AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorenzo || Celui qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille était quand même un brave menteur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Lorenzo W. Donovan

◭ bipés : 116
◭ avatar : Josh Hartnett
◭ copyright : //


MessageSujet: Lorenzo || Celui qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille était quand même un brave menteur !   Mar 22 Jan - 23:55


Lorenzo William Donovan



"L’expérience, c’est le nom que l’on donne à ses erreurs"


Bonjour à tous, permettez-moi de me présenter rapidement. Tout d’abord, sachez que j'ai 36 ans et que je suis né à San Francisco, ce qui fait que mes origines sont italiennes. Vous devez aussi savoir que je suis divorcé et que j'ai un enfant. Je travaille au Seattle Grace Hospital depuis maintenant 3 mois et je suis actuellement Titulaire au service de Traumatologie. Voilà pour ma présentation rapide.

Grand brun de près de deux mètres aux épaules carrés et au physique assez avantageux, Lorenzo n’est pas du genre à laisser les femmes insensibles à son charme assez naturel. Et pourtant, il est plus que mal à l’aise à l’encontre de la gente féminine quand cela sort du cadre professionnel ou amical. Et encore, même là, il ne semble pas toujours savoir sur quel pied danser. D’après certaines femmes, cela ne fait qu’en rajouter à son charme alors que d’autres s’étonnent qu’il ne soit pas plus sûr de lui malgré son âge et son physique. En fait, le jeune homme manque de confiance en lui, il faut bien l’avouer, mais cela change du tout au tout quand il enfile sa blouse. Très professionnel et toujours au maximum à l’écoute de ses patients, il fait toujours tout pour que celui-ci s’en sorte avec le moins de trace possible de son accident, que ce soit des séquelles physiques ou des cicatrices. Il n’hésite pas non plus à montrer la plupart de ses astuces aux résidents et internes qui sont avec lui, préférant de loin aider à la formation que rechercher la gloire. Assez taciturne et n’aimant pas parler pour ne rien dire, il parle d’ailleurs très peu de son passé ou de sa famille, surtout sur son lieu de travail. En amitié pourtant, on peut toujours compter sur lui, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit et dans pratiquement toutes les situations. Mais attention toutefois, Lorenzo n’accorde pas facilement sa confiance et vous risquez de la perdre plus vite que l’obtenir si vous essayez de profiter de lui.
Oh oui, ayant hérité du sang chaud de sa mère, il lui arrive de parler avec les mains ou encore de se mettre à parler italien lorsqu’il explose de colère ou qu’il est particulièrement mal à l’aise. Oui, Lorenzo est bilingue depuis sa plus tendre enfance.


We would have some questions before hiring you…

1. Es-tu satisfait de ta vie actuelle? Te sens-tu heureux?

Je ne sais pas vraiment je dois vous avouer. Certains jours, oui, je suis pleinement satisfait de ma vie mais d’autres jours, j’éprouve pas mal de regrets. Mais cela concerne beaucoup plus ma vie familiale et personnelle que ma vie professionnelle. Celle-ci me convient parfaitement d’ailleurs. Je suis très heureux mais surtout très fier de pouvoir dire que je suis titulaire en chirurgie traumatologique et que je sauve des vies. Même s’il m’arrive de perdre des patients et que cela m’affecte toujours autant bien que je le cache de mieux en mieux. Bref, je dois avouer ne plus vivre que pour mon travail actuellement. C’est sans doute la seule chose qui me rend heureux actuellement.

2. Si tu pouvais changer un ou plusieurs éléments dans ta vie, lequel/lesquels choisirais-tu?

Déjà, sans aucune hésitation, ma maladresse et mon malaise face aux femmes. Je ne sais absolument pas d’où ça vient, surtout que j’ai grandi parmi mes trois sœurs mais… Mais malgré tout, je trouve toujours le moyen de me ridiculiser dès qu’une femme me plait et même de ne plus savoir où me mettre dès qu’il y en a une qui me drague. En changeant cela, je pense que j’aurais ainsi pu garder ma femme et connaitre mon fils… Mais bon, c’est comme ça que voulez-vous ? Même si je pense que pour les garder, j’aurais également dû être un peu moins au travail… Donc en gros, j’aurais aimé ne pas être comme je suis avec les femmes et ne pas être un bourreau du travail.

3. Aujourd'hui, on parle beaucoup de "repartir à zéro". Tu en penses quoi toi? Tu serais prêt à le faire?

Là encore je ne sais pas vraiment… J’ai quitté San Francisco pour Seattle il y a peu histoire de ne plus être dans le même état que ma femme mais est-ce que je peux réellement dire que je suis reparti à zéro ? Je veux dire, je ne suis pas vraiment sorti avec d’autres femmes depuis, je suis même encore plus mal à l’aise face à elles maintenant donc… Je ne pense pas être vraiment capable de repartir à zéro de mon propre chef pour le moment. Mais bon, qui sait, peut-être que je vais finir par tomber sur une femme qui m’obligera à le faire à grand coup de pied dans le derrière. *rires* Mais bon, je n’y crois pas trop.

4. Finalement, si tu pouvais résumer ta vie en cinq mots, lesquels choisirais-tu?

Hummm…. Je dirais…. Famille, déception, chirurgie, travail et… Pas doué, ça compte ? *rires*



Because we have all a story


L’histoire de Lorenzo commence à San Francisco, le 15 avril 1976. Deuxième enfant d’une famille italo-américaine (italienne de sa mère qui est née et a grandi en Italie, et américaine de son père) il est le seul garçon d’une famille de quatre enfants. Très proches de ses sœurs, surtout de sa sœur aînée avec qui il n’a qu’un an d’écart, il fut toujours présent pour elles durant leur enfance mais également leur adolescence. Oh oui, avec quatre enfants à la maison, il faut bien avouer que l’ambiance était toujours au rendez-vous et qu’on ne s’ennuyait jamais chez les Donovan. Pourtant, la petite famille était parfaitement heureuse et n’avait jamais manqué de rien.

Déjà pas très à l’aise avec les filles à l’adolescence, Lorenzo se fait toutefois remarquer de celles-ci par ses résultats sportifs, étant l’un des meilleurs passeurs et ailier de l’équipe de basket de son lycée et également l’un des meilleurs nageurs de l’état dans sa catégorie, tout comme par ses résultats scolaires. Et oui, Enzo, comme tout le monde l’appelait parmi ses proches, était loin d’être un cancre et un gringalet. A seize ans déjà il faisait la taille de son père et ses activités sportives lui permettaient déjà d’être bien taillé. Repéré par plusieurs recruteurs d’équipes universitaires mais également professionnelles, il aurait facilement pu devenir un joueur de basket professionnel. Pourtant, il choisit une toute autre voix au moment de la fin du lycée. La fac de médecine ! Voilà ce qu’il voulait faire.

En effet, la passion de la médecine lui vient de son oncle Keith, le frère de son père, neurochirurgien dans une clinique privée de Los Angeles. Apprenant d’ailleurs le choix de son neveu, celui-ci fit tout pour aider Lorenzo à réussir brillamment ses études de médecine et lui proposa même une place d’interne dans sa clinique une fois son diplôme en poche. Mais Lorenzo refusa pour faire son internat à San Francisco, voulant maintenant se débrouiller un peu seul pour savoir de quoi il était vraiment capable en étant seul. Et il fallait bien avouer qu’il se débrouillait parfaitement bien. Parmi les trois meilleurs internes de sa promotion, il réussit son examen haut la main avant de s’intéresser de plus près à la cardiologie. Ce n’est qu’au moment de réellement choisir sa spécialité qu’il finit par prendre la traumatologie, suite à un désaccord éthique et moral avec son titulaire de cardio. Il ne tarda d’ailleurs pas à se découvrir un don pour la trauma mais aussi une sorte de passion. Tout pouvait changer d’un moment à l’autre, on ne savait jamais à quoi s’attendre d’un cas sur l’autre et il fallait bien le dire, ça bougeait beaucoup plus que la cardio et c’était exactement ce qu’il fallait au grand brun.

Mais parlons un peu de la vie sentimentale du jeune homme. A ses 27 ans, il fit la rencontre d’une jeune femme du nom de Rebecca après un léger accrochage en voiture. Egal à lui-même, Enzo avait été particulièrement gêné face à elle, surtout quand elle lui proposa avec un grand sourire de l’inviter à prendre un verre pour se faire pardonner de l’accident. L’italien accepta pourtant et de fil en aiguille, Becky et lui finirent par avoir une relation. Mais la vie avec un interne et bientôt résident est loin d’être facile comme l’appris rapidement la jeune femme. Elle n’en accepta pas moins d’épouser Enzo lorsque celui-ci finit par lui faire sa demande après deux ans de relation. Mais plus souvent à l’hôpital que chez lui, le grand brun ne comprit que trop tard que ce n’était pas vraiment la vie dont Becky avait rêvé avec lui. Et quand je dis trop tard, c’est lorsqu’il découvrit la lettre qu’elle lui avait laissé sur la table de la cuisine pour lui dire qu’elle le quittait et qu’il recevrait d’ici peu les papiers du divorce. Il apprit également dans la même lettre que la jeune femme était enceinte de deux mois mais qu’elle préférait partir pour ne pas faire vivre à son enfant le manque qu’elle ressentait en ne voyant presque jamais son mari.

Lorenzo eut tout de même droit à un coup de fil de son ex-femme le jour de la naissance de leur fils pour le lui annoncer mais également pour lui demander de choisir le prénom. En effet, ce jour-là, ils conclurent un marché : Lorenzo choisissait le nom de son fils et recevrait une photo de lui tous les 2 ou 3 mois si en échange il acceptait de ne pas essayer de le rencontrer. Et oui, car Becky avait déjà rencontré un autre homme qui était prêt à élever son fils comme le sien, à sa place. Ce qui ne fit qu’appuyer un peu plus là où ça faisait mal pour Enzo. Pourtant Becky tint parole de son côté.

Cela fait donc maintenant deux ans que Lorenzo reçoit régulièrement des photos de Terry, son fils, qu’il porte toujours son alliance au bout d’une chaîne autour du cou mais aussi qu’il s’est encore plus plongé dans le travail histoire d’oublier un peu toute cette histoire. Cela fait également deux ans qu’il n’a pas vraiment eu de relation avec une autre femme, à part peut-être une ou deux aventures d’un soir. Mais il y a quatre mois, découvrant que Becky s’apprêtait à se remarier et à donner une petite sœur à Terry, Lorenzo décida de quitter la Californie, histoire de changer un peu d’air. On lui proposa une place au Seattle Grace Mercy Hospital, très bien coté depuis qu’Ellis Grey le dirigeait, et le temps de remplir tout la paperasse et de trouver un appartement là-bas, Lorenzo s’envola pour l’état de Washington. Cela fait maintenant trois mois qu’il évolue dans son nouveau milieu de travail, mais toujours avec les mêmes problèmes qu’à San Francisco.



Et si tu nous parlais un peu de toi ?
D’accord d’accord, je vais vous parler un peu de la personne derrière l’ordinateur. Mais de façon très discrète bien sûr.
Alors, je me présente. Sur le net, on me connait sous le nom de Shadow, Chouchou, Hulk mais en réalité je m’appelle Marc. Sinon, j’ai 19 ans, je viens du sud de la France et j’ai découvert Breathe grâce à la toute première version sur laquelle j’étais déjà et au fait que ma Cruella d’amour avait besoin d’aide pour les codes :P. Je serais présent 2/3 fois par semaine sur le forum que je trouve toujours aussi génialissime. Oh j’allais oublier, mon personnage est un inventé et mon avatar n’est autre que Josh Hartnett. Enfin, le code est je sais pas, j’ai pas relu le règlement et j’aimerais dire pour conclure que c’est pas bien grave parce que vous m’aimez quand même hein ? :razz:.
©️ Crédits - Shadow

Revenir en haut Aller en bas

avatar

C-B. Micah Gheller

◭ bipés : 58
◭ avatar : nina dobrev
◭ copyright : fade out (avatar) + uc (sign)


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

MessageSujet: Re: Lorenzo || Celui qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille était quand même un brave menteur !   Mer 23 Jan - 15:40

LOLO ! ouai je sens que je vais te surnommer comme ca. hihi.
WELCOME même si tu étais là largement avant moi, c'est qu'une question de formalité.
Revenir en haut Aller en bas
 

Lorenzo || Celui qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille était quand même un brave menteur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» ❝ le vrai héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut...
» La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. 〘PV Nagareboshi Ruika〙
» NOLAN ϟ le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» Ïdon ou la Nostalgie de celui qui VEUT rester jeune!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
The first cut is the deepest
 :: 
Good morning, Goodbye
 :: Fiches validées
-