AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Empty
MessageSujet: Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson]   Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Icon_minitimeVen 23 Mar - 21:06

Des gouttes de pluie tombèrent de leurs vêtements et atterrirent sur le sol du hall. Ils étaient trempés jusqu’aux os, mais qu’importe… à présent la chaleur de l’appartement remplaçait la température glaciale de la nuit. Abby était curieuse de connaître l’heure, car elle ne se rendait pas compte du temps qui passait. Quand elle poussa la porte, l’horloge était droit devant : 2h36. Déjà ?!

La journée n’avait pas été de tout repos… La jeune interne avait assisté à une opération très intéressante, puis avait été bippée. Malheureusement lorsqu’elle était arrivée en quatrième vitesse dans la chambre de Nina, une patiente de cardiologie, il n’y avait plus rien à faire. Elle se rappelait la scène comme si c’était hier… enfin théoriquement, c’était hier ! Jackson était abattu par le décès de sa patiente, Abby ne savait toujours pas pourquoi faute d’avoir osé le lui demander. Ressasser ce cas serait de mauvais gout, pour l’instant du moins. C’était encore trop proche… le souvenir se faisait encore très présent dans leurs mémoires et Jackson l’avait invitée à boire un verre chez Joe.

Enfin vous savez, chez Joe… on ne boit jamais un seul verre ! A leur sortie du bar, car Joe est bien gentil mais il doit aussi dormir, le résident l’avait plaquée au mur en l’embrassant. C’était tellement agréable, elle se sentait vivante. C’était aussi un effet produit par l’alcool… Tout les deux n’auraient peut être pas du boire autant car ils travaillaient le lendemain… environ 4 heures plus tard en fait ! Le temps passe. Pourtant nous en voulons toujours plus… il n’y a pas assez d’heures dans une journée pour faire tout ce qu’un chirurgien doit faire. Même sans dormir ni manger, on es toujours débordés. Ou du moins on essaie de s’en persuader pour ne pas penser à la suite, lorsque c’est le calme absolu dans l’appartement et que la solitude prend le dessus.

C’était rare qu’un homme rentre chez elle, parce que lors d’une aventure d’un soir, on a pas vraiment envie de montrer son petit chez soi à un inconnu. Un appartement, c’est matériel. C’est souvent ce qui rappelle la « vraie vie », ce qui nous rappelle tout ces petits moments passés à réviser, à angoisser avant notre première garde, ou même à voir naître notre première relation sérieuse (qui inclut aussi notre première rupture, soit dit en passant). Les bruits de leurs pas et de leurs rires inondèrent le hall, puis une fois dans l’appartement ils pouvaient laisser libre cours à leur euphorie. La porte fermée, Abby sentit que Jackson la poussait avec force sur le mur, comme à la sortie du bar de Joe. Et là il l’embrassa, exactement comme la première fois. Jackson était certainement celui qui embrassait le mieux au monde, malgré l’alcool elle pouvait s’en rendre compte et espérait qu’il continue. Apparemment il avait autre chose en tête.


Jackson Avery – Finalement, cette journée n’aurait pas été aussi accablante que je ne l’aurais cru.


Quelle idée de remettre tout ça sur le tapis ! C’était à la base un compliment, surement mal formulé… Abby, les yeux pétillants, lui sourit avant qu’il ne se remette à l’embrasser avec fougue, à son plus grand bonheur. Que pouvait-elle répondre à ça ? Cette journée de routine s’était effectivement transformée en très belle journée, pour l’instant du moins. Mais d’après elle un si beau moment ne devait pas être stoppé net en plein envol. Enfin sauf si on veut avoir les mains libres. Abby tenait toujours ses clés, et elle chercha à tâtons la petite table à l’entrée tout en continuant à embrasser Jackson. C’était technique : ne pas ciller, ne pas laisser tomber les clés, et ne pas interrompre Jackson, qu’allait il penser sinon ? Enfin jusqu’ici elle se laissait faire, ce qui corroborait un peu ce qu’elle avait dit précédemment. Elle n’était pas une fille facile, non. Toutefois Jackson avait ce petit quelque chose qui inspire confiance. Le jeune homme se faisait pressant, Abby l’aurait certainement comparé à une pile electrique alors qu’elle le laissait faire, sans se soucier d’autre chose.

Jackson Avery – Je ne sais pas pour toi, mais un désir de t’avoir est ancré en moi !


*Quelle délicatesse !* pensa-t-elle en l’écoutant attentivement, ses lèvres encore à quelques centimètres des siennes.

C’était délicat de la part de Jackson, comme s’il demandait son autorisation à Abby pour aller plus loin. Et elle le désirait aussi, plus que jamais. Mais ce qu’ils s’apprêtaient à faire ne gâcherait-il pas une relation basée sur des sentiments, et une confiance mutuelle ? Les deux futurs chirurgiens prenaient les choses à l’envers, ils commençaient par la fin – ou la suite – d’une relation, sans passer par la case « Départ ». Elle viendrait surement demain, enfin Abby l’espérait. Son besoin de sécurité et d’assurance s’exprimait là encore. L’instabilité la perturbait, et elle avait encore peur que Jackson ne la laisse au bout de quelques heures et qu’il ne la considère comme une inconnue le lendemain dans les couloirs de l’hôpital. Encore fallait-il qu’ils se souviennent de ce qu’il se passait après les verres qu’ils avaient bu tout deux. L’instant présent n’était pas à la philosophie, mais au désir croissant qu’ils exerçaient l’un sur l’autre :


Abby Stuart – Alors prends moi, qu’est-ce que tu attends ?


Il l’amusait quelque peu, demander sa permission… elle appréciait cette attention de sa part. Ses paroles étaient à peine perceptibles, elle avait presque chuchoté ces mots à l’oreille du résident pour que seul lui l’entende. C’était peut-être idiot, puisque personne ne se trouvait dans l’appartement. Comme pour imager ce qu’elle avait dit auparavant, elle continua à l’embrasser et lui enleva son T-shirt avant de se coller tout contre lui. Sa peau tiède eut le don de la réchauffer un peu, car leurs vêtements étaient encore mouillés à cause de la pluie qui ruisselait sans cesse au dehors. Le haut de Jackson cachait bien des choses, d’extérieur on aurait pas pu deviner sa musculature. La jeune interne se laissa aller dans ses bras, ne pensant plus à rien d’autre qu’à lui. Ils étaient là l’un pour l’autre, rien d’autre ne comptait.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Empty
MessageSujet: Re: Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson]   Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Icon_minitimeDim 25 Mar - 16:32

    Quelques gouttelettes tombèrent sur le sol du hall. Ils étaient assez mouillés par la pluie qui s’était abattus sur eux. C’était bien, cela leur remettait les idées en place, enfin si c’était possible bien sur. De toute façon, il ne risquait pas d’attraper froid avec leurs vêtements tout mouillés, étant donné qu’ils les enlèveront surement bientôt. Jackson ne pouvait s’empêcher de la regarder. Il y avait quelque chose de tellement attirant en elle. Le jeune homme l’embrassait. Ses baisers avaient bon goût. Elle embrassait bien d’ailleurs. Mathew jeta un coup d’œil au réveil posé dans l’appartement. Il était près de trois heures du matin. Les deux jeunes gens étaient vraiment fous. Ils attaquaient à six heures du matin, soit dans quatre heures. Ils seraient totalement morts demain matin lorsqu’ils iront travailler. Jackson serait sans doute incapable de faire de grands efforts. Et avec un peu de chance, il aurait peut-être bien décuvé. Mais ça, ce n’était pas sur encore. Ils sentiraient l’alcool à des kilomètres. Mais Jackson n’avait pas vraiment ça dans la tête. Il ne prenait rien au sérieux là. Il s’en fichait. Là, le seul truc intéressant était cette belle jeune femme avec qui il passait un agréable moment. Jackson ne regardait pas l’appartement avec attention mais il avait le temps quand même d’apprécier la décoration. Ce nid était plutôt douillé et Jackson était assez flatté d’y avoir été emmené par la jeune fille. Leurs rires envahissaient l’appartement. Il était trois heures du matin et si les voisins étaient présents, ils ne devaient pas être bien d’accord. Mais bon, le jeune homme s’en fichait. Enfin jusqu’à que des plaintes se fassent entendre. Le jeune homme poussa la belle contre le mur afin de l’embrasser. Elle était tellement belle. Jackson sentait comme une force surhumaine l’attirer vers elle. Jackson qui, visiblement n’arrivait pas à laisser la pièce se fondre dans le silence, annonça que cette journée se terminerait sans doute mieux qu’elle n’avait commencé. En même temps, ce n’était pas trop dur puisque tout devait être mieux que la mort de sa patiente. Tout paraissait tellement plus joyeux par rapport à ça. La jeune femme lui sourit et il l’embrassa fougueusement à nouveau. Si Jackson avait pensé se retrouver en si bonne compagnie … Jackson réussit finalement à se décrocher des lèvres d’Abby pour lui annoncer que le désir de l’avoir était ancré en lui. Il ne savait pas vraiment si elle allait bien réagir à ça. Il n’y avait pas de raison mais bon, les filles étaient assez imprévisibles. C’était comme une demande pour pouvoir allé plus loin. Le jeune homme ne voulait pas prendre tout de suite les devants si elle n’était pas entièrement d’accord. Finalement il n’attendait que quelques mots de sa part.


      Abby Stuart - Alors prends moi, qu’est-ce que tu attends ?


    Jackson sentit un sourire lui monter au visage. Il l’embrassa à nouveau. Celui-ci enleva son tee-shirt avant de lui donner un autre baiser. Le temps avançait et les deux jeunes gens s’amusaient ensembles. Ils passaient du bon temps. Prenant la vie comme elle arrivait. Rien n’avait vraiment d’importance après tout. Seul elle comptait à ce moment précis. Le jeune homme ne savait pas vraiment de quoi demain serait fait. Peut-être qu’Abby avait une idée précise. Demain était aujourd’hui et dans quelques heures, ils iraient au travail.

    Jackson ouvrit les yeux tranquillement. Il avait l’impression de n’avoir que très peu dormi. Ce qui était le cas si on y réfléchissait bien. Il avait du mal à les ouvrir. Ses yeux le piquaient. Le jeune homme s’essuya les yeux avec les mains et s’assit tout doucement dans le lit. Il tâtonna par terre afin de trouver son portable. Enfin il le trouva, non loin de son pantalon. Il alluma l’écran et vit trois appels manqués. Oula, qui avait bien pu l’appeler. Les appels dataient de hier soir. C’était April. Elle lui avait laissé des messages vocaux. Le jeune homme se leva et commença à se rhabiller. Il avait le téléphone à l’oreille et écoutait les messages. La jeune femme s’était inquiétée. Jackson avait totalement oublié mais il lui avait dit qu’il rentrerait avec elle ce soir-là. Et comme Jackson n’était pas rentré et n’avait pas répondu à ses appels, April avait commencé à s’inquiéter. Jackson était un peu fatigué pour entendre la voix furieuse d’April de bon matin. Le jeune homme mit son portable dans sa poche tandis qu’il reboutonnait sa chemise. Il jeta un coup d’œil dans la pièce. Abby dormait toujours dans son lit. Elle paraissant comme une princesse endormie. Il aurait pu rester des heures à la regarder si un mal de tête affreux ne l’avait pas pris. Le jeune homme s’assit sur le sol. Il tenait sa tête et ouvrit à nouveau son portable pour voir l’heure exacte. Il était six heures moins le quart. Les deux jeunes gens attaquaient dans un quart d’heure. Jackson décida d’allé prendre quand même une douche rapide. Elle ne dura même pas cinq minutes mais elle était tellement fraiche qu’elle le réveilla un peu. Il sortit donc et se rhabilla et retourna dans la chambre de la jeune fille. Elle dormait toujours et le jeune homme se décida à la réveiller. Après tout, elle bossait également et elle était interne. Si elle ne voulait pas se laissé persécuter par son résident, il valait mieux qu’elle se dépêche. Jackson s’avança donc doucement vers elle et la secoua délicatement jusqu’à qu’elle ouvre les yeux.


      Jackson Avery – Il est temps de se réveiller !


    Annonça t-il d’une voix douce. Le jeune homme attendit qu’elle se lève et s’assit finalement contre le mur non loin du lit. Il avait la tête entre les mains. Sa tête le faisait vraiment souffrir. Il ne se souvenait pas exactement de la soirée mais en avait encore quelques souvenirs. Il avait beaucoup bu, même trop. Quand il buvait seulement quelques verres, il ne se réveillait pas dans cet état. Là, il avait bu pour oublier donc un nombre incalculable de verre de vodka. Il fermait les yeux et avait l’impression de s’endormir. Il repensait à cette soirée bien arrosé. C’était tellement bon cette soirée, comme s’il était redevenu enfant. Mais le réveil était le dur retour à la réalité, avec tous les problèmes de la vie courante qui resurgissait.


      Jackson Avery – Je … J’ai une fille …


    Pourquoi avait-il dit ça ? Comment avait-il pu croire même une seconde que c’était une bonne idée de lui dire ça maintenant ? Cherchait-il à la faire fuir ou quoi ? Jackson ignorait pourquoi il avait dit ça. La meilleure solution aurait été de lui dire soit pendant qu’il était encore sobre avant de coucher avec elle ou bien d’attendre un peu qu’il soit sure que ce ne soit pas une aventure d’un soir avant de se livrer autant sur sa vie. Il avait appris ça il y a peu de temps. Mais d’un autre côté, la jeune femme devait savoir ça avant de décider d’aller plus loin avec lui. Le jeune homme releva les yeux vers Abby mais il n’osait pas vraiment la regarder dans les yeux. Il ne savait pas comment elle allait réagir.



Revenir en haut Aller en bas

Meredith Grey

Meredith Grey

◭ bipés : 251
◭ avatar : Ellen Pompeo


Fiche de Service
+ libre pour rp: oui
+ pense bête:

Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Empty
MessageSujet: Re: Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson]   Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Icon_minitimeMer 28 Mar - 20:00

Abby dormait à poings fermés alors qu’elle sentait une présence dans la pièce. Ce n’était surement qu’une impression, puis les évènements de la veille lui revinrent en mémoire rapidement alors que l’ombre se déplaçait dans la pièce et allait dans la salle de bain, juste à coté.
C’était simple et compliqué à la fois. Elle se souvenait qu’une patiente était morte, c’est ce qui avait tout changé. Le résident présent lors de sa mort était bouleversé et ils étaient donc allés boire un verre chez Joe. La mémoire lui revenait par épisode, et elle se souvint de… cerises ?! Cela voulait certainement représenter quelque chose, mais elle ne parvenait pas à mettre le doigt dessus malgré des efforts qui lui parurent surhumains. Bref, après une petite ballade nocturne ils étaient rentrés à l’appartement et avaient couché ensemble, si ses souvenirs étaient bons du moins… car avec la cuite qu’elle s’était prise, elle n’était pas là de s’en remettre !

Lorsque Jackson – ou plutôt, l’ombre qu’elle devinait être Jackson – se pencha vers son visage, elle en fut presque gênée. Ce n’était pas son habitude de se laisser observer ainsi à la dérobée. Elle ouvrit délicatement les yeux, fut éblouie par la lumière et aussi par Jackson, mais elle pensa tout de même à sourire au jeune résidant. Abby se trouvait comme hors du temps depuis la veille et rien n’aurait pu la troubler sauf…


Jackson Avery – Il est temps de se réveiller !


Ah non ! Le boulot… il fallait qu’il en parle ! Elle porta instinctivement la main à son réveil, juste à côté d’elle, mais il ne sonnait pas. Au contraire, il affichait une heure qui, elle l’espérait, n’était pas la bonne. Au fond d’elle-même, elle savait bien que ce n’était pas le cas. 5h50 ! Et elle commençait à 6h ! Son cœur fit un bon dans sa poitrine et elle se leva d’un bond alors que Jackson s’asseyait contre le mur d’en face.

Pourquoi ne l’avait il pas levée plus tôt ? Un drap enroulé autour d’elle-même, et elle se dépêcha de courir à la salle de bain. Une minute lui suffit à s’habiller de vêtements propres, car ceux de la veille étaient… eh bien… on ne va pas tourner autour du pot, ils embaumaient l’alcool, comme elle. Ses titulaires et résidants ne manqueraient certainement pas de lui dire d’ailleurs.


Abby Stuart – Merci de m’avoir réveillée, mais il va falloir qu’on parte tout de suite si on ne veux pas finir disséqués par des étudiants … cria-t-elle pour que Jackson l’entende


Cette phrase lui rappela sa première dissection de cadavre, inutile de raconter les détails. C’est assez terrifiant parfois… On peut trouver des choses auxquelles on ne s’attend pas ! Quand elle revint dans la chambre, le jeune homme se trouvait encore contre le mur, la tête dans les mains tel quelqu’un de désespéré. Ce devait plutôt être son mal de tête, tout comme la jeune femme. Ils n’auraient pas du boire ainsi, elle n’avait cessé de se le répéter la veille mais ne voulait interrompre un si bon moment. Et maintenant elle en payait le prix fort. Il ne semblait pas vouloir bouger, contrairement à elle, qui ne voulait pas s’attirer les foudres de ses supérieurs. Il devrait comprendre, Jackson était passé par là aussi.
Elle fut étonnée de l’entendre, hésitant, alors qu’elle s’approchait de lui :


Jackson Avery – Je … J’ai une fille …


Elle eut comme un vertige en entendant cela, car c’était bien la chose à laquelle elle s’attendait le moins. La jeune femme s’assit à coté de lui et posa sa tête sur l’épaule du résidant, comme si cela allait apaiser les tambours qui s’agitaient à l’intérieur de son crâne. Pourquoi lui disait-il cela ? Elle était heureuse de cette confiance mais… s’il avait une fille, cela voulait dire qu’il était marié ? Avec quelqu’un ? Pourtant il ne lui semblait pas qu’il lui avait dit quoi que ce soit à propos d’une quelquonque relation, au contraire il était libre comme l’air…
Après cette révélation, Abby avait une boule au ventre et ne comprenait pas.


Abby Stuart – Tu … Quoi ?! Mais tu es… avec quelqu’un ?!

Ces mots furent prononcés tout bas, elle se sentait comme vidée de toute énergie et avait le souffle coupé. Il était jeune… Sa fille devait l’être également.
Mais le résidant s’était livré à elle, il avait confiance … et en retour, elle savait qu’elle devait aussi lui donner quelque chose. Mais elle ne pouvait s’y résoudre sur le moment. Elle attendrait le bon moment pour lui parler, c’était mieux. Passé la stupéfaction, elle s’adoucit quelque peu et reprit ses esprits


Abby Stuart – Comment s’appelle-t-elle ?

Elle voyait déjà Jackson, le sourire aux lèvres près de cette enfant. Elle se demandait comment sa famille l’avait pris, ou même si elle le savait. Car ce n’es pas évident, et d’après ce qu’elle avait compris il n’était pas vraiment proche de celle-ci. La veille était le début d’une relation entre eux, qui se poursuivrait aujourd’hui, et demain, et encore le lendemin. C’était l’espoir qu’elle nourrissait. Le fait qu’il lui dise qu’il avait une fille, voulait également dire qu’il prenait ça au sérieux, et ce n’était pas pour déplaire à la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Empty
MessageSujet: Re: Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson]   Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Chaque personne que l'on s'autorise à aimer est quelqu'un que l'on risque de perdre [pv Jackson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a deux individus en chaque personne : le vrai, c'est l'autre. Jorge L. BORGES
» Derrière chaque sourire se cache une personne d'exception. Ҩ Rose.
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» UN NOM POUR CHAQUE JUMPSCHOOL
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG :: 
Back in the wild
 :: 
Thanks for the memories
-