AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Haley J. Carter

Haley J. Carter

◭ bipés : 72


Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]   Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Icon_minitimeDim 12 Fév - 17:51

Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] 44554044kristen-bell-pp-jpgUn écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Ash-3-ashley-greene-25967021-100-100
Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital



6h20 : Le réveil sonne. Je prends une douche, j'enfile mes vêtements, je me brosse les dents et les cheveux, je me maquille... Une fois prête, je passe à la cuisine histoire d'avaler une petite tasse de café et je la renverse sur mon joli chemisier blanc. Il est 6h40, je dois être au SGMWH à 7h00, et je mets un quart d'heure y aller. Je me dirige en vitesse dans ma chambre, j'enfile un chemisier à carreaux. Ensuite, je file rapidement vers la porte d'entrée, quand je me suis apperçue que je ne savais pas où j'avais mis mes clés! J'ai cherché dans tout l'appart', mais introuables ! J'étais bloquée chez moi en train de cherche ces fichues de clés. Puis, en soulevant mon sac à main, je les apperçus. J'enfile vite mon blouson et mes bottines, je prends mon sac, mes clés et je suis sortie de chez moi. Je courus dans les escaliers, et j'ai atterri tête première en bas. J'ai crié, mais en fait, rien de grave. Je me suis relevée, et mon premier reflexe a été de passer mes mains vers mes oreilles pour vérifier si je n'avais pas tombé une bouche d'oreille, et devinez quoi ? Je n'avais qu'une seule boucle. C'était les boucles en or de ma grand mère, et heureusement, cinq minutes plus tard, je les apperçus après mettre allongée par terre pour les trouver. Arrivée dans la voiture, je l'ai démarrée, j'ai acceleré et je doublais tout le monde. Il n'est que 7h du matin, la journée vient tout juste de commencer, et je sens qu'elle va être pourrie ! Aujourd'hui, ce n'est pas mon jour !

Après dix minutes de trajet, je suis arrivée à l'hôpital seulement à 7h05. Je n'étais donc pas trop en retard. J'ai courru jusqu'aux vestiaires de l'hôpital où il n'y avait personne, enfin... presque. J'ai vaguement vu une femme blonde à gauche de mon vestiaire. Je me suis changée très rapidement et je me suis attachée les cheveux. J'ai claqué la porte de mon vestiaire, et sans faire exprès, j'ai coincé les beaux cheveux blonds de la jeune femme qui été appuyée juste à côté.

Hailey - « Oh mon Dieu ! Pardon, je suis vraiment désolée ! Toutes mes excuses !! »

J'ai calmement reouvert mon vestiaire et je lui ai décoincée les cheveux pour me faire pardonner. J'ai inspiré un grand coup pour me calmer car la jeune femme a dû me prendre pour une folle : déjà, j'étais arrivée en fureur, je tirais une tête pas possible, et j'ai coincée les cheveux d'une jeune femme innocente tellement que j'étais énervée. Parfois, quel caractère je peux avoir ! Puis, temps qu'à faire, je lui ai tendu la main et je me suis présentée:

Hailey - « Hailey Swatcher ! »
Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]   Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Icon_minitimeDim 19 Fév - 15:59


D’accord, c’est vrai. Parfois même les meilleurs d’entre nous prennent des décisions irréfléchies. De mauvaises décisions. Des décisions que nous savons déjà que nous allons regretter sur le moment, à la minute, ou plus précisément le matin qui va suivre. Je veux dire peut-être pas regretter, regretter parce qu’au moins on aura été capable de prendre un risque. Mais quand même... quelque chose au fond de nous décide de faire une folie. Une chose dont on sait qu’elle va forcément se retourner contre nous. On le sait, mais on le fait quand même. Ce que je veux dire c’est... on récolte ce qu’on sème. On a ce qu’on mérite. C’est le karma et peu importe comment vous voyez sa, votre karma vous empoisonne.

C'était ce que je me disait en ce moment même, les cheveux coincés dans le casier de cette interne affolée et en proie à une crise de nerf, me semblait-il.

Le soir précédent, 18h36 : Je devrais être rentrée depuis 36 minutes, et je suis encore là à remplacer quelqu'un que je ne connais même pas. Je ne voulais pas me plaindre c'est vrai, j'adorais ce boulot, mais le lendemain je devrais être à l’hôpital à 7h30 et il me fallait un peu de sommeil pour faire du bon boulot. Vous ne pensez pas ? On fait toujours du bon boulot quand on a la tête reposée. J'avais avancé vers ce qui, j'espérais, serait mon dernier patient. Manque de bol, c'était un prêtre chinois ! Je ne me souviens pas avoir été désagréable ou quoi que ce soit, c'est vrai j'étais impatiente de retourner chez moi mais je ne l'ai pas montré. J'ai refilé le dossier à Kepner, qui supervisait cette nuit là les urgences et je suis partie. A ce moment là je me suis dit que j'avais eu du culot de m'en aller sans finir la consultation, et je me doutais bien qu'il allait m'arriver quelque chose. Un prêtre chinois en plus ! Fichu Karma ! Je n'irais plus jamais dans un restaurant chinois, en plus je déteste le poisson !

Je suis arrivée assez tôt ce matin, malgré le sommeil qui me manquait clairement. La journée semblait bien commencer,
"C'est une belle journée pour sauver des vies" aurait surement dit Shepperd s'il était là. Quelques minutes après mon arrivée, une interne poussa la porte des vestiaires. Je l'avais déjà vue auparavant mais étant donné qu'elle n'était pas dans mon service je ne savais rien d 'elle. Elle avait l'air sur le bord de la crise de nerf. Toutefois elle était maquillée, coiffée, ... donc ce n'était pas une panne de réveil. J'aurais voulu lui adresser la parole, lui demander ce qui n'allait pas, mais l'internat était une compétition sans fin, pas le temps pour le papotage. Que ce pouvait être cruel ! Je n'étais pas adepte de ce mode de pensée mais les sales coups n'étaient pas rares au sein de l'hopital.
Et manque de bol : en refermant son casier à la va-vite elle avait coincé mes cheveux dans son casier. Je poussai un petit cri de douleur en rapprochant ma tête du casier en question pour éviter que je ne perde tout mes cheveux !

* Ca tombe bien je m'endormais sur place, rien de tel pour me réveiller !* pensais-je un instant.

La jeune femme réouvrit immédiatement son casier, très calmement, et m'aida à extraire mes cheveux de là en soufflant un grand coup. Fort heureusement, je n'en perdit pas trop et me massai le cuir chevelu.

Hailey - « Oh mon Dieu ! Pardon, je suis vraiment désolée ! Toutes mes excuses !! » ... "Hailey Swatcher"

Je lui sourit afin qu'elle se détendes un peu et lui serra la main aussi

Abby - Bonjour, Abby Stuart ! Ravie de te rencontrer, et ne t'inquiètes pas pour mes cheveux, il n'y a pas trop de casse . En revanche tu as l'air sur le point d'exploser !

Oh je savais bien que l'internat nous poussait dans nos derniers retranchements, ça n'était pas une partie de plaisir! Ca nous arrivait à tous, d'être dans un tel état qu'on pouvait se sentir prêt à exploser de l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas

Haley J. Carter

Haley J. Carter

◭ bipés : 72


Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]   Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Icon_minitimeMar 28 Fév - 19:02

Après avoir accidentellement coincé, dans mon vestiaire, les cheveux d'une interne, je me suis excusée et je me suis présentée à la jeune femme.

Hailey - « Oh mon Dieu ! Pardon, je suis vraiment désolée ! Toutes mes excuses !! » ... Hailey Swatcher »

La jeune femme me sourit, se présenta à son tour et me serra la main. Elle avait remarqué que j'étais énervée. J'aurais préféré un autre moment pour faire connaissance avec cette interne, un moment où j'aurais été un peu plus calme et de meilleure humeur. Je l'avais déjà croisée dans l'hôpital, mais je n'avais jamais travaillé avec elle. J'ai donc essayé de rester polie, je me suis contrôlée et je me suis calmé car un jour viendra où je devrai travailler avec cette femme, et je n'ai pas envie qu'elle me prenne pour une interne tendue et stressée. Je ne voulais pas donner cette image de moi-même.

Abby - « Bonjour, Abby Stuart ! »

*Abby Stuart...* Penais-je en murmurant.

J'avais déjà vu ou entendu ce nom quelque part. Je réfléchis, mais impossible de trouver. Une chanteuse ? Impossible, elle ne serait pas ici en temps qu'interne. Une amie ? J'aurais reconnu son visage dès que je l'aurais croisée. Puis, tout à coup, un livre m'est venu en tête. J'ai toujours été un rat de biliothèque ! Depuis toute petite, j'ai toujours adorer lire seulement, maintenant, mon emploie du temps me limite un peu. Je ne trouve pas le temps de lire. Pourtant, j'aimerais beaucoup, mais dans la vie, il faut faire des choix (je préfère tout de même la chirurgie à la lecture). Bref, un bouquin m'est revenue en tête quand elle prononca son nom, un bouquin que j'avais beaucoup apprécié...

Abby - « Ravie de te rencontrer, et ne t'inquiètes pas pour mes cheveux, il n'y a pas trop de casse. En revanche tu as l'air sur le point d'exploser ! »

Sur le point d'exploser... oui c'est le mot !

Hailey - « Ah oui ! Mais je te rassure, je ne suis pas souvent comme ça. C'est que j'ai eu une matinée vraiment pourrie ! J'ai renversé du café sur mon chemisier juste avant de partir, puis j'ai perdu mes clés, et quand je les ai retrouvées, je me suis dégringolée dans les escaliers ! Et sans oublier que je me suis prise des embouittaillages. Rassure-moi, ça arrive à tout le monde ce genre de journée ? »
Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]   Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Icon_minitimeDim 4 Mar - 12:12

Lorsque je me suis présentée à Hailey, elle sembla me dévisager longuement et fouiller dans sa mémoire pour savoir où elle avait déjà entendu ce prénom. Je n'aimai pas vraiment me sentir ainsi dévisagée et vulnérable, mais je savais que ça arriverait un jour ou l'autre. Néanmoins je feignai ne pas le remarquer, après tout elle n'avait peut-être pas lu mon bouquin ?! La jeune femme avait de long et beaux cheveux bruns, elle y portait surement une attention particulière car ils étaient soyeux. Je n’obtenais jamais un pareil résultat sauf après une ou deux heures de tentatives pour les coiffer. Sauf que le problème était que je n’avais pas souvent le temps si je voulais arriver toujours à l’heure à l’hôpital, malgré le fait que mon appartement se situe à proximité. Seattle était une ville bondée, et il y avait souvent des bouchons. C’est pour ça que quand je le pouvais, je me rendais à pied à l’hôpital… et puis ça faisait du sport !

*Oh l’excuse ! * me dis-je en mon for intérieur

J’étais une rêveuse, c’est vrai. Et me balader dans les rues de Seattle, même si c’était pour aller au boulot, était un rituel chez moi. J’en avais besoin, c’est tout. Après, certes, je prenais la voiture de temps en temps quand il faisait trop froid pour mettre le bout de mon nez dehors, mais j’avais besoin de ce petit moment pour me mettre en condition avant d’entrer dans le SGMWH et de prendre ma garde. Je pouvais respirer, et réfléchir tranquillement sans que quelqu’un vienne constamment m’embêter. Dans mon appartement c’était mon poisson rouge, en l’occurrence. Quelle ironie !

Hailey - « Ah oui ! Mais je te rassure, je ne suis pas souvent comme ça. C'est que j'ai eu une matinée vraiment pourrie ! J'ai renversé du café sur mon chemisier juste avant de partir, puis j'ai perdu mes clés, et quand je les ai retrouvées, je me suis dégringolée dans les escaliers ! Et sans oublier que je me suis prise des embouteillages. »

Je rit un instant, on aurait dit une hystérique et cela me rassurai que la jeune femme soit juste dans un mauvais jour. Elle énuméra les choses qui lui étaient arrivées et j’en restai abasourdie. Pour une mauvaise journée, c’était une mauvaise journée en effet ! Mais le lot du commun des mortels, malheureusement.

Hailey – « Rassure-moi, ça arrive à tout le monde ce genre de journée ? »

Cela m’arrivait parfois. On avait tous nos jours pour ça et ça n’étais pas souvent les mêmes. C’était un jeu de hasard, ou peut-être un mauvais karma ?! Un jour lorsque je m’étais réveillée j’avais glissé sur mon tapis, trempé à cause d’une fuite d’eau, puis quand je m’étais réveillée j’étais trempée, toujours à cause de la fuite d’eau, quand j’étais arrivée à l’hôpital mes pieds faisaient des « flop » dans mes chaussures et le comble de tout est que ce jour là j’avais dû aller en chirurgie plastique avec Sloan. Mais voyons les points positifs : mon poisson rouge était le plus heureux de poissons et j’ai reçu une indemnité quelques jours après parce que c’était en fait une fuite qui provenait de l’appartement voisin.

Abby – Oui ne t’inquiètes pas ça m’arrive parfois ! Et il ne vaut mieux pas me rencontrer dans mes mauvais jours, parce que sinon je refile ma poisse à tout le monde ! Enfin j’espère que tu ne me la refileras pas, aujourd’hui mon titulaire est là par le plus grand des miracles et si je me plante je crois que je vais prendre la porte ! dis-je d’un ton léger

Je n’étais pas inquiète, si je devais prendre la porte cela voulait dire que je n’avais pas bien fait mon travail, hors je me débrouillais plutôt bien en neuro… Enfin c’est ce qu’on m’avait dit ! Et j’adorais ça. Le cerveau est l’organe le plus mystérieux. Il enregistre... il évolue... il s’adapte... il nous dit ce qu’on voit. Ce qu’on entend. Il nous fait ressentir l’amour. C’est le berceau de notre âme. Mais peut importe la recherche, personne ne peut dire comment fonctionne cette matière grise fragile. Et quand il est blessé, quand le cerveau est traumatisé. Eh bien... il devient encore plus mystérieux... C’est ce mystérieux qui l’avait attirée. En neurologie tout était possible, tout était réalisable… parce qu’on ne le connaissait que très peu en fait.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Empty
MessageSujet: Re: Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]   Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un écrivain dans les vestiaires de l'hôpital [PV Abby Stuart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
Back in the wild
 :: 
Thanks for the memories
-