Pour elle, la chirurgie plastique n’était pas à la hauteur de son talent. Faire des liftings ou des liposucions était pour elle beaucoup moins bien que faire des craniotomies. Mais bon, Jackson était doué en chirurgie plastique et c’était ça qui l’intéressait. Alors il ne céderait pas à sa mère et resterait à apprendre avec Mark Sloan. Il n’était pas tout le temps sur ses cas. Parfois il allait encore en cardio ou en pédiatrie mais il avait désormais choisi sa voie. La journée n’était pas si fatigante. Le pire était sans doute les nuits. Mais le jeune homme s’en fichait quand même. Il aimait son métier et ne le lâcherait pour rien au monde. C’était bien trop beau de sauver des vies. Alaska ne devrait pas être autant touché par ce que lui disaient ses parents. Après tout, c’était elle qui était le propre maître de son destin et tant que son métier lui plaisait à elle et pas aux autres, c’était l’important.

      Alaska D. Holloway – Tu sais, le problème c’est pas tellement ce que eux font.


    Annonça la jeune femme en soupirant. Quand on entendait quelqu’un critiquer son travail à longueur de journée, cela ne devait pas vraiment être facile. Jackson comprenait qu’elle soit dans un état pareil. Elle était blasé que ses parents ne comprennent pas l’importance de son travail dans sa vie, à quel point faire ce métier était épanouissant pour elle. Alaska finit par poser sa tête sur le sol. Allongée, elle paraissait encore plus fatiguée. Elle regarda sa montre. Surement pour voir quelle heure il était. Cela pouvait paraître bizarre, mais à l’hôpital on perdait souvent la notion du temps. La jeune femme soupira bruyamment. Visiblement elle en avait bien marre de se trouver ici. Elle reprit la parole afin d’expliquer au mieux à Jackson.

      Alaska D. Holloway – Mes parents vouent un véritable culte pour mon ex-mari. Il est devenu chirurgien. Ils le détestaient au début mais maintenant ils l’adorent.


    Jackson ne pensait pas que l’infirmière avait déjà était marié. Elle était jeune après tout. Elle n’avait que vingt-sept ans. Il était vrai que tout le monde ne grandissait pas à la même vitesse. Et même si Jackson lui n’était pas encore un véritable adulte, il allait devoir faire face à ses responsabilités. C’est dur de se dire que l’on a désormais plus le choix et qu’on est obligé de grandir. Ses parents vouaient peut être un culte à son ex-mari, justement parce qu’il était devenu chirurgien. Peut-être que s’il n’avait était qu’un simple mécanicien, ils auraient continué à le détester. C’était idiot la vie. Aimer quelqu’un pour son métier était stupide. C’était la personne qui était attachante. Enfin c’était l’avis de Jackson. Tout le monde n’était surement pas d’accord avec lui. L’infirmière tourna la tête vers le résident. Le jeune homme venait de lui demander si elle finissait bientôt sa garde. Vu la tête qu’elle faisait, elle n’avait pas l’air d’avoir fini.

      Alaska D. Holloway – Dans trois heures. Et toi ? Fini ?


    Oui Jackson avait fini sa garde. C’était pour ça qu’il s’était donné une minute de répit pour venir sur le toit. Finalement cet endroit était agréable. D’ici on voyait le ciel. Allongé sur le sol, l’impression d’être seul au monde prenait tout son sens. C’était un magnifique endroit pour se vider la tête. Le jeune homme y reviendrait plus souvent maintenant qu’il le savait. Cette soirée était agréable. Le jeune homme parlait de tout et de rien avec Alaska et contrairement à ce que l’on disait souvent, cela faisait énormément de bien. Tout le petit problème demeurant dans la tête de Jackson semblait disparaître pour le moment. Il n’y avait plus lieu à des prises de tête, ce qui était tellement mieux.

      Jackson Avery – C’est marrant quand même ! Même la fatigue ne nous fait pas quitter l’hôpital alors que rien ne nous y retiens … Mais finalement, on est accro, c’est pour ça qu’on reste !


    Annonça le jeune homme. Ils étaient accro à la chirurgie. Accro aux patients … Accro au sang. C’était pour ça que Jackson restait. Après tout, il aurait très bien pu rentrer chez lui, ayant terminé sa garde. Mais non, il préférait rester à l’hôpital parce que c’était surement l’un des endroits où il se sentait le plus en sécurité. C’était leur endroit préféré. Oui Jackson aimait cet endroit. Il y restait souvent. La chirurgie était tout ce qu’il avait. C’était ce qui le faisait vivre. Bien sur, sortir de l’hôpital était amusant parfois, surtout lorsqu’il allait chez Joe, ou s’amuser chez Meredith. Mais cet endroit avait quelque chose d’exaltant.

      Alaska D. Holloway – Je meurs d’envie d’un verre …


    Un verre chez Joe était fort agréable. Quand il avait passé une longue et dure journée, le jeune homme aimait bien se rendre au bar en face de l’hôpital. L’ambiance y était sympathique et cela permettait d’oublier un peu la journée mouvementé. Jackson n’avait pas réellement envie de boire. D’habitude oui, mais là il n’était pas motivé pour recevoir de l’alcool dans son organisme. Il n’avait pas non plus envie de rentrer chez lui. Il voulait juste rester ici.

      Jackson Avery – Je pense ne pas rentrer chez moi ce soir, j’irais dormir dans une chambre de garde …


    Annonça le jeune homme tout en regardant le ciel. C’était un phénomène. Beaucoup de gens voudraient rentrer chez eux, soit par qu’ils sont exténués ou qu’ils veulent retrouver leurs familles. Certains voudraient bien échanger leur place avec Jackson si cela leur était possible. Quelle personne préférerait dormir à l’hôpital que dans son propre lit. Il se sentait à porté de tout ici. Si un trauma arrivait en plein milieu de la nuit, il pourrait l’avoir. L’amour des bistouris rend complètement dingue.

    « Il faut un an pour apprendre à tenir un bistouri, et toute une vie pour apprendre à le lâcher »

    Le jeune homme se releva tranquillement. Il se dirigea vers le bord du toit. La vue de tout là-haut était incroyable. Tout était si petit vu d’en haut. Heureusement que le jeune homme n’avait pas le vertige, sinon il aurait été en bien mal posture. Le jeune homme se retourna et se dirigea vers la jeune infirmière. Il lui tendit la main afin de l’aider à se relever.

      Jackson Avery – Ne te laisses pas abattre ! La vie est belle finalement !


Revenir en haut Aller en bas

Derek C. Shepherd

Derek C. Shepherd

◭ bipés : 371
◭ avatar : Patrick Dempsey


Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeJeu 23 Fév - 20:25

Alaska & Jackson: Discussion au sommet Tumblr_lzmhlkEnd71qb7ukw



Jackson avait raison au fond: rien ne les retenait à l'hôpital, ils avaient toute la vie devant eux pour s'amuser, visiter le monde, avoir des aventures d'un soir, de deux soirs, se marier une fois, deux fois, faire des enfants, voyager encore, boire et se saouler à l'excès, mais ils préféraient rester enfermés dans ce grand endroit froid, qui leur enlevait littéralement toute une partie de leur vie. Le Seattle Grace Mercy West Hospital était la plus grande partie de leur vie, si pas la seule. Son désir de rester dans cette ville pluvieuse avait été ce qui avait couté son mariage à la jeune femme, et pourtant elle ne regrettait rien. Elle ne regrettait pas d'avoir perdu son mari, pour la simple et bonne raison qu'aujourd'hui, elle se sentait épanouie.
Mais elle comprenait que certaines personnes aient l'impression qu'ils n'avaient pas de vie, puisqu'en l'occurrence, ils n'en avaient pas. Bien sûr, certains arrivaient à conjuguer leur vie de médecin, d'infirmier ou autre, avec leur vie de famille, mais c'était tellement rare dans leur milieu de voir un couple véritablement heureux. D'ailleurs, en réfléchissant bien, elle ne connaissait qu'un seul couple vraiment heureux, sans compter les énormes problèmes qu'ils avaient rencontré dans le passé: Derek et Meredith Shepherd.
Les autres couples qu'elles connaissaient avaient tous leur lot de problèmes: Izzie Stevens était marié à Alex Karev mais avait une relation spéciale avec Denny Duquette, Addison et Derek avaient divorcé, l'ancien chef Webber et sa femme Adèle avaient eu de gros soucis dans leur vie privée. Rien de glorieux. Alors comment pouvait-on réussir à être heureux en travaillant là?

Le fait de discuter de tout et de rien avec Jackson lui faisait beaucoup de bien, parce qu'elle avait l'impression de discuter avec quelqu'un qui pouvait comprendre ce qu'elle ressentait. En étant résident, Jackson avait son lot de problèmes lui aussi, mais il était un garçon courageux, qui faisait de son mieux pour prouver à tout un chacun qu'il était capable d'être au niveau de la réputation de sa famille.
Jackson avait la malchance, ou le bonheur, ça dépend, d'appartenir à la grande famille Avery. Son grand-père n'était autre que Harper Avery, le fondateur du prix du même nom. Sa mère était également une grande spécialiste dont la réputation n'était plus à faire, et Alaska n'imaginait même pas à quel point ça devait être difficile pour lui de se maintenir à la hauteur de ses illustres parents et grands-parents.
Mais le jeune homme semblait s'en sortir à la perfection, sans doute grâce à sa passion pour son métier.

On est masos tu veux dire. Il faut être dingues pour préférer être ici plutôt que d'avoir une vie sociale.

Le fait était qu'elle n'avait pas de vie sociale, mais pour le moment, elle ne s'en portait pas plus mal. Cependant, il était vrai qu'elle ne cracherait pas sur un verre chez Joe dans trois heures, dès qu'elle en aurait fini avec cette garde de malheur. Elle espérait de toutes ses forces que son bipper ne sonne pas aujourd'hui, parce qu'elle ne se sentait pas le courage d'aller au bloc dans son état de fatigue. Elle sentait pourtant que le fait d'être allongée sur le sol lui faisait beaucoup de bien.

Lorsqu'elle l'entendit dire qu'il ne rentrerait pas chez lui, mais qu'il préférait dormir dans une chambre de garde, la jeune femme tourna à nouveau la tête vers lui. Finalement, il était beaucoup plus atteint qu'elle. Elle serait bien incapable de rester à l'hôpital pour y dormir. Non mais impossible quoi, elle avait besoin de dormir dans son lit. Il était extrêmement rare qu'elle doive rester au Seattle Grace pour dormir.

T'es fou, c'est officiel!

La jeune femme rigola pour la première fois aujourd'hui de bon coeur. Un rire franc, communicatif. Il était tellement bon de rire!
Mais lorsqu'elle vit Jackson s'approcher du bord, son rire ralentit doucement. Elle observa son ami au bord du toit et puis finalement, s'approcher d'elle pour lui tendre la main. Avec un sourire un peu triste, Alaska s'empara de la main de Jackson et se redressa sur ses deux pieds. Elle passa une main sur son pantalon, histoire d'enlever les saletés qui se retrouvaient accrochées, puis se dirigea vers le bord du toit avec le docteur Avery. Le jeune résident était vraiment quelqu'un de bien. Un bon ami.

Je sais. Parfois, grâce à un coup de blues, on s'en rend compte encore plus.

Elle lui lança un clin d'oeil et s'accouda sur le bord du toit, jetant un oeil vers la ville qui se déployait devant elle.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeDim 26 Fév - 10:53

    Le jeune homme se sentait bien sur le toit. C’était un endroit tranquille et agréable. En haut, une légère brise caressait le visage du résident. Cela faisait du bien. Jackson inspira longuement. L’air pur de l’extérieur faisait du bien. Il ne pleuvait pas, ce qui était assez rare à Seattle. Ceux qui n’avaient pas l’habitude de ce temps le trouvaient sans doute trop humide. Jackson, lui, l’aimait bien. La pluie permettait de se ressourcer et de se remettre les idées en place. Cela faisait toujours du bien après tout. Le jeune homme passait le plus claire de son temps à l’hôpital. Il aimait cet endroit qui était pour lui l’endroit le plus sur au monde. Ici, c’était sa maison. Il se sentait bien. Voilà pourquoi il aimait bien y rester. Bien sur, cela avait aussi ses inconvénients. La vie de couple ici n’était pas vraiment facile. Certains y arrivaient pourtant. Il fallait regarder Izzie et Karev. Ils avaient eu des moments difficiles mais tout marchait entre eux. Puis il y avait aussi Robbins et Torres, Meredith et Karev. L’hôpital avait vraiment l’air d’un site de rencontre. Jackson n’avait pas encore réellement essayé de vivre l’amour en même temps que de faire son travail ici, au Seattle Grace Mercy West Hospital. Mais il se sentait prêt maintenant. Après tout ce temps en n’ayant seulement que quelques relations courtes, il était prêt à avoir une vraie relation sérieuse avec une femme. Maintenant il fallait trouver une gentille fille. Il ne voulait pas non plus souffrir à nouveau. Il avait eu trop de mal quand Lucy l’avait quitté. Mais bon, l’amour sans souffrance n’existait surement pas. Ce qui était vraiment dommage.

      Alaska D. Holloway – On est masos tu veux dire Il faut être dingue pour préférer être ici plutôt que d’avoir une vie sociale.


    Il était vrai qu’ils étaient quand même complètement fous de préférer l’hôpital à une vraie vie sociale. Pour certains, l’amour passait avant tout. C’était quelque chose de magnifique qu’il fallait mettre en premier dans notre liste de propriété. Pourtant, pour Jackson cela n’avait rien de prioritaire. Non, la chirurgie avant tout. Bien sur, comme tout le monde, le jeune homme voulait les deux. L’amour et la chirurgie. Mais s’il y avait un choix à faire, il prendrait surement la chirurgie. C’était son rêve et si prêt du but il ne pouvait pas l’abandonner.

    Pour ce qui était d’Alaska, elle était divorcée. Après Jackson n’en savait pas plus. Peut-être avait-elle trouvé quelqu’un depuis. Dans tout les cas, le jeune homme l’ignorait. Et puis, il ne voulait pas paraître indiscret en lui demandant. Après tout, cela ne le regardait aucunement.
    Le jeune homme lui confia qu’il ne rentrerait pas chez lui ce soir, et qu’il dormirait surement dans un lit de l’hôpital, dans une salle de garde. Quand elle entendit ça, Alaska tourna la tête vers Jackson.

      Alaska D. Holloway – T’es fou, c’est officiel !


    Le jeune home eut un sourire tandis que l’infirmière se mit à rire de bon cœur. Oui il était complètement taré de vouloir rester à l’hôpital alors qu’un bon lit, un lit chaud, un lit accueillant l’attendait chez lui. Le rire était si bon. Cela faisait du bien et ça montrait que la vie valait la peine d’être vécu. Jackson se leva pour aller près du bord. Quand il eut observé le paysage quelques instants, il retourna vers l’infirmière pour lui tendre la main. La jeune femme attrapa sa main et il l’aida à se lever. Quand elle fut debout, elle essuya son pantalon des quelques saletés qui avaient atterris dessus. Puis elle se dirigea en compagnie de Jackson vers le bord du toit. C’était agréable d’être avec l’infirmière. Elle était vraiment sympathique. Le jeune homme aimait bien sa compagnie. Cela faisait du bien d’être tranquillement sur le toit avec une amie.

      Alaska D. Holloway – Je sais. Parfois grâce à un coup de blues, on s’en rend compte encore plus.


    Oui la vie était belle et malheureusement elle était bien trop courte. Il fallait donc profiter au maximum et ne pas perdre de temps à trop se poser de questions. Car si on de questionne trop sur ce qui est bien ou mal, sur ce que l’on a le droit de faire ou non, on ne vivra pas comme on le devrait. La vue devant eux était vraiment magnifique. Cela valait le coup d’être monté. Mais il était peut-être temps de redescendre à présent. Le temps ne s’arrêtait pas. Et des gens avaient sans doute besoin d’eux en bas. Il n’était pas de garde mais n’avait pas envie de rentrer. Pas maintenant. Il jeta un coup d’œil puis regarda vers Alaska.

      Jackson Avery – Il est peut-être temps de redescendre sur terre, tu ne crois pas ?


    Annonça t-il le sourire aux lèvres. Oui des patients avaient besoin d’eux. Le jeune homme allait surement errer dans l’hôpital comme un malheureux en manque de bistouri. Et peut-être avec un peu de chance, un super gros trauma arrivera à la mine et il pourra aller au bloc. Le jeune homme se dirigea vers la porte afin de redescendre aux urgences. Il mit la main sur la poignée et la baissa. Avant de disparaître derrière la porte, il se tourna vers Alaska et lui fit un clin d’œil. Il luit fit un sourire et avant de partir, il lui dit.

      Jackson Avery – Bonne chance pour la fin de ta garde et puis si tu décides d’aller boire un verre, sois raisonnable !




Revenir en haut Aller en bas

Derek C. Shepherd

Derek C. Shepherd

◭ bipés : 371
◭ avatar : Patrick Dempsey


Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitimeMer 29 Fév - 19:59

Alaska & Jackson: Discussion au sommet Tumblr_lzmhlkEnd71qb7ukw


Alaska aimait particulièrement cette petite parenthèse de silence, de calme. Quand elle était aux urgences, ou encore quand elle se trouvait au bloc, il y avait toujours beaucoup de bruit et d'agitation autour d'elle. Les brancards entraient et sortaient des différents services, les patients se plaignaient, réclamaient des infirmières, des médecins. Et quand ils ne se plaignaient pas, ils hurlaient, ou bien c'était leurs familles qui le faisaient. Bref, on ne pouvait clairement pas dire que les urgences et les services en rapport avec la chirurgie étaient les endroits les plus calmes de la Terre.
C'était incroyable de voir que dans un endroit aussi stressant, où tellement de gens souffraient, où tellement de choses se passaient autour d'eux, il y avait la possibilité de trouver, l'espace de quelques minutes, un peu de quiétude.

Mais bon, elle avait la conviction que d'ici quelques instants, elle allait devoir retourner au travail. Il lui paraissait maintenant évident qu'après sa garde, elle irait boire un verre, soit avec quelques collègues, soit seule. Mais quoi qu'il en soit, elle avait vraiment besoin de se changer un peu les idées.
Elle savait évidemment qu'elle ne devait pas exagérer. Pourquoi? Parce que les infirmières de bloc étaient susceptibles d'être rappelées à n'importe quel moment pour un grave accident, ou un autre trauma de type sérieux. Et puis, de toute façon, la jeune femme était loin d'être du type à se saouler à l'excès. Non, elle ne buvait jamais un verre de trop, parce qu'elle n'osait même pas imaginer l'état dans lequel elle allait se retrouver si jamais elle franchissait la limite.

Mais alors qu'elle s'apprêtait à ouvrir la bouche, le beeper de l'infirmière retentit. Un nouveau trauma qui venait d'arriver.

Et oui, il semblerait que les urgences m'appellent à elles. Je crois qu'on a besoin de moi!

Jackson quant à lui semblait réellement avoir besoin d'un lit. Il avait l'air complètement épuisé, et rien de ce qu'il pourrait faire ne pourrait arranger ça. Il devait aller dormir. Même si la jeune femme aurait préféré qu'il rentre chez lui, il valait mieux qu'il dorme sur un lit, peu importe l'endroit dans lequel ce lit se trouvait. S'il voulait rester ici, c'était très bien aussi, du moment qu'il retrouvait un visage décent demain matin. Il avait vraiment une drôle de tête aujourd'hui, et Alaska ne connaissait cela que trop bien. Elle plaignait vraiment ces pauvres résidents qui semblaient être continuellement épuisés.

Jackson semblait maintenant bien décidé à redescendre dans l'hôpital, et Alaska lui emboita le pas. Elle devait elle aussi se rendre aux urgences pour aller travailler, mais il était hors de question de dire au jeune résident en plastique qu'un cas de traumatologie arrivait. Elle voulait vraiment qu'il se repose. Et puis de toute façon, aucun titulaire digne de ce nom ne voudrait de lui dans son bloc.

Repose-toi bien! Tu en as besoin!

La jeune infirmière sourit à Jackson et franchit la porte pour se rendre aux urgences. Avant de perdre totalement Jackson de vue, elle lui cria, sur un ton légèrement amusé:

Bonne nuit!

Et voila, elle était repartie pour une intervention!
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Alaska & Jackson: Discussion au sommet Empty
MessageSujet: Re: Alaska & Jackson: Discussion au sommet   Alaska & Jackson: Discussion au sommet Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Alaska & Jackson: Discussion au sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Discussion à la maison (pv: Aisuru) (Hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
Back in the wild
 :: 
Thanks for the memories
-